FYI.

This story is over 5 years old.

Plongée dans l’univers doux et rassurant des vidéos de cuisine miniature

Pour la survie de sa propre espèce, l’être humain est biologiquement formaté pour aimer les choses petites et mignonnes – c'est aussi valable pour ce que nous mangeons.
19.1.16
Photo via Flickr user Stephanie Kilgast

Dans le quotidien tumultueux que nous impose l'époque moderne, il est bon de pouvoir parfois s'en remettre à la fiabilité de quelques bonnes soupapes de décompression. Si vous êtes un peu réticents à l'idée de trouver votre salut par les voies habituelles de décompression – via un week-end Natura Box ou encore plus chiant : un brunch au soleil sur une terrasse occupée par mille personnes et autant d'enfants criards, par exemple. Heureusement, pour dimanche prochain, on a peut-être trouvé ce qu'il vous faut. Les seules choses dont vous aurez besoin : d'un ordinateur et d'une connexion Internet – que vous possédez déjà a priori, vu que vous êtes en train de lire cet article.

Publicité

Installez-vous confortablement sur votre lit et préparez-vous à plonger dans le multivers à la fois fascinant et étrange des gens qui ont dédié leurs vies à la préparation de bouffe miniature et qui ont eu la bonne idée de poster le résultat de leurs créations sur YouTube.

Les vidéos en question viennent du Japon et s'appellent des konapun. Il s'agit de tutoriels dans lesquels des personnes extrêmement patientes et passionnés expliquent comment assembler des kits de cuisine pour enfant, étape par étape. Les mini-plats en bonbons à confectionner soi-même peuvent aller de la pizza au mini-hamburger, des mini-nuggets de poulet au microsundae. De manière générale, tout aliment considéré comme étant un peu « mignon » est potentiellement « konapunable ».

On trouve tout ce qu'il faut dans ces kits, dont on nous fait systématiquement l'inventaire. On déballe d'abord les moules pour façonner la pâte à bonbon et puis tout le nécessaire à mini-cuisine : des petites poêles et passoires, des petits fouets à utiliser pour mélanger diverses poudres chimiques qui prendront les consistances et les goûts adéquats en fonction des aliments qu'elles sont censées représenter. Pour faire un ramen de Lilliputien, par exemple, vous devrez d'abord constituer vos beignets de poisson de Lilliputiens avant de ciseler vous-même un peu de cébette lilliputienne.

Certaines vidéos sont accompagnées d'une bande-son tout aussi chelou (quelque chose à mi-chemin entre un morceau de Sufjan Stevens et une mélodie pré-enregistrée d'un clavier Casio) mais pour la plupart, il n'y tout simplement aucun habillage musical et l'on entend juste le son relaxant de boîtes qui s'ouvrent et d'emballages plastiques qui se déchirent. Quelques minutes à scotcher sur ces vidéos suffisent à vous transporter dans cette ambiance à la fois douce et feutrée, certainement le plus relaxant des plans YouTube depuis les vidéos ASMR.

Pourquoi font-ils tout ça, au juste ?

Difficile de répondre à cette question — tout ce que nous savons sur cette communauté pour l'instant, c'est que nous ne savons rien. Peut-être qu'ici, le « processus » est plus essentiel que l' « objectif ». Et peut-être qu'œuvrer pour la mignonnerie est une cause noble, non ?

Publicité

Quand vous commencerez à vous lasser des tutoriels de plats en kits – qu'on ne peut même pas manger à sa faim – vous serez mûrs pour passer à Kawaii Kitchen. Dans ces vidéos, les plats sont faits avec de vrais aliments et sont adaptés à la morphologie d'une poupée – ciao les sachets de poudre de latex ou et autres substances de synthèse suspectes. Ne me dites pas que ce mac'n'Cheese ne vous fait pas envie.

Et puis, après quelques heures de visionnage intensif, viendront les premières questions existentielles, voire métaphysiques : Pourquoi dit-on que tout ce qui est petit est mignon ? Pourquoi les humains s'attachent-ils inlassablement à toute chose miniature ? Pourquoi sourions-nous bêtement face à tout ce qui est mignon, face à des objets tellement petits qu'ils en deviennent obsolètes ? Et si nous étions exposés à une réaction pédomorphique – ce terme scientifique qui désigne une attirance pour tout ce qui est juvénile et petit, la raison pour laquelle on ne tord par le cou à nos bébés quand ils braillent toute la nuit. Plus sérieusement, on sait aujourd'hui que pour la survie de l'espèce, l'être humain est biologiquement formaté à aimer les choses petites. Et dans l'absolu, tant que ces petites choses mignonnes ne se transforment pas en machines à caca épouvantables, l'acte de les regarder produit sur nous l'effet d'une sorte de massage cérébral.

Alors imaginez un peu si vous ajoutez au massage cérébral induit par la vue d'une vidéo konapun, la satisfaction que vous ressentez lorsque vous matez une vidéo de bouffe. Alors imaginez toucher du doigt le kiff total, imaginez atteindre le nirvana.

Mais si vous considérez que rester chez vous un dimanche matin pour regarder des vidéos de bouffe miniature est un acte culinaire déviant, il n'y a absolument aucun remords à avoir : la queue pour le brunch en terrasse ne doit plus être aussi longue à l'heure qu'il est.