Accusé de harcèlement sexuel sur mineure, un joueur de Counter-Strike est banni pour 1000 ans

Quand la ligue décide de vous bannir pour 1000 ans, vous savez que vous avez vraiment, VRAIMENT déconné.
13.2.17

Si vous avez l'habitude des compétitions de Counter Strike : Global Offensive (CS :GO pour les initiés) organisées par la ligue nord-américaine ESEA, vous ne recroiserez probablement plus jamais « bloominator » sur les théâtres d'affrontement. Le joueur de 25 ans, Reece Bloom à la ville, vient d'être banni par l'organisateur de compétitions… jusqu'au 6 juin 3016, soit 365 000 jours. Une sanction d'une ampleur totalement inédite dans le monde du jeu en ligne professionnel. Raison officielle de la mise au ban : « activité malveillante ». Raison officieuse : des accusations de harcèlement sexuel sur une mineure de 15 ans.

Publicité

La semaine dernière, les forums de l'ESEA ont vu apparaître des captures d'écran de conversations et de photos pour le moins explicites (et complètement NSFW, cela va sans dire) entre Bloom et une jeune fille de 15 ans, dans lesquels le joueur assume parfaitement l'illégalité de ses actes, allant même jusqu'à écrire des saloperies comme « certains appelleraient ça du viol mais nous savons tous les deux que c'est ce que tu veux <3 » ou, plus loin,  « je ne sais pas si je suis débile ou si je me fous simplement d'être un pédophile ». Si les threads originaux ont rapidement été effacés, les membres de la communauté ESEA ont rapidement republié les captures d'écran et ouvert un thread sur le subreddit GlobalOffensive. Réponse de l'intéressé, sur le forum ESEA : « calmez-vous les mecs,  les putes sont les putes » et « dans 2 à 4 ans, elle réalisera à quel point elle est débile ». Bravo champion.

Depuis l'officialisation de son exclusion, Reece Bloom semble avoir compris qu'il valait mieux faire profil bas. Après un court message d'excuses, le joueur a désactivé son compte Twitter. Heureusement, la magie du cache Google nous permet de le lire à loisir : « pas d'excuses, effectivement incroyablement stupide de ma part » explique Bloom, avant d'exhorter la communauté à « garder la haine focalisée sur [lui] » plutôt que sur ses coéquipiers et ses amis. Jusqu'alors, Bloominator était un membre de l'équipe Armor Esports, actuellement sixième de  la Main league nord-américaine ESEA, soit deux niveaux en-dessous de la ligue professionnelle. Contactée par Kotaku Australia, la ligue a confirmé que le joueur avait été banni « en raison de ses interactions avec un autre membre de la communauté » et réaffirmé que « ce type d'actes n'était pas acceptable ». Désormais sans équipe et sans possibilité de jouer avant 3016, Reece Bloom aura tout le loisir de réfléchir à ses actes.