FYI.

This story is over 5 years old.

Les pêcheurs italiens accusés de blanchiment de fruits de mer

L'Union européenne réclame la fin du nettoyage à l'eau oxygénée qui leur permet de faire paraître calamars, poulpes ou seiches plus frais qu'ils ne le sont vraiment.

On ne pensait pas tomber sur le mot « peroxyde » ailleurs que dans un catalogue rétro chez le coupe-tifs vantant les mérites du blanchiment des racines chez Justin Timberlake circa 2000. Mais les pêcheurs italiens lui ont visiblement trouvé une utilité bien plus flippante.

Selon La Stampa, le quotidien de Turin, l'industrie de la pêche locale s'est fait taper sur les doigts par Bruxelles. En jeu, le mélange d'eau et de peroxyde d'hydrogène – aussi appelé eau oxygénée – qui est utilisé pour nettoyer les prises. Une pratique validée par le ministère de la Santé de l'Italie (circulaire 0003649) mais qui viole les lois européennes.

Publicité

LIRE AUSSI : La folle histoire du homard, des origines à nos tables

L'eau oxygénée n'empêche pas le produit d'être apte à la consommation. Par contre, elle peut en modifier l'apparence. Certains pêcheurs s'en serviraient par exemple pour blanchir calamars, poulpes et seiches. Ce ravalement de façade permet de vendre des produits qui semblent bien plus frais qu'ils ne le sont vraiment.

Malgré le « soutien » du ministère, les pêcheurs italiens ont donc été rattrapés par la patrouille de Bruxelles, la commission ayant solennellement demandé que cette pratique s'arrête.

Autre technique pour pigeonner les clients : « _Certains achètent du poisson importé qui a été lavé dans une solution saline aidant à raffermir et à blanchir la chair. _»__

The Local raconte qu'à l'initiative de Renata Briano, députée européenne et vice-présidente de la Commission de la pêche, l'Union Européenne a envoyé une note au ministère de la santé déclarant que « l'eau oxygénée n'est pas une substance dont l'UE autorise l'utilisation sur certains aliments » et que l'Italie « devait fournir aux producteurs une information plus précise sur les solutions qu'ils peuvent et ne peuvent pas utiliser pour laver les fruits de mer. »

Un porte-parole de Seafish, société qui réglemente le traitement des poissons pour l'industrie britannique de la pêche, a déclaré à MUNCHIES « ne pas être au courant de ce genre de pratique au Royaume-Uni » ou d'un quelconque « agent chimique de blanchiment utilisé pour masquer les couleurs de certains poissons ou fruits de mer. »

LIRE AUSSI : Les pêcheurs qui exhibent leurs trophées sur Facebook finiront tous en taule

Par contre, les vendeurs de fruits de mer anglais utilisent d'autres techniques pour pigeonner les clients. Le porte-parole de Seafish explique : « Il y a pas mal d'exemples. Certains achètent du poisson importé qui a été lavé dans une solution saline aidant à raffermir et à blanchir la chair. Ce n'est pas considéré comme un traitement chimique et ce n'est pas techniquement un agent de blanchiment. »

Seafish souligne ensuite différents moyens de savoir si votre fruit de mer est légitimement frais : « L'odeur est importante – ça devrait sentir la mer. Pour un poisson entier, la peau doit être brillante avec une belle coloration et des branchies bien rouges. Vérifier aussi que les yeux soient bien brillants, convexes et noirs. Pour les filets, la chair blanche doit tirer vers le bleuâtre voire le translucide et doit être ferme. »

Voilà. Maintenant que vous avez toutes les clés pour ne pas confondre votre poisson et Justin Timberlake, on espère que les pêcheurs italiens ne tenteront plus de brouiller les pistes.