VICE News

Abandonnés par la France : Les interprètes afghans de l'armée française

VICE News s’est entretenu avec deux de ces interprètes qui réclament un visa pour la France. Après le retrait des troupes françaises, ils sont menacés de mort par les talibans.

par Matthieu Jublin
10 Avril 2015, 2:45pm

Archives personnelles d'un interprète afghan de l'armée française.

En octobre 2001, quelques semaines après les attentats du 11 Septembre, une coalition de pays occidentaux intervient en Afghanistan, considéré comme la base arrière de l'organisation terroriste Al-Qaida, soutenue par les talibans afghans qui dirigent le pays. Treize années de guerre plus tard, la sécurité du pays est confiée à l'armée afghane.

Les derniers soldats français ont quitté l'Afghanistan à la fin de l'année 2014, et les dernières forces combattantes ont quitté le pays en 2012. Jusqu'à 4 000 soldats français se sont trouvés en même temps sur le sol afghan. Pour pouvoir effectuer leur travail et communiquer avec la population locale, ils ont dû faire appel à des interprètes afghans.

Si les talibans ont été délogés du pouvoir par la coalition, ils n'ont pas été entièrement anéantis et reprennent même des forces en Afghanistan depuis quelques années. Particulièrement haineux envers les Afghans qui ont travaillé avec les armées de pays étrangers, dont la France, ils menacent les interprètes.

Certains d'entre eux ont reçu un visa pour la France, afin de se réfugier. Mais la grande majorité de ces Afghans se sont vus refuser ces papiers, malgré la qualité saluée de leur travail pour la France.

« Je sors très rarement, une fois par semaine au maximum. J'attends toujours le coucher du soleil et je mets un foulard et des lunettes. »

Jamal et Ismat (les prénoms ont été modifiés) ont 25 et 27 ans et vivent dans les environs de Kaboul, la capitale afghane. Comme le montrent des documents qu'ils nous ont fait suivre (contrats de travail, lettres de recommandation pour leurs bons services), ils ont tous deux travaillé comme interprètes pour l'armée française pendant plusieurs années et cherchent aujourd'hui à quitter l'Afghanistan pour trouver refuge en France. Menacés dans leur pays, nous les avons joints par téléphone ce vendredi matin.

VICE News : Comment avez-vous commencé à travailler avec l'armée française ?

Jamal : En 2005, j'ai eu mon bac au lycée français de Kaboul. Tous mes frères et soeurs sont allés là-bas, mais je suis le seul qui a décidé de travailler pour les Français. J'ai servi de guide pour des touristes après mon bac. Puis, en 2006, je suis allé voir l'armée française. J'étais le jeune de ma famille et il fallait que je trouve du travail. Les soldats français étaient basés à l'aéroport international de Kaboul. Je suis arrivé là-bas avec mon CV et ils m'ont rappelé quelques jours plus tard. Je suis devenu interprète entre des entreprises afghanes et l'armée qui leur passait des commandes. Puis j'ai travaillé pour une mission d'instruction des soldats afghans. J'étais avec les Français jusqu'à leur départ en juillet 2014.

Ismat : J'ai appris le français dans une école privée et, en 2002, je suis allé voir les soldats français à l'aéroport de Kaboul. Je suis passé par l'infanterie, le renseignement, la police militaire. Mon travail c'était de les accompagner en patrouille dans toutes les zones contrôlées par la France. Pour cela, j'étais moi-même équipé comme un soldat, avec un fusil, un casque, un gilet pare-balles.

Quels risques avez-vous pris au cours de vos missions ?

Jamal : Lors de la mission d'instruction de l'armée afghane, pendant un exercice de tir, une mine a explosé à 3 mètres de moi. J'étais avec des officiers formateurs français. Heureusement personne n'a été blessé. La mine avait été activée à distance, sûrement par des talibans depuis un des villages voisins. C'était en janvier 2013. La situation s'est vraiment dégradée depuis 2010-2011. Mais, même avant, le camp où j'étais basé pouvait être attaqué. On allait se réfugier dans des bunkers quand c'était le cas. Et il y a des espions talibans qui peuvent s'infiltrer parmi la population : quand j'allais voir des entreprises afghanes, je ne savais pas toujours à qui j'avais affaire.

Ismat : En 2009, j'étais dans un 4x4 qui m'emmenait dans un camp de l'armée française quand une dizaine de talibans ont attaqué le convoi. Un des soldats afghans qui m'accompagnait est mort après avoir été touché par une balle. Les insurgés étaient à 20 mètres de nous. L'un d'eux a tiré une roquette qui a touché le 4x4. Heureusement, elle n'a pas explosé. Je me suis couché sur le sol, les balles passaient au-dessus de ma tête. Puis un hélicoptère français a fait fuir les talibans. Après ça, toutes les trois nuits environ, les talibans attaquaient le camp, parfois au mortier.

« J'ai reçu une lettre de menace de mort directement chez moi. »

Quelles relations aviez-vous avec les soldats français ?

