FYI.

This story is over 5 years old.

Behind The Scenes

Saison #4 : le Sosh Truck

Un gros camion et des jeunes inconscients au pied de la Tour Eiffel
14 octobre 2013, 11:20am

Photos : Zelda Mauger.

Mon sandwich au poulet et moi, on a vu le Sosh Truck pour la première fois vendredi 20 septembre, dans l’après-midi. Pendant que la majorité de la population vaquait à ses occupations normales (soit, attendre le week-end avec encore plus d’impatience que les autres jours de la semaine) et qu’une poignée d’individus se demandait s’il était judicieux de réserver une place chez Hall’s beer tavern pour voir si la France de Tony Parker allait enfin éclater les Espagnols, une petite vingtaine de skaters s’était levée beaucoup plus tôt que d’habitude.

Quand je les ai retrouvés à La Villette, Sam Partaix et ses invités avaient déjà quelques bonnes heures de skate dans les jambes. Ce qui ne les a pas empêchés de passer le temps sur un petit spot de street, en attendant que les activités reprennent sur la remorque du camion.

Je me suis approché de l’énorme truck américain – un Kenworth W900, comme je l’ai appris plus tard – autour duquel une petite foule était déjà rassemblée. La remorque avait été aménagée en rampe sur mesure, c’est-à-dire hyper rad et assez étroite. Depuis le début de la matinée, la vingtaine de skaters français et anglais avaient parcouru la ville. À chaque arrêt du Sosh truck, une petite session était improvisée : le temps pour eux de faire quelques tricks avant de reprendre la route, direction La Villette.

J’ai fini mon sandwich pendant que Vincent Matheron prouvait à tout le monde qu’il était content d’être là. Certaines personnes présentes cet après-midi n’ont pas hésité à dire que « ça envoyait du bois » et que les skateurs présents, tous motivés, n’étaient pas venus « pour peler les figues ».

Le lendemain, c’est au pied de la Tour Eiffel que le Sosh Truck s’est installé, après avoir traversé la ville une fois de plus. Les poches pleines de billets grâce à ses performances lors du Cash for tricks qui clôturait l’événement, Julien Béchet m’a invité à le suivre à la Guinguette Eiffel, où nous attendaient un barbecue géant et un barman incroyablement sympathique et assez facilement corruptible. Le truck avait repris la route, mais ce n’était pas une raison pour prendre racine sur les quais de Seine : le rider Sosh Matthias Dandois a pris la tête d’un groupe de jeunes qui a quitté les lieux chargé de goodies en tous genre et s’est assuré que, pour eux, l’expérience du Sosh truck s’étire jusque tard dans la nuit.