Photo

Les femmes voilées et motorisées de Goa

Une étude en images des jeunes filles en scooters du sud de l'Inde.

par Sophie Brasey
04 Mai 2015, 5:00am

Toutes les photos sont de Sophie Brasey

Je me suis rendue à Goa, au sud de l'Inde, dans le cadre d'un festival de photographie auquel j'ai été invitée l'année dernière. Je n'étais jamais allée dans le pays auparavant. J'ai tout de suite été particulièrement interpellée par la densité du trafic, ce brouhaha incessant, ce mouvement, et surtout par ces femmes voilées déboulant à toute allure sur leurs scooters.

D'abord, esthétiquement, ce motif répétitif de femmes camouflées en mouvement me plaisait. Je les voyais comme des sortes de super-héroïnes, téméraires, apparaissant furtivement sur les routes hostiles (pour avoir loué une voiture et conduit en Inde, j'ai vite pu me rendre compte du défi que cela représente). Mais c'est surtout ce phénomène dans son ensemble, qui me déroutait : que faisaient ces femmes voilées seules au volant de scooters ? Cela me semblait paradoxal.

Puis j'ai compris qu'il ne s'agissait pas de femmes musulmanes, et que j'avais été naïvement trompée par leur tenue. Ces foulards étaient en fait une simple barrière servant à les protéger de la chaleur et de la pollution. Je me suis alors dit que je voulais réaliser cette série pour parler de la condition de la femme, et montrer à quel point on peut être trompés par les images. Je travaille comme rédactrice photo et ai déjà pu constater à quel point les images peuvent tromper si l'on ne lit pas bien la légende. Avec Internet les images affluent et défilent si vite que l'on doit être très attentif au message qu'elles véhiculent. Ces images de femmes en scooters disent précisément le contraire de ce que l'on peut penser au premier abord.


L'Islam est la deuxième religion de l'Inde, mais à Goa les musulmans sont en minorité. La colonisation portugaise explique la relative présence du christianisme dans cette région, quoique l'hindouisme prédomine. On compte 27 % de chrétiens et 66 % d'hindouistes. Je n'ai pas étudié en profondeur quel type d'Islam les musulmans de Goa pratiquent. Je peux juste dire qu'on ne croise pas beaucoup de femmes portant la burqa, à part dans la ville de Margao où j'ai eu l'impression d'en apercevoir plus. Mais comme je l'ai dit, les femmes sur mes images ne sont pas musulmanes, et ne portent pas cette tenue pour des questions de religion.

Comme dans le reste de l'Inde, la circulation est très dense dans la région de Goa. Tout le monde est motorisé et les scooters sont une grande part du trafic. La région a connu un boom de ventes de scooters ces cinq dernières années, chez les femmes en particulier. Peut-être que le fait de voir des touristes se déplacer en scooter a participé à la démocratisation de ce moyen de transport ? Ce véhicule permet en tout cas aux femmes de se déplacer sans dépendre des hommes. Mais il est vrai que Goa est une région particulière de l'Inde, du fait du grand nombre de chrétiens et de touristes. Certains locaux disent même de cet État qu'il est « diabolique », tant ses habitants sont « dévergondés » en comparaison au reste du pays. Les femmes y sont de fait plus émancipées. Malheureusement, comme je voulais les photographier en mouvement je n'ai pas pu communiquer avec elles à ce sujet.

En visionnant la série, on peut se demander s'il s'agit de mises en scène ; cela me plaît de naviguer entre fiction et réalité. Mon but, c'est de déclencher une réflexion. Je souhaite que les photographies intriguent, fassent débat. Il y a aussi un peu d'humour dans ces images, notamment via la dégaine qu'ont ces femmes sur leurs scooters. Certaines me font penser au clip « Bad Girls » de M.I.A.

Pour prendre ces photos, j'ai dû me poster au bord des routes et attendre le passage des conductrices. Je me suis donc fait systématiquement interpeller par les camionneurs, certainement parce que je suis une femme. C'était assez énervant, alors je me suis couverte de la tête aux pieds avec un grand foulard pour me camoufler, comme les femmes que je photographiais. C'était assez drôle de devoir me couvrir alors que je réalisais justement une série qui traite de la condition de la femme.

Sophie est une jeune et talentueuse photographe suisse. Elle a un site internet.