Ce que l’on apprend des Français grâce à leurs recherches Pornhub

Clara Morgane, Beurettes et grosses teubs – même dans leur consommation de porno, nos compatriotes sont conservateurs.
11.5.16

Depuis que le porno existe, il a toujours été l'un des secrets les plus inavouables de l'Humanité. En effet, difficile d'entamer une discussion au bureau en évoquant la performance de Bonnie Rotten dans le film que vous avez maté la veille – à moins d'assumer totalement votre statut de pervers professionnel. Difficile également de disserter sur le rôle du montage dans l'œuvre de Marc Dorcel. Pourtant, aujourd'hui, ce que l'on appelle ad nauseam la « démocratisation de la pornographie » semble réelle. Si, au XXe siècle, nos géniteurs attendaient le premier samedi du mois pour se pogner, la donne a complètement changé, les tubes rendant disponibles à tout moment une vidéothèque foisonnante et multiple.

Internet a donc eu pitié de nous, pauvres pécheurs. De nombreux sites se tirent désormais la bourre pour nous offrir les meilleures vidéos X possibles. Avec 60 millions de visites par jour, Pornhub se place comme leader sur le marché du stupre numérisé. Tout naturellement, comme on voulait savoir ce qui excite les Français et les Françaises, on a demandé aux mecs de Pornhub de compiler les habitudes de consommation de l'Hexagone. Ils l'avaient fait en 2015, nous apprenant que, le lundi de Pentecôte, le trafic français sur Pornhub augmente de 19,52 %. Grâce à eux, on a déduit quelques trucs importants sur le lien entre les Français et le porno en 2016, trucs qui ne concernent que les habitants de la métropole – désolée pour les Ultramarins.

À l'image de nombreux autres pays, les Français ont une préférence toute trouvée pour les vidéos de proximité – les mots-clés les plus recherchés sont, en effet, « France », « Française » et « Maman française ». La « Beurette » arrive juste derrière et confirme son statut de minorité préférée des pornophiles hexagonaux.

Si on jette un œil sur les catégories de recherche, les tendances sont un peu différentes. Pour les néophytes, il existe bel et bien une différence entre « mots-clés » et « catégories ». Le mot-clé, c'est ce que vous cherchez de votre propre initiative – ce qui veut dire que l'on peut tout à fait voir apparaître « Sansa Stark » dans les statistiques fournies par Pornhub. La catégorie, en revanche, est une rubrique proposée sur l'interface du site.

Les clics sur les catégories nous apprennent, une fois encore, que les Français aiment voir leurs congénères copuler. Avec une large avance, le terme « French » trône au sommet de ce classement. Les autres mots de ce top sont, somme toute, très classiques. En France, comme partout, on aime l'anal, les lesbiennes, les teens et les femmes matures.

Aux yeux des statisticiens de Pornhub, la France compte encore 22 régions métropolitaines – comment leur en vouloir quand on sait que l'Aquitaine a été fusionnée avec le Limousin ! Enfin, bref. Qui mate quoi ? Quels autochtones passent le plus de temps sur le site ? Ce sont les deux questions que Pornhub s'est posé. Au final, 10 régions se démarquent et ont dit non au patriotisme de bon aloi en ayant un autre mot que « French » en tête des recherches par catégorie.

Les Franciliens confirment leur diversité démographique – n'oubliez pas que 51,6 % des enfants nés dans la région en 2014 ont au moins un parent né à l'étranger ou dans un DOM/COM – et cliquent en premier lieu sur « Ebony ». De l'Alsace, on connaissait déjà la passion de ses habitants pour Hitler, l'ennui, la tequila, les pangolins, Shania Twain et le BDSM – comme on vous l'avait révélé il y a deux ans. Aucune surprise, donc, à voir que la catégorie la plus consultée sur Pornhub est le « Bondage ». Pour des raisons que je ne m'explique pas, l'intégralité du sud-est de la France – PACA, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon, Corse – cherche frénétiquement de l'anal en ligne. Je laisse aux éditorialistes – genre Christophe Barbier – le plaisir de corréler cette passion avec les résultats électoraux de 2015. Enfin, l'Aquitaine, la Lorraine et la région Poitou-Charentes ne jurent que par les femmes matures, pendant que la région Midi-Pyrénées succombe aux charmes des bonnets F, G, H – voir I, on parle de porno hein, les taxinomies sont donc à revoir.

Pornhub nous apprend également que les Franciliens restent en moyenne 9 minutes et 24 secondes sur le site. À l'autre bout du spectre temporel, dans le Nord-Pas-de-Calais, les internautes sont bien plus rapides : ils n'ont besoin que de 8 minutes et 52 secondes de plaisir.

Sinon, nos compatriotes font preuve d'inventivité et jugent que Kim Kardashian est une pornstar – ce qui est, au fond, un raccourci. Que celui qui n'a jamais tourné une sextape me jette la première pierre. Au-delà de cette bizarrerie, les Français peuvent être considérés comme des locavores du porno numérique. Sur les 14 actrices les plus recherchées, quatre sont Françaises, et l'acteur le plus admiré est Rocco Siffredi – le plus Français des Italiens avec Claude Barzotti. Clara Morgane est toujours au top alors qu'elle n'a pas tourné de scène érotique depuis 2002 – sans doute la preuve que « c'était mieux avant », comme on l'entend souvent par chez nous.

Et les femmes qui matent du porno dans tout ça ? Eh bien, elles ne représentent que 20 % des visiteurs français sur Pornhub – ce qui est inférieur à la moyenne mondiale de 24 %. Certes moins présente, la gent féminine rentabilise ses visites en restant 35 secondes de plus que les hommes sur le site – soit 9 minutes et 43 secondes.

Et sinon, que matent les meufs ? Pour répondre à cette question brûlante, Pornhub nous offre une double grille de lecture. D'un côté, on apprend que les femmes recherchent prioritairement des vidéos similaires à celles des hommes – avec des lesbiennes, de l'anal, des femmes matures et, surtout, du rêve français. De l'autre, on constate qu'elles regardent beaucoup plus de films « female friendly » que les hommes – mais aussi des trucs bien plus hardcore, genre des gang bangs, des doubles pénétrations et du « rough sex ».

Enfin, si les 18-24 ans représentent 28 % des visiteurs français sur le site, l'âge moyen du consommateur de porno est de 38 ans – 3 ans de plus que la moyenne mondiale. On pense fort aux 6 % de plus de 65 ans qui se rendent sur Pornhub.

On peut conclure en se félicitant de la belle sixième place des Français en termes de trafic alors que le pays n'est que la 21e nation mondiale en ce qui concerne le nombre d'habitants.

Suivez Sarah sur Twitter.