À la frontière belge, des gens se battent pour des cuillères en bois

Depuis plus d'un siècle, la Fête des louches a lieu tous les ans à Comines.

|
oct. 29 2014, 9:00am

Photos : Marc Berti Azar, Paul Ralu, Benjamin Leclerc

Dans la vie, il est possible de se battre pour attraper un tas de choses -mais il est moins courant que ce soit pour une louche en bois. C'est pourtant ce que fait chaque année la ville de Comines (et sa jumelle belge Komen, de l'autre côté de la frontière) en organisant la Fête des louches depuis 1884.

Comme beaucoup de fêtes du Nord de la France, il s'agit de lancer des choses que la foule attrape au vol, comme à la Fête des nieulles, celle de l'andouille ou encore celle du tabac. Et comme beaucoup de fêtes du Nord de la France, celle-ci repose sur une légende un peu bancale : le seigneur de Comines, emprisonné en haut d'un donjon, se serait signalé au peuple grâce à une louche en bois gravée de ses armoiries qu'il a jetée à travers les barreaux de sa geôle. La ville commémore cet évènement en jetant des louches à la foule.

On y retrouve tout ce qui fait le succès de l'esthétique Bruno Dumont : une ducasse (dénomination locale de la fête foraine), un défilé - avec des chars tirés par des tracteurs, des majorettes, des fanfares, des géants, et l'élection de Miss Comines. Ce cortège est clôturé par le char sur lequel se trouvent les membres du comité des louches, en costume traditionnel. Ce sont clairement ces derniers qui s'amusent le plus de la journée, semant les louches aux badauds massés aux fenêtres et sur le trajet du défilé. Ils partent du côté belge pour finir la boucle à la mairie où se déroule le grand jet des louches; véritable apothéose de la fête. Chacun vient mesurer sa supériorité au nombre de louches amassées et cachées sous le manteau.

Benjamin  est un jeune journaliste qui traîne souvent aux alentours de la frontière belge. Il twitte depuis la friterie du coin.

Plus de VICE
Chaînes de VICE