money time

​Le joueur de Ligue 1 VICE Sports du week-end : Raphaël Guerreiro

Clutch player lorientais et transfert raté du PSG : Raphaël Guerreiro vit des hauts et des bas cette saison.

par Adrien Franque
23 Février 2016, 8:28am

Reuters/Stéphane Mahé

En basket, le clutch player est le joueur qui rentre des paniers quand il y a des fins de matches sous haute tension. Le mec à qui on donne la balle quand il reste moins de dix secondes à jouer sur l'horloge, à qui on fait confiance, et qui marquera dans tous les cas. Les plus grands basketteurs sont des clutch players, ils ont la main qui ne faillit jamais quand tout le monde parie contre eux : Jordan, Kobe, Curry...

Depuis ce week-end, Raphaël Guerreiro fait partie de ceux-là. Si vous avez eu l'improbable inspiration de passer votre samedi soir à regarder le derby le moins sexy de la Bretagne (sur le papier, tout du moins), vous savez pourquoi. 92e minute, 3-3, un coup-franc à l'entrée de la surface guingampaise. La patte gauche de Guerreiro, les filets, le Moustoir en fusion, la Bretagne qui explose et se rattache au Portugal, les bigoudènes dansent le fandango.

Qui aurait cru qu'une rencontre entre deux équipes qui se trouvaient à quatre points du premier relégable avant cette 27e journée puisse donner un match aussi épique que le Festival interceltique et les Vieilles Charrues réunies ? Peut-être Lorient, qui a une passion particulière cette saison pour les retournements de situation. Les Merlus ont ainsi chopé 17 points après avoir été menés au score.

Et ceux-ci ne sont pas tous dus au pied gauche de Raphaël Guerreiro. Ce n'est pas la première fois que le Portugais décide seul de l'issue d'un match. Pour sa deuxième sélection avec le Portugal en novembre 2014, dans un match amical face à l'Argentine joué à Old Trafford, Guerreiro avait inscrit le but de la victoire, seul dans la surface, de la tête, à une minute du terme de la partie.

Mais cette saison, Guerreiro est moins décisif que par le passé. L'été dernier, le Lorientais s'était retrouvé dans une situation particulière. Deuxième choix du PSG pour remplacer Lucas Digne comme arrière gauche, il avait été courtisé quand Monaco se montrait trop gourmand pour Kurzawa. Décision difficile à prendre pour un jeune joueur : aller jouer les remplaçants de luxe dans une équipe de haut standing ou rester dans son club aux prétentions plus modestes avec une place de titulaire à coup sûr ?

C'est finalement la deuxième solution qui s'est imposée à lui. Volontairement ou non ? Si à l'automne dernier on pensait que Guerreiro était resté dans le Morbihan car Lorient avait demandé une somme mirobolante (15 millions d'euros) pour le jeune Portugais, on a appris un peu plus tard que c'est lui-même qui a fait le choix de rester, avec en ligne de mire une place dans la Seleçao pour l'Euro 2016.

Est-ce que Guerreiro n'a pas loupé une occasion qui ne se représentera plus de sitôt cependant ? Quand un joueur est en pleine hype, le meilleur choix est parfois pour lui de changer de club. Car dans l'autre cas, on analysera toujours ses performances en fonction de celles des saisons passées : en restant au même palier, la comparaison est plus facile. Un transfert, un nouveau club, et le joueur peut se refaire une virginité. Là, cet état de fait est un peu accablant pour Guerreiro.

En arrière gauche, on lui reproche d'être trop offensif, et trop paresseux dans ses replacements. En milieu gauche, il n'est pas assez décisif. Sa saison est donc un peu décevante, de quoi faire penser qu'il a peut-être raté le bon wagon parisien l'été dernier. A moins que sa stratégie ne paye finalement. Une sélection dans les 23 portugais où il bataillera pour une place de titulaire avec Eliseu, un bon Euro, et peut-être partira-t-il vers des horizons plus ambitieux ? Liverpool s'était intéressé à lui en janvier, qu'en sera-t-il en juillet prochain ?

C'est pour cela, pour l'incertitude qu'il s'est imposé en restant une année de plus à Lorient, et pour ses coup-francs de clutch player, que Raphaël Guerreiro est le joueur VICE Sports de la semaine.