Comment envoyer des sextos sans passer pour un trou du cul

Il y a des choses que tout le monde devrait savoir faire passé 16 ans : cuisiner des bâtonnets de cabillaud, se repérer dans la ville où vous habitez, se délecter d’une gueule de bois et envoyer des SMS signifiant votre envie de baiser.

|
30 mars 2013, 9:30am

Il y a des choses que tout le monde devrait savoir faire passé 16 ans : cuisiner des bâtonnets de cabillaud, se repérer dans la ville où vous habitez, se délecter d’une gueule de bois et envoyer des SMS signifiant votre envie de baiser – ce que de tristes personnes appellent « sexter ». Quiconque pense qu’il peut traquer la personne qu’il convoite sans utiliser son téléphone se méprend méchamment. Envoyer des « sextos » est important, au même titre que se laver et s’habiller. Ce n’est donc pas réservé aux prédateurs sexuels – les footballeurs, en tête de liste – ou aux filles qui aiment branler les étudiants en Erasmus dans leur chambre de bonne. Faire comprendre à votre interlocuteur iChat à quel point vous avez envie de vous désaper avec elle est un atout que vous allez devoir apprendre à maitriser.

D’après le TIME, quatre étudiants sur cinq s’enverraient des sextos à raison d’une à deux fois par semaine. Sans compter les jeunes adultes actifs, qui s’adonneraient à cette facétie entre 5 et 6 fois durant le même laps de temps. Les sextoteurs ne sont donc plus juste une bande d’ados débiles s’envoyant des photos de leur bite annotée d’un malhonnête « t’m sa ? ;) ». Putain, le monde des sextos accueille maintenant des personnes mariées, des cadres sup et des gens qui n’en ont rien à foutre de leur téléphone portable – comme vous et moi. Surtout moi. D’ailleurs, je pratique énormément. Donc, dans l’éventualité où vous et moi nous nous rencontrerions par mégarde au pays du sexto, voilà comment vous pourriez susciter mon intérêt :

NE VOUS PRÉCIPITEZ PAS
Si vous êtes débutant, 3 ou 4 mots suffisent. Une limite de longueur vous oblige à aller droit au but et vous évite de vous embarrasser de terminologies foireuses telles que « impulsions » – ceci ferait ressembler votre bite (ou votre chatte) au cœur encore chancelant d’un animal à l’agonie. Si vous êtes porté sur la symbolique, vous pouvez imaginer votre sexto comme l’équivalent au XXIe siècle d’un billet doux, sauf qu’à la place de « rejoins-moi près du grand peuplier », vous écririez « j’ai envie de te prendre sauvagement dans l’épicerie en bas de chez moi ». Si vous êtes toujours nerveux ou super coincé, tapez simplement sur votre clavier, submergé par le désir. Ou, simplement, fourrez votre téléphone dans votre caleçon et tapez-le avec votre os pubien. « Alkhdlkbsvkbvkb ». Parfait.

N’EMPLOYEZ PAS D'ABRÉVIATIONS
Vous êtes grand maintenant. Et même si je sais que vous ne tapiez pas toutes les lettres sur votre Motorola StarTac, putain, pk eske ta DciD 2 parlé com 1 ado ? Cmt kk1 pe etre exiter par sa ? Sérieux, personne ne veut déchiffrer des hiéroglyphes sexuels quand il est tranquillement installé dans son siège de lecture, profitant de la position assise pour gentiment se palper les couilles. « T chode ? » est l’équivalent SMS de la blague « pouet pouet camion ». Ça implique du même coup qu’il y a un ado de 14 ans à l’autre bout du fil, ce qui fait chier tout le monde, surtout les filles.

RÉFLECHISSEZ AUX PHOTOS QUE VOUS ENVOYEZ
Dudes : n’envoyez jamais votre pénis en érection au format .jpg, à moins que la fille ait expressément manifesté le souhait de voir ça – ce qui n’est jamais le cas. La plupart des gens n’ont pas besoin d’une image de sexe masculin pour être excité, et c’est beaucoup trop tôt dans le processus de sextotage et putain, en fait, c’est surtout hyper creepy. Vous savez, les gens disent que les actions sont plus fortes que les mots ? C’est vrai, sauf avec les sextos ; le sexto, c’est comme la littérature érotique, les images ne lui rendent jamais justice. Oui, j’ai bien dit littérature.

