Autoportraits sur scènes de crime

Depuis 2008, la Serbe Aleksandrija Ajdukovic se prend en photo près de cadavres recouverts de housses en plastique.

En 2008, la photographe serbe Aleksandrija Ajdukovic a commencé à travailler sur un projet de photos sur scènes de crime, qu'elle a sobrement baptisé Crime Scene. Quelques mois plus tard, quand Aleksandrija a décidé d'exposer ses photos, son sujet a suscité de nombreuses controverses – ce qui n'est pas vraiment étonnant, sachant que la plupart de ses photos la mettent en scène près de cadavres recouverts de draps et de housses en plastique.

Je lui ai passé un coup de fil pour comprendre ses motivations.

VICE : Comment vous êtes-vous retrouvée à bosser sur des scènes de crime ?
Aleksandrija Ajdukovic : J'ai toujours adoré faire des reportages photo. Mais les reportages photo ne sont plus ce qu'ils étaient autrefois – c'est d'autant plus flagrant quand on étudie les quotidiens. En tant que photojournaliste, on a très peu d'autonomie : les photos doivent illustrer ce que les journalistes ou rédacteurs en chef veulent que vous disiez. Finalement, les photos représentent très mal ce que vous avez pu voir sur le terrain.

À l'origine, je n'avais pas particulièrement envie de travailler sur des scènes de crime. Mais dans les quotidiens, les photographes qui n'ont pas un matériel sophistiqué se retrouvent à faire des photographies de crimes ou de célébrités. Comme je ne suis vraiment pas intéressée par les célébrités, je me suis tournée vers le crime.

Comment avez-vous entamé votre projet Crime Scene?
Les lecteurs veulent voir du sang et des larmes. Les gros titres incluent souvent des mots comme « peur », « tristesse » ou encore « tragédie ». Il existe aussi une chose que j'aime appeler le tourisme macabre – des gens prennent des photos dans des endroits où se sont déroulés des meurtres. J'ai décidé de m'intégrer dans ce type de scènes, histoire de voir comment les gens réagiraient.

Si je souris sur la plupart de ces images, c'est parce que c'est une manière naturelle de réagir face à la mort. De nombreuses personnes ont tendance à rire ou sourire quand ils ressentent un malaise – c'est un mécanisme de défense assez classique.

Comment les gens ont-ils réagi ?
La plupart de mes collègues ont compris ma démarche. Mais après avoir exposé mes clichés à la galerie 73 de Belgrade, j'ai constaté qu'il en était autrement pour le public. Les gens me disaient : « Vous n'avez pas honte de poser près d'un cadavre ? » La galerie a également été très critiquée. Le directeur de la galerie et moi avons été qualifiés « d'artistes amateurs ».

Qu'est-ce que vous essayiez de faire comprendre avec ces photos ?
Je voulais documenter l'aspect anthropologique du spectacle qu'offrent la mort et les accidents dans la société moderne. Quand on aborde la division de l'espace dans les performances artistiques, on constate qu'il y a un espace pour le public et un autre pour les artistes. Mon projet rassemble ces deux espaces.

Plus de VICE
Chaînes de VICE