valeur travail

« Il faut faire l'apologie du chômage »

Au terme d'une enquête sur la multiplication des métiers de merde, les journalistes Oliver Cyran et Julien Brygo sont arrivés à cette réjouissante conclusion. Interview.

par VICE Staff
24 Août 2018, 10:43am

Illustration : Bobby Dollars pour Vice FR  

À moins que vous ne soyez astronaute ou Nabil Fékir, vous vous êtes déjà sûrement dit « Je fais vraiment un boulot de merde ». Les journalistes Olivier Cyran et Julien Brygo, spécialistes des enquêtes sociales, ont décidé d’en recenser une dizaine dans leur ouvrage sobrement intitulé Boulots de merde ! Du cireur au trader (La Découverte), qui ressort en poche ces jours-ci, afin de mener l’enquête sur l’utilité et la nuisance sociale des métiers. Pêle-mêle, les journalistes sont allés à la rencontre de Sylvie, chargée de repérer les exilés qui tentent de monter dans les ferries du port de Dunkerque, Stéphanie, qui distille des conseils écolo pour faire des économies dans les HLM, ou encore Thomas, un jeune auditeur financier qui peine à saisir l’intérêt de sa présence au bureau.

Le livre regorge de séquences drolatiques, comme les conseils bien perchés d’un « pro » des entretiens d’embauche rencontré sur un salon de l’emploi. Morceau choisi : « Une entreprise a un besoin, eh bien répondez à ce besoin, avec les qualités qu’on vous demande. Rasez-vous la tête s’il le faut, ah bah ouais, c’est peut-être à ce prix-là que vous allez réussir à intégrer l’entreprise. Et puis les cheveux ça repousse ! » Cette plongée dans le monde du travail option relou nous invite parfois à nous demander si certains ne seraient pas plus heureux - et surtout utiles ! - s’ils étaient au chômage. Stéphanie, en service-civique dans des quartiers défavorisés, explique par exemple, qu’elle tient des permanences à la maison de quartier pour proposer aux locaux de goûter l’eau du robinet. « Ça s’appelle des bars à eau : on fait tester cinq verres d’eau aux gens pour leur prouver que celle du robinet est bonne. »

Du coup, pour savoir si on ne faisait pas aussi un boulot de merde sans le savoir, on a passé un coup de fil à un des auteurs, Julien Brygo.

VICE : Dans l’intro de votre bouquin, vous expliquez que vous avez beaucoup d’amis qui – surprise – se plaignent de leur boulot. C'est de là qu'est partie l’idée du livre ?
Julien Brygo : Avec Olivier [Cyran], cela fait plusieurs années qu’on s’est spécialisés dans le domaine des enquêtes sociales, et notamment dans le monde du travail. Effectivement, le constat que l’on a tiré de notre entourage nous a influencé, mais tout autant que ces années d’enquêtes. L’article de David Graeber sur la notion de « bullshit jobs » a eu aussi une résonance chez nous. Mais à la différence de Graeber, on a voulu raconter la grande souffrance de ceux qui sont en bas de l’échelle, plutôt que celle de ceux qui ont des métiers valorisés mais dans lesquels ils s’ennuient ou ne trouvent pas de sens.

Justement, qu’est-ce qu’un boulot de merde, s’il fallait le différencier du « bullshit job » graebérien ?
Dans notre réflexion, il n’y a rien de scientifique, on se place plutôt du côté du ressenti. On ne veut pas classer les bons boulots d’un côté et les mauvais de l’autre. On n’est pas une agence de notation. Ce qu’on peut dire en revanche, c’est que les boulots de merde ont deux points communs. D’un côté, il y a dans ces jobs l’impossibilité de faire son travail correctement (notamment à cause des contraintes d’efficacité et de profit immédiat). De l’autre, il y a la question de l’utilité du boulot. En gros, qu’est-ce que tel ou tel métier rapporte à la société ?

Sur le podium des pires boulots de merde, qui est-ce qu’on retrouve ?
En premier, je dirais conseiller de gestion en patrimoine, parce que c’est un métier particulièrement nuisible, bien qu’il soit bien payé. Qu’est-ce qu’un conseiller de gestion en patrimoine rapporte à la société, sinon l’évitement des impôts et la possibilité de frauder légalement le fisc français - et donc de priver la collectivité de ressources importantes ? Ensuite, je mettrais agent de sécurité chargé d’interpeller les migrants dans les ports du Nord de la France. Se payer son canapé et sa maison avec 20 ans de chasse aux sans-papier, je pense que ça laisse des traces mentales. Enfin, je mettrai paysan, même si on n’en parle pas dans le livre, parce que la démolition des agriculteurs est ahurissante.

Comment expliquer qu’il y ait autant de boulots de merde de nos jours ?
Pour nous, l’explosion de ces métiers inutiles, néfastes, pénibles s’explique par l’explosion des inégalités. Ceux qui appartiennent aux classes sociales favorisées n’ont aucun problème à faire bosser des gens pour faire progresser leur confort. On assiste à une augmentation des métiers de services, qui sont en réalité des métiers de servitude. Puis, on vit à une époque où les puissants ont fait un choix très clair : atteindre le plein emploi coûte que coûte. En gros, tout le monde au boulot, peu importe le boulot.

On imagine que vous ne voyez pas la situation s’améliorer vu le climat politique actuel…
Effectivement, et la prochaine réforme de l’assurance chômage ne risque pas d’arranger les choses. Le « succès » du modèle de l’auto-entreprenariat va être le coup de grâce, puisqu’il n’y a plus d’exploiteurs et d’exploités, mais uniquement des auto-exploités. Forcément, ils ne vont pas faire grève contre eux-mêmes. On va tomber dans une société d’auto-entrepreneurs qui sont des petits patrons d’eux-mêmes et remplissent pourtant des taches d’employés classiques. Les entreprises ont ainsi réussi à se décharger de toutes leurs obligations, même celle de fournir l’outil de travail de leurs employés.

Parvenez-vous à vous expliquer le succès de l’auto-entreprenariat ?
L’idée de ne pas avoir de patron au-dessus de sa tête est assez séduisante, mais les règles actuelles abolissent en réalité le système même de cotisations sociales. Ce statut relève un peu de la servitude volontaire, mais il ne faut pas négliger que beaucoup d’entreprises forcent leurs employés à devenir auto-entrepreneurs pour ne pas payer de charges.

Est-ce que votre livre ne serait pas une ode au chômage ?
Tout à fait. Nous pensons qu’il faut faire l’apologie du chômage. Les chômeurs sont perçus comme des mollusques affalés sur des canapés en train de zapper sur leur télécommande en passant de RMC à TF1 avec une bière et des chips. Ces images sont pratiques et mises en avant pour décrédibiliser ceux qui refusaient la valeur travail. Mais en réalité, les périodes de chômage sont souvent des périodes de « grande créativité » qui permettent de se lancer dans des tâches qui sont utiles et ont du sens. Mais comment faire pour vivre décemment de ces tâches là, c’est une autre question.

Boulots de merde ! Du cireur au trader (La Découverte), disponible en format poche.