environnement

Un groupe de jeunes poursuit Ottawa pour son indifférence aux changements climatiques.

ENvironnement JEUnesse dit que ce sont les moins de 35 ans qui subiront les conséquences de l’inaction gouvernementale.
26.11.18
Un groupe de jeunes poursuit Ottawa pour son indifférence aux changements climatiques.
Photo par La Presse canadienne

Le groupe ENvironnement JEUnesse a demandé lundi à la Cour supérieure du Québec l’autorisation d’exercer une action collective de la part de tous les jeunes québécois âgés de 35 ans et moins contre le gouvernement. Ils accusent le gouvernement fédéral d’avoir négligé sa responsabilité de protéger les jeunes contre les effets des changements climatiques.

En ratifiant l’accord de Paris en 2016, le Canada s'est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 17 % sous les niveaux de 2005 d'ici 2020, et de 30 % d’ici 2030. En mars dernier, par contre, un rapport de la commissaire à l’environnement montrait que le gouvernement allait rater les objectifs de réduction de GES fixés par le gouvernement conservateur.

Et même s’il les respectait, les cibles sont beaucoup trop basses pour éviter un désastre environnemental, croit le groupe. « Si le gouvernement continue dans cette voie, les 0-35 ans subiront les conséquences graves des changements climatiques, les privant ainsi de leur droit à un environnement sain et à la protection de la biodiversité, de leur droit à la vie et à la sécurité, et de leur droit à l'égalité », écrit-on dans le communiqué du groupe ENvironnement JEUnesse.

La porte-parole du groupe, Catherine Gauthier fait valoir que, malgré la quantité de rapports scientifiques faisant état des risques de ne pas agir, le gouvernement canadien manque à son devoir. « Plutôt que d'accélérer une transition écologique, le Canada subventionne les compagnies de pétrole et achète un pipeline en notre nom », affirme celle qui est également la directrice générale d’ENvironnement JEUnesse.

Dans sa demande, le groupe exige que les droits des jeunes, ainsi que ceux des générations futures soient protégés et respectés. Il demande que le Canada agisse sans attendre pour éviter un réchauffement climatique dangereux, au-delà de 1,5 °C.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Le cabinet d’avocat Trudel Johnston & Lespérance qui représente la demande, y voit un motif de poursuite. « Le comportement du gouvernement canadien porte atteinte à plusieurs droits protégés par la Charte canadienne des droits et libertés ainsi que par la Charte québécoise des droits et libertés de la personne », a déclaré par communiqué Bruce Johnston, avocat et associé, qui croit le dossier assez solide sur le plan juridique.

La démarche s’inspire d’initiatives similaires dans d’autres pays, comme aux États‑Unis, en Belgique, en Norvège, en Irlande, en Nouvelle-Zélande, en Suisse, en Colombie et au Royaume-Uni. Une poursuite aux Pays-Bas a donné des résultats tangibles. Le gouvernement néerlandais s’est vu obligé par un jugement du tribunal d’appel de plancher sur un plan concret pour atteindre ses cibles environnementales.