Sports

En finissant son marathon en 2h25 secondes, Kipchoge a frôlé l'exploit

Bien que la performance ne soit pas homologuée et réalisée dans des conditions particulières, réaliser un temps pareil reste un accomplissement.
09 mai 2017, 11:49am

Il voulait passer sous la barre mythique des deux heures pour boucler un marathon. De ce point de vue-là, la performance ahurissante d'Eliud Kipchoge est un échec, puisqu'il a échoué pour 26 malheureuses secondes samedi en franchissant la ligne d'arrivée des 42km 195 parcourus sur le circuit de Monza, en Italie. Mais le résultat reste complètement dingue, puisque le champion olympique kényan a explosé l'actuel record du monde, détenu par son compatriote Denis Kimetto (2 heures 2 minutes et 57 secondes).

Un record qui tient donc toujours, puisque le temps de Kipchoge n'a pas été homologué par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF). La raison avancée ? Kipchoge a bénéficié de circonstances de course particulières. Il a en effet couru sur un circuit, entouré par des lièvres entièrement dévoués à sa cause qui se relayaient pour être présents sur la totalité du parcours, ce qui n'est pas le cas sur une course traditionnelle, sans compter la présence d'une voiture qui lui permettait de se protéger du vent et de bénéficier de l'aspiration.

Mais surtout, il courait hors de toute compétition classique, pour le compte d'une opération marketing menée par un équipementier qui lui avait fourni des chaussures spéciales, dont les semelles avaient été renforcées par du carbone. Une astuce sensée lui permettre d'économiser 4% d'énergie, un pourcentage qui correspond à peu près le gain de temps réalisé pour l'occasion.

Au final, que penser de cette tentative, sinon qu'elle a permis à la marque en question de s'offrir un joli coup de pub ? Contentons-nous d'admirer la foulée de Kipchoge, qui, à 32 ans, n'a toujours rien perdu de sa classe. Et disons-nous qu'en-deçà ou au-delà de la barre symbolique des deux heures, les marathoniens sont quand même de sacrés oufs.