Une course de motoneige en images
Photo

Une course de motoneige en images

Chaque année, dans la petite ville de Turner, dans le Maine, se déroule la plus badass des courses.
6.4.17

Il ne se passe jamais grand-chose à Turner, dans le Maine (États-Unis), la ville de mon enfance. Chaque année, on peut néanmoins compter sur sa course de motoneige. L'événement rassemble les habitants de la petite ville. Comme dans beaucoup d'autres endroits du Maine, le parking offre deux options : les places pour les voitures et celles pour les motoneiges – il ne s'agit néanmoins pas de véritables places de parking, mais plutôt d'espaces dans des champs de maïs où les gens peuvent se garer.

Publicité

Pour la course, les motoneiges peuvent être seulement équipées de moteurs à cylindre unique et ne peuvent ainsi pas dépasser les 50 km/h. Si cela aurait pu rendre la course moins excitante, le public y participe toujours dans l'idée de voir les véhicules se rentrer les uns dans les autres. Cette année, j'ai moi aussi assisté à l'évènement armé de mon appareil photo.

Avant le début de la course, le speaker a remercié « les Mexicains, les Norvégiens, les Parisiens et les Danois » qui avaient effectué un long voyage pour pouvoir assister au spectacle. Tout le monde a ri car, en réalité, personne ne venait d'aussi loin. En fait, Mexico, Norway, Paris et Denmark sont toutes des villes du Maine.

La plupart des accidents se produisent au début de la course. À la fin, après 50 tours de piste, il ne reste qu'une poignée de coureurs parmi ceux qui avaient pris le départ. Les moteurs vrombissent, les vapeurs d'essence flottent dans les airs, les participants fanfaronnent et le public les observe se rentrer dedans et dans les bottes de foin sur les côtés de la piste.

Assise sur la neige, la foule trinque et laisse exprimer sa joie. Au moment où le speaker déclare qu'il reste seulement quelques tours, les spectateurs se lèvent pour repartir. Comme dans la plupart des événements sportifs, partir plus tôt que les autres pour ne pas se retrouver dans la cohue et les bouchons reste plus important qu'assister au sacre du vainqueur.