FYI.

This story is over 5 years old.

Drogue

Bonne nouvelle pour les shitheads uruguayens

Le gouvernement du pays veut légaliser la weed pour que ses citoyens ne se mettent pas au crack.
5.10.12

Ça fait plus de quarante ans que la « guerre contre la drogue » existe. Un combat qui jusqu'à présent a causé plus de mal que de bien et qui a créé de toutes pièces un monde parallèle fourmillant de commerces illégaux florissants et exemptés de taxes, soumis aux seules règles de la violence et de l'argent. Pendant ce temps, le gouvernement américain injecte des milliards de dollars dans cette guerre, tout en maintenant son illégalité – et donc sa prospérité – et en croisant les doigts pour que cette économie disparaisse. Évidemment, ce n'est pas comme ça que ça se passe.

L'Uruguay, comme à peu près tous les pays du monde, a des problèmes avec le marché de la drogue. C'est notamment pour ça qu'ils sont actuellement en passe de légaliser le cannabis partout dans le pays. Convaincus de pouvoir ainsi affaiblir le marché illégal uruguayen, les têtes pensantes de la nation voient aussi cette initiative comme un moyen d'aider le gouvernement à chasser les trafiquants et faciliter la réhabilitation des junkies. Ils pensent aussi qu'en différenciant le cannabis des drogues plus dures, le concept de « passerelles » entre les deux finira par s'estomper pour finalement disparaître. C'est-à-dire que les gens qui ont testé le cannabis ne finiront plus forcément avec une aiguille dans le bras – comme seulement 2 % des consommateurs d'herbe et de shit du monde entier.

La nouvelle drogue à la mode en Uruguay s'appelle le « paco » ou « pasta base ». Il s'agit d'un produit dérivé de la cocaïne, très addictif et qui coûte autour de 0.7 € la dose. C'est un prix dérisoire pour tout le monde et le truc est aussi facile à acheter que du cannabis. Mais cela n'empêche pas les accros de voler et tuer des gens pour financer leurs besoins.

Comme ce sont les mêmes gangs qui contrôlent les marchés du cannabis et du paco, en plus d'affaiblir fortement les bénéfices de ces gangs, légaliser le cannabis en Uruguay permettrait de lutter contre l’association de ces deux drogues des mains, des nez et des lèvres des jeunes du pays. Dans le meilleur des cas, cette décision réduira aussi, à terme, l'incroyable proportion de mineurs accros au paco.

On a déjà entendu ça des milliers de fois – parce qu'en effet, des milliers de gens partagent cette opinion parfaitement rationnelle – mais vu la généralisation proche de l’épidémie d'héroïne, de coke et de meth en Amérique et en Europe à l'heure actuelle, sans parler de la situation économique internationale, il serait temps que nos dirigeants aient les couilles de faire un premier pas vers la dépénalisation de ces drogues. C'est ce qui s'est passé au Portugal et cinq ans plus tard, on pouvait déjà constater que la consommation chez les jeunes avait considérablement diminué, et que le nombre de gens cherchant à faire traiter leur dépendance avait doublé.

Reste à voir comment la situation va évoluer dans un pays à risques comme l'Uruguay.

Plus de drogues :

Les champis sont interdits

Comment prendre de la drogue quand on est une fille