Sports

La Russie pourrait ne pas participer à son propre Mondial de foot

Les patrons des agences nationales antidopage se sont réunis à Dublin et ont demandé à ce que la Russie soit exclue de toutes les compétitions internationales.
11.1.17

Mardi, les présidents de 19 agences nationales antidopage se sont réunis à Dublin, en Irlande, et ont estimé que la Russie, empêtrée dans un scandale de dopage à grande échelle, devrait être exclue de toutes les compétitions sportives, y compris de la Coupe du monde 2018 qu'elle organise. « A la lumière du second rapport McLaren, les responsables ont demandé l'exclusion des organisations sportives russes de toutes les compétitions internationales », est-il expliqué dans un communiqué publié à l'issue de cette réunion.

Publicité

Pour rappel, la seconde partie du rapport McLaren a été dévoilée le vendredi 9 décembre 2016 et fait état « d'un dopage institutionnalisé » en Russie « entre 2011 et 2015 ». « L'enquête a révélé que plus de 1 000 sportifs russes, représentants de 30 disciplines, dont le football, ont profité d'un soutien étatique au dopage en Russie », avait déclaré Richard McLaren, juriste canadien dont les recherches sont à l'origine de ces révélations.

Travis Tygart, président de l'USADA, l'agence antidopage américaine, a affirmé dans des propos relayés par le site insidethegames.biz que cette exclusion devrait également concerner le football et la prochaine Coupe du monde organisée en Russie.

Selon les présidents des agences nationales antidopage, certains athlètes russes pourront néanmoins participer à des compétitions internationales, sous des couleurs neutres, tout en appelant à ce que l'agence mondiale antidopage prenne (enfin) des sanctions contre les fédérations « visées par de nombreuses preuves de dopage et de dissimulation après la publication des travaux McLaren ».