FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Un milliardaire russe se lance à la recherche des extraterrestres avec Stephen Hawking

Le magnat russe Youri Milner a promis 100 millions de dollars pour financer la recherche. Mais Hawking a prévenu que nous devions être prudents, car des aliens sophistiqués « pourraient nous percevoir comme nous percevons les bactéries. »
21 juillet 2015, 3:26pm
Photo par Andy Rain/EPA

Un milliardaire russe vient de consentir à un effort financier de 100 millions de dollars pour scanner le cosmos en quête de preuve de vie extraterrestre, avec en prime un concours pour décider quoi leur dire, dont la récompense s'élève à un million de dollars.

Aux côtés du physicien renommé Stephen Hawking, l'investisseur en technologie Youri Milner a annoncé ce mardi qu'il financera Breakthrough Listen — un projet que les scientifiques considèrent comme l'approche la plus aboutie pour détecter des signaux extraterrestres.

L'investissement de Milner va servir à louer les télescopes radio les plus sensibles et puissants de la planète, et servira à l'achat de récepteurs sophistiqués capables de scanner des milliards de fréquences radio simultanément. Pendant 10 ans, le projet va se concentrer sur les millions d'étoiles les plus proches de la Terre, mais aussi sur une centaine de galaxies proches. Selon un communiqué de presse, le programme va observer le ciel dix fois plus régulièrement et fonctionner des centaines de fois plus vite que n'importe quel programme précédent.

Milner a déclaré que l'initiative va recueillir en une journée autant de données qu'un autre programme mettrait un an à collecter. En plus, tout cela sera mis à disposition du public.

« Pour la première fois dans l'histoire de la science, un nombre incroyable de données sera mis à la disposition du public » a indiqué Milner, en ajoutant qu'il se base sur « une approche de type Silicon Valley » qui utilise les réseaux sociaux et le financement participatif.

Stephen Hawking était également présent à la Royal Society à Londres, où était lancée l'opération, pour offrir son soutien. « Il n'y a pas de plus grande question » que de savoir si nous sommes seuls ou non dans l'univers, a déclaré le célèbre scientifique.

« Dans un univers infini, il doit bien y avoir d'autres signes de vie, » a-t-il déclaré. « Ou alors nos lumières se promènent-elles dans un cosmos sans vie — des phares invisibles, annonçant qu'ici, sur un rocher, l'univers a découvert son existence ? De toute manière… Il est temps de s'investir pour trouver la réponse. »

Toutefois, Hawking a prévenu que nous devrions faire attention si nous trouvons vraiment quelqu'un. Depuis leurs hautes sphères, les aliens sophistiqués pourraient nous considérer comme des êtres sans valeur, estime-t-il, en suggérant qu'ils n'auraient que peu de scrupules éthiques à nous éradiquer ou à nous coloniser. « Puisque nous ne savons rien de l'idéologie extraterrestre, notre seul guide est l'histoire sanglante de l'humanité. »

« Si vous regardez l'histoire, » commence-t-il, « les rencontres entre les civilisations dotées de technologies avancées et les sociétés primitives se sont mal passées pour celles qui étaient les moins avancées. Une civilisation qui lit l'un de nos messages pourrait être en avance de plusieurs milliards d'années. Si c'est le cas, ils seront infiniment plus puissants et pourraient nous percevoir de la même manière que nous percevons les bactéries. »

Cela n'est pas la première fois que l'on essaye de communiquer avec des aliens. Les engins spatiaux Voyager, lancés dans les années 1970, transportaient des disques en or avec des messages venus de la Terre, comme un discours du président américain Jimmy Carter et des cris de baleine. Anne Druyan — la veuve de Carl Sagan, un astronome américain mort en 1996 — avait aidé à monter ce projet, et avait même eu ses ondes cérébrales gravées sur un disque. Ce lundi, elle était avec Milner et Hawking pour présenter un concours — dont le premier prix rapportera 1 million de dollars au vainqueur. Il s'agit de trouver le meilleur message à envoyer aux hypothétiques aliens. En revanche, il n'y a aucune garantie que le message gagnant soit envoyé dans l'espace.

Selon Druyan, l'objectif est de lancer un débat sur la manière dont nous voulons nous représenter nous-mêmes en tant qu'espèce.

« C'est une bonne manière de développer un degré de conscience à propos de ce que c'est d'être humain, » a-t-elle déclaré.

Les participants seraient également libres de débattre à propos de la décision même d'établir un contact avec les aliens.

Les autres scientifiques du groupe ne craignent pas une apocalypse extraterrestre imminente, mais se réjouissent du nouveau programme d'exploration. Frank Drane, l'un des pionniers du projet de Recherche d'intelligence extraterrestre (SETI), était soulagé de finalement avoir un mécène fortuné pour rattraper des décennies de négligence.

« Pour une fois, nous allons enfin avoir un financement stable afin de pouvoir planifier d'une année à l'autre les recherches, » a-t-il dit. « Nous pouvons embaucher des gens talentueux, et nous aurons la plus puissante et la plus longue phase de recherche qui a jamais été lancée. »

Les scientifiques ont aussi déclaré que des découvertes récentes ont augmenté les chances de succès. Lord Martin Rees, qui est Baron de Ludlow et astronome royal de Grande-Bretagne, a indiqué que la technologie « permet désormais de procéder à des recherches plus sensibles qu'auparavant » et s'est félicité de la « portée mondiale » fournie par les réseaux sociaux.

Geoffrey Marcy, un astronome de l'Université de Californie à Berkeley, qui a découvert plus de planètes extraterrestres que n'importe qui d'autre, a déclaré qu'il y a désormais des preuves suffisantes pour dire qu'au moins 10 pour cent des étoiles dans notre propre galaxie ont des planètes qui présentent des conditions favorables à la vie. Il pourrait y avoir des milliards de mondes semblables à la Terre dans la seule Voie lactée.

« Je parierais ma maison que parmi les 100 systèmes solaires les plus proches, des organismes à une cellule peuvent être trouvés et qu'ils sont fluorescents, » a-t-il dit. « Ou au moins je parierais la maison de Youri. »

La question la plus difficile, ont indiqué les scientifiques, est de savoir si la vie a suffisamment évolué sur ces planètes au point de communiquer avec nous. Même si c'était le cas, il n'y a aucune garantie que la vie y soit pérenne.

Hawking a formulé cela d'une manière particulièrement morose.

« Il n'y a qu'à se regarder dans le miroir pour comprendre que [la vie intelligente] peut être très fragile et autodestructrice. »

Suivez Arthur White sur Twitter : @jjjarthur