Jamal : Le premier contact était très sympa. En Afghanistan, beaucoup d'interprètes préfèrent travailler pour les soldats européens. Ils sont plus sympathiques que les Américains. Aujourd'hui, je suis encore en contact avec un adjudant-chef français. Mais les soldats ne peuvent pas nous soutenir maintenant, sinon ils risquent de se faire virer. On était côte-à-côte avec eux, mais quand j'ai fait ma première demande de visa auprès du chef militaire, en mars 2013, je n'ai pas eu de réponse. Le chef est revenu le jour du départ des soldats français, en juillet 2014. Il m'a juste dit que ma demande avait été refusée et il est parti.

Ismat : En juillet 2014, au moment du départ des Français, j'ai reçu un appel téléphonique qui m'a juste dit que ma demande de visa n'avait pas abouti. Je pensais que l'armée française me protégerait. Mais, quand j'ai reçu des menaces de mort par téléphone, ou même par des tracts collés sur la porte de la maison, l'armée n'a rien fait, comme la police afghane. Ils m'ont dit de rester chez moi et d'être discret.

À quoi ressemble votre vie aujourd'hui ?

Jamal : Pendant ces huit années, j'ai toujours caché que je travaillais pour l'armée française. Seule ma famille proche le savait. Même mes voisins pensaient que je travaillais dans une entreprise afghane. Les talibans ont toujours très, très mal vu les interprètes qui travaillent pour des armées étrangères. Les talibans ont repris des forces depuis 2010. Aujourd'hui, ils sont à 25 kilomètres de Kaboul et peuvent même mener des actions dans le centre-ville. Il y a toujours eu des espions et les menaces par téléphone, mais depuis 2012, j'ai dû changer de domicile cinq fois. La dernière fois, c'était il y a quelques mois, j'ai reçu une lettre de menace de mort directement chez moi. Elle a été glissée sous ma porte. Je suis parti dans la nuit, à 25 kilomètres de là.

Ismat : Quand je travaillais au niveau d'un check point de l'armée française, les villageois afghans étaient contrôlés à chaque passage et ne m'aimaient pas beaucoup. Ils me traitaient d'infidèle, d'espion, de traître. Pour eux, j'étais un militaire. Maintenant que les Français, sont partis, les menaces augmentent. Par téléphone, avec un numéro inconnu. Par tract, comme la dernière fois. Sur ce papier, il y avait ma photo et la promesse d'une récompense pour celui qui causerait ma mort. J'ai changé de domicile dans la nuit. C'est arrivé sept fois en douze ans. Et le tract menaçait aussi ma famille. J'ai une femme deux enfants.

Comment faites-vous pour sortir ?

Jamal : Je sors très rarement, une fois par semaine au maximum. J'attends toujours le coucher du soleil et je mets un foulard et des lunettes. C'est surtout ma femme qui sort, mais j'ai dû lui acheter une burqa pour qu'elle ne soit pas reconnue dans la rue.

Ismat : Moi, je ne suis pas sorti de chez moi depuis la dernière manifestation devant l'ambassade de France. Tous les jours, je pense que je vais mourir. Quand j'ai besoin de quelque chose, je demande souvent à ma belle-mère d'aller le chercher.

Qu'espérez-vous pour la suite ?

Jamal : Il n'y a que la France qui peut nous sauver. Les autres pays vont toujours refuser de nous accorder des visas car nous n'avons pas travaillé pour eux. On espère que le peuple français, les politiciens et le Président de la République pourront changer notre situation. S'ils nous sauvent, la vie va continuer.

Ismat : Il faut rouvrir le processus qui permet aux interprètes d'avoir des visas, il n'y a pas d'autre solution. Aujourd'hui ou demain, la mort peut arriver.

***

L'avocate Caroline Decroix, membre de l'association Avocats pour la défense du droit des étrangers (ADDE) cherche à venir en aide à ces interprètes afghans restés sur place. Avec une trentaine d'avocats, elle cherche à obtenir le précieux sésame qui mettrait à l'abri des talibans 56 Afghans et leurs familles, soit environ 200 personnes.

Contactée par VICE News ce jeudi, elle explique pourquoi elle et ses confrères ont publié une lettre ouverte au président François Hollande mercredi dernier. « C'est au Président de trancher car c'est lui qui a voulu mettre en place la procédure ad hoc qui a permis à 73 visas d'être délivrés jusqu'ici. Mais ce sont plusieurs centaines de personnes qui sont concernées. »

Caroline Decroix ne souhaite pas que cette situation se règle devant la justice, mais se dit prête à aller jusqu'au tribunal administratif s'il le faut. Jusqu'ici, elle n'a reçu « aucune réponse de l'Elysée ». Contactée par VICE News, la présidence française n'a pas pu nous répondre sur ce sujet dans les délais de parution de notre article.

Suivez Matthieu Jublin sur Twitter @MatthieuJublin

Étienne Rouillon a participé à la rédaction de cet article @rouillonetienne