Le télescope Kepler a découvert pas moins de 1284 nouvelles exoplanètes

Et parmi elles, quelques-unes pourraient abriter la vie.
11 mai 2016, 8:06am

Le télescope spatial Kepler, dont la mission est d'effectuer un recensement des exoplanètes de notre galaxie, aurait ajouté pas moins de 1284 nouvelles planètes à son catalogue, a annoncé la NASA. Jamais une découverte de cette ampleur n'avait été faite en un laps de temps si court, ont expliqué les scientifiques de la mission ce mardi. Ce butin planétaire correspond au double du nombre de planètes que Kepler avait dénichées jusque-là ; parmi elles, quelques-unes ressemblent singulièrement à la planète Terre.

Parce qu'ils sont à la recherche d'exoplanètes qui pourraient abriter la vie, les astronomes traquent avant tout des mondes rocheux aux conditions tempérées, humides, analogues à celles de la Terre. Parmi ces nouvelles planètes, près de 550 sont suffisamment petites pour être rocheuses, par opposition aux géantes gazeuses inhospitalières telles que Jupiter. Enfin, neuf sont en orbite dans la zone habitable de leur soleil, et pourraient donc posséder de l'eau liquide en surface.

Au total, nous connaissons 21 exoplanètes de petite taille, rocheuses, en orbite dans la zone d'habitabilité de leur étoile. Certaines pourraient accueillir la vie, en théorie du moins.

Image: NASA Ames/N. Batalha and W. Stenzel

Les scientifiques ont analysé les données de la mission initiale première de Kepler, qui a duré de 2009 à 2013, période pendant laquelle le télescope s'est acharné à observer plus de 150 000 étoiles, traquant les petites irrégularités dans leur spectre lumineux qui pourraient indiquer le passage d'une planète.

Ces données concourant en faveur de l'existence d'exoplanètes doivent être confirmées ; parfois, on a affaire à un artefact observationnel, et la planète suspectée n'existe tout simplement pas. Afin de contrôler ces faux-positifs, on effectue des observations à partir de la Terre, en utilisant entre autres la méthode des vitesses radiales. Suivre un si grand nombre de planètes prend énormément de temps, explique Tim Morton de l'Université Princeton, l'auteur principal de l'article publié dans The Astrophysical Journal détaillant ces nouveaux résultats.

« Il a fallu pas moins de 15 ans pour confirmer l'existence de 200 planètes à partir d'observations terrestres, » dit-il.

Morton a établi une nouvelle méthode permettant d'analyser des milliers de signaux simultanément, grâce à un processus automatisé qui assigne à chaque candidate un « pourcentage de probabilité d'existence. » C'est la première fois qu'une technique computationnelle entièrement automatisée est utilisée à si large échelle, et elle est efficace dans 99% des cas.

Image: NASA Ames/W. Stenzel; Princeton University/T. Morton

À l'heure actuelle, les astronomes ont trouvé environ 5000 exoplanètes potentielles en-dehors de notre système solaire, et parmi elles plus de 3200 ont été confirmées, selon la NASA. La mission Kepler peut se vanter d'en avoir détecté 2325 à elle toute seule.

Le chef de mission Kepler / K2 Charlie Sobeck, qui s'est exprimé devant les médias mardi, prédit que le télescope sera en service pendant encore deux ans. La mission K2, qui a débuté après la mission Kepler, a connu quelques problèmes et sa faisabilité a été réévalée en 2013. « Le déroulement de la mission est contraint par l'utilisation du carburant, » explique-t-il, ajoutant qu'elle devrait reprendre son cours à l'été 2018.

D'autres télescopes devraient entrer dans la course, comme le Satellite de relevé des exoplanètes en transit (TESS), qui sera lancé en 2017 pour assurer la relève de Kepler sur la détection d'exoplanètes. Le télescope spatial James-Webb, dont le lancement est prévu pour 2018, s'attachera à étudier l'atmosphère de planètes lointaines, ce dont Kepler est incapable. Grâce à lui, nous pourrons évaluer de manière plus fiable si la vie pourrait exister sur une autre planète.

Image: NASA Ames/W. Stenzel

Kepler a révolutionné notre compréhension de la galaxie. Il y a 20 ans à peine, nous ne savions pas avec certitude s'il existait des planètes en dehors de notre système solaire. À présent, nous sommes sûrs qu'il existe un système planétaire autour de la plupart des étoiles.

« Il y a probablement des dizaines de milliards de planètes potentiellement habitables de la taille de la Terre dans la galaxie, » a déclaré Natalie Batalha, l'une des responsables scientifiques de la mission Kepler. « Un jour, dans un futur proche peut-être, nous serons en mesure de pointer une étoile dans le ciel et de dire : il y a une planète habitée en orbite autour de cette étoile. »