FYI.

This story is over 5 years old.

Stuff

Apocalypse imminente : un Tinder pour les personnes âgées est en développement

L’application Stitch prouve qu’il n’y a pas d’âge pour trouver l’âme sœur.
13 juin 2014, 10:24am

Photo : Andi Schmied

Vous détestez les « mises à jour » régulières, inévitables et inutiles de Facebook ? Imaginez donc que vous ayez 80 ans, que vous appreniez tout juste à utiliser un ordinateur, et que Facebook vous embrouille alors que vous essayez juste de commenter (avec un peu trop de sérieux) la photo de remise de diplôme de votre petite-fille. Pour beaucoup de personnes âgées, la technologie avance si rapidement qu’elle en devient inutilisable. Les seniors n'arrivent plus à suivre et ne veulent même plus essayer, et beaucoup d'entre eux abandonnent.

Mais ça, c'était avant. Aujourd'hui, les personnes âgées deviennent de vrais technophiles. Un nombre record d'entre eux utilise Internet. D'après un rapport d'Ofcom, le nombre d'adultes de plus de 65 ans qui utilisent des tablettes pour accéder à Internet a connu une hausse remarquable, passant de 5 à 17% entre 2012 et 2013. Malgré cela, les personnes âgées passent tout de même beaucoup moins de temps en ligne que les gens plus jeunes, et ils font moins de choses quand ils sont derrière leurs écrans. La plupart des adultes de plus de 65 ans utilisent Internet pour regarder leurs emails et lire des informations sur des sites d'actualité, mais s'abstiennent de faire des tâches plus compliquées – comme gérer leur compte en banque, regarder la télévision en streaming ou aller sur des réseaux sociaux.

C'est ici qu'intervient Tapestry. Andrew Dowling était directeur de la technologie dans une des 100 première entreprises américaines avant de démissionner en 2010 pour créer Tapestry – une application qui permet aux personnages âgées d'avoir un accès simplifié à Facebook et à d'autres réseaux sociaux. Les téléchargements de l'application ont monté en flèche, et Dowling s'est rendu compte qu'il avait trouvé une solution à plusieurs problèmes : l’illettrisme technologique, mais aussi la solitude des seniors.

Plus récemment, il a développé l'application Stitch – un site « pour trouver un partenaire », que certains surnomment déjà  « le Tinder pour les seniors ». Le but de l'application est d'organiser des rencontres entre les personnes âgées qui habitent non loin les unes des autres, avec des objectifs divers : entamer une relation amoureuse, faire des activités avec d'autres personnes ou simplement parler au téléphone. J'ai contacté l'entrepreneur de 45 ans pour discuter des rencontres que l'on peut faire à un âge avancé.

VICE : D'où vous est venue cette idée de créer Stitch ?
Andrew Dowling : Pour mettre en place Tapestry, nous avons dû passer beaucoup de temps avec des seniors qui se sentaient très isolés, socialement parlant. Tapestry a changé la vie de beaucoup de personnes. Mais il nous semblait évident que pour bon nombre d'entre eux, rester en contact avec la famille n'était pas suffisant. Ils ressentent aussi le besoin de trouver quelqu'un pour partager leur vie.

C'est à cause du caractère inéluctable de la vieillesse que le cercle social des seniors rétrécit. Certains meurent, d'autres déménagent en Floride, d'autres ne sont plus capables de pratiquer les mêmes activités qu'avant. Les gens n'ont jamais vécu aussi longtemps, ce qui signifie que le seul moyen d'avoir une bonne vie sociale est de rencontrer de nouvelles personnes. Mais lorsque l'on est âgé, c'est extrêmement difficile.

Croyez-le ou non, pour beaucoup de seniors la solitude est plus mortelle que la cigarette ou que l'obésité. Il y a de nombreuses recherches menées là-dessus aujourd'hui. L'isolation sociale est liée à un taux de décès plus important et peut favoriser la démence sénile. On doit avoir une vie sociale si l'on veut avoir une vie saine.

Comment convaincre les seniors, qui sont plutôt réticents à utiliser les nouvelles technologies, d'utiliser un outil qui ressemble beaucoup à Tinder, l'application favorite de la génération Y ?
On a décrit notre application comme étant le « Tinder pour personnes âgées » mais c'est une erreur de jugement. La seule chose que l'on reprend de Tinder, c'est qu'on empêche les contacts non sollicités. Nos utilisateurs ne peuvent être contactés que par quelqu'un qu'ils ont déjà « aimé ». Mis à part cela, nous sommes focalisés sur les besoins spécifiques de nos utilisateurs, ce qui signifie que nous sommes très différents de Tinder. Nous ne vérifions pas l'identité des utilisateurs de la même façon, et ils peuvent choisir d'avoir des conversations téléphoniques plutôt que d'utiliser le chat.

Quelle est l'attitude des seniors vis à vis des sites de rencontre ?
On a découvert avec surprise que les seniors sont très actifs lorsqu'ils cherchent à rencontrer de nouvelles personnes. D'ailleurs, nous évitons d'utiliser le terme « seniors » car de nombreux baby boomers vous diront qu'ils ne s'identifient pas à ce mot du tout. La terminologie n'est pas simple lorsque l'on parle de vieillesse, mais nous trouvons que l'expression « adultes âgés » est un bon compromis.

Photo : Andi Schmied

Quels problèmes peut-on rencontrer lorsque l'on cherche à faire des rencontres en tant que personne âgée ?
La liste est longue. La confiance et l'authenticité sont des points très importants. Ce type de public est très visé par les escrocs. Nous avons entendu parler d'histoires vraiment choquantes à propos de mauvaises expériences sur les sites de rencontre. La condition physique est un point important également, certaines personnes ne peuvent pas pratiquer toutes les activités. Les plus âgés ne peuvent pas forcément conduire la nuit par exemple. Ce genre de problèmes ne s'applique pas à un public plus jeune.

Empêcher les malfaiteurs d'accéder au site est un des objectifs principaux de l'entreprise Stitch, si je comprends bien.
Environ la moitié des utilisateurs que l'on a interrogés nous ont raconté leurs mauvaises expériences avec des escrocs sur les sites de rencontre. Quelqu'un, à l'autre bout du pays, leur envoyait un message et entamait une conversation, afin d'avoir des informations sur eux et leur soutirer de l'argent. Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles on retrouve ce genre de comportement sur les sites de rencontre, ce qui implique que nous devons lutter avec efficacité contre les malfaiteurs et que nous devons protéger nos utilisateurs.

Cela dépend en partie de la vérification de l'identité de ceux qui s'inscrivent sur le site, mais aussi de la façon dont on protège l'identité de l'utilisateur. Enfin, cela dépend de la façon dont on réagit à ces incidents lorsqu'ils se produisent. Contrairement à beaucoup de sites de rencontre, on sait que les gens s'inscriront sur Stitch d'abord en fonction de la sûreté de l'application.

Quand est-ce que l'application sera disponible au niveau mondial ?
Nous avons fait des essais dans la région de la baie de San Francisco, et pour le moment nous sommes satisfaits des résultats. On en apprend beaucoup. Nous n'avons pas de date fixée pour lancer l'application sur un marché plus large puisque cela dépend du résultat des essais que l'on fait, mais on espère pouvoir lancer la plateforme au niveau mondial avant la fin de l'année.

Merci Andrew.

Suivre Monica Heisey sur Twitter.