C’est pareil pour vous, les filles : une macro de votre vagin relève de l’image médicale et c’est relou. Considérez un plan plus large. Croyez-moi, vous obtiendrez de meilleurs résultats avec une photo de vous en pied, à poil en train de fumer une clope. D’ailleurs, sachez-le (garçons et filles) : le destinataire montrera cette photo à au moins l’un de ses amis. Si vous n’êtes pas d’accord avec ça, cachez votre visage. Si vous êtes hyper sexy, n’hésitez pas. Rihanna l’a fait, donc tout le monde peut le faire. 

IL N’Y A AUCUNE RÈGLE
Personne n’est jamais mort d’avoir légèrement fabulé, d’autant plus qu’il y a des chances que votre interlocuteur fasse de même. Grâce à la technologie, vous pouvez habilement faire d’un « je viens de me réveiller » un « je viens tout juste de sortir d’un bain chaud… » en quelques secondes. Profitez-en. Abusez-en. 

GARDEZ VOS MESSAGES PRIVÉS
C’est toujours un peu gênant de découvrir des photos de soi nu, balancées sur les Internets par un ex mal intentionné. Même les photos enregistrées sont dangereuses – mon frère a d’ailleurs accidentellement projeté une photo de moi seins nus au plafond, par dessus la tête de ma grand-mère au dernier dîner de Noël. Pas mal de gens ont été rattrapés par leur passé digital, passé souvent alimenté de photos prises en sortant de la douche.

Mais tout ça, c’est fini. Snapchat, qui s’affiche comme un « nouveau moyen de partage entre amis » est une application qui permet d’envoyer des vidéos de moins de 10 secondes à une – ou plusieurs – personnes sans qu’elles puissent faire de captures écran ni l’enregistrer – la vidéo s’autodétruit après réception. Le site internet de l’appli est on ne peut plus formel, mais au fond vous savez bien qu’ils savent pourquoi vous vous apprêtez à la télécharger. La courte description du truc dans la section « About » de leur site est aussi transparente que le tee-shirt  que vous portez sur les photos de votre folder « LOL». 

JOUIR vs. GICLER
Quand vous envoyez des sextos, vous naviguez dans les eaux troubles du « bon ton », et celui-ci par la qualité du vocabulaire utilisé. En conséquence, ce ton dépendra de si vous choisissez le verbe « venir » ou « gicler ». Les gentlemen, les demoiselles distinguées, les vieux couples et les gens bien auront tendance à se servir du verbe « jouir ». « Gicler » conviendra plus aux ados en chaleur, aux pervers, à vos ex dégueulasses et à tous ceux avec qui vous n’aurez jamais envie d’échanger des sextos.

DÉTENDEZ-VOUS
J’ai connu des soirées sextos qui ont provoqué en moi un taux d’excitation avoisinant celui des authentiques scènes de baise. Mais relire les messages reçus ou envoyés après coup me donnerait immédiatement envie de me suicider et de prier pour ne jamais me réincarner en quelque chose. Effacez tout, tout de suite, et rappelez-vous : les sextos nous embarrassent TOUS, et donc, il n’y a aucun mal à ça. Il y a d’ailleurs pas mal de chances que votre partenaire en sexto dévoile à l’un de ses/vos potes à quel point votre cervelle est salace. Solution : décidez de vous en foutre. De plus, il y a des chances que votre impudeur décuple également l’excitation de votre interlocuteur, et donc, le nombre de ses sextos. Vous aurez toujours la possibilité de vous venger.

Plus de leçons de vie :

LE GUIDE VICE DU SEXE ORAL, 1ère PARTIE : LES FILLES

LE GUIDE VICE DU SEXE ORAL, 2ème PARTIE : LES MECS

LE GUIDE VICE POUR PÉCHO DES FILLES DE RICHES

Plus de VICE
Chaînes de VICE