Comment sabrer le champagne sans se blesser ni blesser les autres
Toutes les illustrations par Michael Marsicano.
boire

Comment sabrer le champagne sans se blesser ni blesser les autres

Une fois comprise la base de la physique du sabrage de champagne, ce n’est en vérité pas si difficile ni très risqué.
30.12.16

« Je ne peux vivre sans champagne, en cas de victoire, je le mérite; en cas de défaite, j'en ai besoin. » - Napoléon Bonaparte.

« Le monde essaye toujours de sabrer le champagne avec des objets bizarres : un couteau à beurre, un briquet… peut-être leur queue. » - Matty Matheson, de Dead Set on Life.

On s'approche du jour de l'An, jour où vous devez tenter la prouesse des partys arrosés par excellence : sabrer le champagne avec un objet contondant. N'importe quel objet contondant.

Cette tradition remonte au temps napoléonien, quand les soldats français ouvraient le champagne avec l'arme révolutionnaire qu'ils avaient sous la main : le sabre. Bien sûr, le risque de se mutiler ou de rendre un copain borgne augmente si l'on a recours à une technique imaginée dans la cavalerie, mais, comme dit un proverbe russe : qui ne risque rien ne boit pas de champagne.

Publicité

De toute façon, une fois comprise la base de la physique du sabrage de champagne, ce n'est en vérité pas si difficile ni très risqué. Saviez-vous que la pression dans une bouteille de champagne moyenne est de 90 psi, soit trois fois plus qu'un pneu de voiture? Ou qu'au moment où le bouchon est libéré, il file à 80 km/h? À raconter avant de sabrer.

Pour en savoir encore plus et obtenir les meilleurs conseils en la matière, nous avons interrogé des professionnels du sabrage de champagne.

Nous avons parlé à Alessandro Pietropaolo, directeur général du Bar Isabel, qui possède un vrai sabre, nommé Effervescence. Il ne l'utilise que pour sabrer le champagne. Nous lui avons demandé de nous expliquer comment réussir en réduisant au minimum le danger et l'effort. Et nous avons vu à l'œuvre Matty Matheson, qui, lui, il sabre le champagne avec un iPhone.

Étape 1 : Choisir la bonne bouteille

« La fabrication du vin mousseux varie, explique Alessandro. La méthode champenoise est la fermentation secondaire, qui se produit dans la bouteille : c'est elle qui crée le plus de pression. Pour sabrer le champagne, prenez une bouteille fabriquée selon la méthode champenoise. De manière générale, ce sont tous les champagnes, le cava et la plupart des vins mousseux français. J'ai eu moins de succès avec des bouteilles de prosecco parce qu'il y a moins de pression dans la bouteille, en raison de la méthode Charmat-Martinotti. »

La bouteille doit aussi être à la bonne température. « Plus le goulot sera froid, plus ce sera facile. Évitez de le faire avec une bouteille tiède. » Il recommande de mettre la bouteille au congélateur quelques minutes ou de la plonger à l'envers dans un seau de glace.

« Ce n'est pas essentiel, mais ce sera plus sûr avec une bouteille froide. Je ne sais pas pourquoi c'est comme ça, mais j'ai vu des ratés à cause de la température. » Si vous vous posez la question, on entend par « raté » que la bouteille se brise de façon irrégulière ou qu'elle perd son goulot en entier, deux résultats qu'il est facile d'éviter.

Étape 2 : Choisir le bon outil

« Je l'ai fait avec un couteau à beurre. On peut le faire avec une coupe à vin. On peut le faire avec presque n'importe quoi. »

Presque. Plus tôt dans l'année, à l'inauguration de la cuisine de Munchies (chaîne de VICE sur la bouffe), Matty Matheson l'a appris à la dure. Oui, on peut en effet sabrer le champagne avec presque tous les objets contondants, mais la bouteille peut résister.

Publicité

Quand la rédactrice en chef de Munchies, Helen Hollyman, m'a demandé si je pouvais sabrer le champagne à l'ouverture de la cuisine, j'ai proposé de le faire avec mon iPhone, raconte Matty. Après quelques essais ratés et un écran craqué, j'ai dû insister pour sabrer cette foutue bouteille! Ils me doivent un nouvel iPhone! »

En général, le plus lourd sera le mieux, selon Alessandro. « Quand je sabre, je prends mon épée de trois pieds. C'est plus facile avec un objet lourd. On peut y arriver avec la base d'une coupe à vin, mais il faut être vraiment précis. »

Étape 3 : Dénuder la bouteille

« Il y a une rondelle de métal sur le bouchon et une cage. Avant de sabrer, enlevez tout le papier d'aluminium et l'emballage qui peut faire dévier l'outil que vous avez choisi. Ensuite, enlevez la cage autour du bouchon. À ce stade, il peut déjà être éjecté. C'est une arme chargée. »

Étape 4 : Trouver la soudure

« Toutes les bouteilles de vin mousseux ont une soudure. On peut la sentir avec le doigt et la voir. Une fois la soudure repérée, vous pouvez sabrer. Vous regardez la soudure et glissez la lame de l'arrière vers l'avant pour viser juste, comme avec une baguette de billard. »

Étape 5 : Frapper!

« Tenez la bouteille dans une main à un angle d'environ 45 degrés. Assurez-vous de ne pointer personne parce que le bouton va parcourir plus de dix mètres. Ce n'est pas une question de puissance : vous devez utiliser la pression dans la bouteille pour l'ouvrir, pas la force de votre bras. C'est physique. Il s'agit de frapper au point le plus faible de la bouteille. Si vous le faites correctement, le verre ne se brisera qu'au col. C'est comme le billard ou le golf. Quand on le fait de la bonne façon, on le sent.

On n'a pas du tout besoin d'une lame bien aiguisée. Utilisez le dos du couteau ou de l'épée. Autrement, vous allez les ruiner. Et ça peut très mal tourner. »

Étape 6 : Nettoyer

« Le risque de retrouver du verre dans la bouteille est très faible, parce que la pression pousse tout vers l'extérieur. Mais, même si vous sabrez correctement, le haut de la bouteille sera tranchant. Vous devez disposer de la bouteille de façon adéquate, autrement quelqu'un se coupera. Après, c'est comme un gros morceau de verre brisé. Quelques-uns de mes employés se sont coupés sur des bouteilles sabrées. »

Étape 7 : Boire

« Quand la bouteille est sabrée, vous n'avez pas vraiment le choix de la vider. »

Étape 8 : Célébrer

Entre le succès et l'échec, il y a un monde de différence. Les enjeux sont élevés : le monde vous regarde et vous n'êtes peut-être déjà plus à jeun. Ce sont les ingrédients d'un désastre. « C'est très amusant quand quelqu'un rate. D'habitude, on le fait devant plusieurs personnes, et on se retrouve tout mouillé avec une bouteille cassée dans la main. Mais j'insiste : assurez-vous qu'il n'y a personne devant et disposez ensuite de la bouteille de façon sécuritaire. »

Par contre, ce sont aussi les ingrédients d'une bonne histoire. Sabrer le champagne, c'est marcher sur l'étroite ligne entre se mutiler et devenir une légende.

Étape 9 : Répéter

Bonne année!