L'Agence spatiale européenne vue de l'intérieur

FYI.

This story is over 5 years old.

Photo

L'Agence spatiale européenne vue de l'intérieur

Edgar Martins a étudié les lieux où l'on étudie l'infini.
27.5.14

Edgar Martins a passé deux ans à explorer les installations de l'Agence spatiale européenne (ASE) et à photographier des pièces aseptisées. Pour la première fois, l'ASE a ouvert ses portes à un photographe qui a pu avoir un accès exclusif à la technologie spatiale européenne et aux membres de l'agence.

Né à la fin des années 1970, Edgar n'a pas connu l'incroyable course à l'espace qui a opposé les États-Unis à l'URSS – mais il a toujours été intéressé par le programme Apollo. « J'ai toujours voulu devenir astronaute – ce qui n'était pas une mince affaire pour un Européen qui vivait en Chine, raconte-t-il. Je faisais toujours le même rêve, dans lequel j'étais envoyé dans l'espace. Je me retrouvais dans l'orbite terrestre et je flottais dans les airs, avant de regarder la Terre depuis l'espace et d'être incroyablement ému par cette expérience.

Publicité

L'espace et le halo mystique qui l'entoure ont un impact incroyable sur la conscience sociale et individuelle. C'est un sujet qui nous force à nous confronter à l'antinomie entre perception et conscience, à travers l'exploration des limites humaines et de l'instabilité des formes géométriques. »

Une combinaison pressurisée à côté du module d'entraînement correspondant au vaisseau Soyouz TMA (Centre d'entraînement Youri Gagarine, Cité des étoiles, Russie)

Lors de ses différentes visites dans les centres de l'ASE, Martins a été le témoin privilégié des différents programmes mis en place pour permettre à l'humanité de connaître plus en détail l'espace afin de nous aider à mieux comprendre ce qui nous entoure.

« Nous obtenons au fil des années une image plus complète de notre univers qui nous permet d'établir une véritable relation entre l'infiniment grand et l'infiniment petit, déclare Martins. Je suis sûr que nous entrons actuellement dans un nouvel âge d'or de l'exploration spatiale. Mais je me suis avant tout rendu compte que l'espace obéissait à deux idées simples. Tout d'abord, le vide spatial est probablement le concept le plus connu de l'humanité. Ensuite, je suis persuadé que l'exploration spatiale est une aventure qui dépend fondamentalement des individus, avant de dépendre de la technologie. »

Maquette à grande échelle d'un module de l'ISS (Partie visiteurs du centre Airbus Défense et Espace, Brême, Allemagne).

Une combinaison pressurisée à côté du module d'entraînement correspondant au vaisseau Soyouz TMA (Centre d'entraînement Youri Gagarine, Cité des étoiles, Russie).

Le Rubik's cube qui a accompagné l'astronaute Jean-François Clervoy lors de ses trois missions spatiales.

Réflecteur en acier inoxydable, laboratoire des matériaux (Centre ASE - Centre européen de technologie spatiale, Noordwijk, Pays-Bas).

Casque utilisé par l'équipe de ravitaillement de l'ISS (Centre spatial européen, Kourou, Guyane).

Représentation numérique du module Harmony (Centre ASE - Centre européen de technologie spatiale, Noordwijk, Pays-Bas).

Des câbles utilisés pendant la phase de test de la navette spatiale de l'ASE baptisée BepiColombo (Centre ASE - Centre européen de technologie spatiale, Noordwijk, Pays-Bas).

Simulateur d'entraînement Columbus (ASE – Centre des astronautes européens, Cologne, Allemagne).

Véhicule automatique de transfert européen (Centre spatial européen, Kourou, Guyane).

Salle de préparation de la charge utile du S5 (Centre spatial européen, Kourou, Guyane).

Portique mobile du lanceur Vega, vu de dessous (Centre spatial européen, Kourou, Guyane).

Assemblage du spectrographe Near InfraRed (NIRSpec), un des quatre instruments du télescope spatial James Webb (Centre Airbus Défense et Espace, Ottobrunn, Allemagne).

Intérieur d'un simulateur de vide spatial (Centre ASE - Centre européen de technologie spatiale, Noordwijk, Pays-Bas).

Le module de transfert Mercure – le véhicule de propulsion de BepiColombo – lors de sa phase d'assemblage (Centre Airbus Défense et Espace, Stevenage, Royaume-Uni).

Chambre de test électromagnétique de Maxwell (Centre ASE - Centre européen de technologie spatiale, Noordwijk, Pays-Bas).