Etats-Unis

Tuerie de Charleston : Roof condamné à mort

Dylann Roof a été condamné à la peine de mort pour avoir tué, en juin 2015, neuf fidèles noirs réunis dans une église épiscopale de Charleston en Caroline du sud. Le jury a pris sa décision unanimement.
11.1.17

Dylann Roof a été condamné à la peine de mort pour avoir tué, en juin 2015, neuf fidèles noirs réunis dans une église épiscopale alors qu'ils étudiaient la Bible à Charleston, en Caroline du sud. Le jury a pris sa décision unanimement.

Le jury a rendu son verdict après moins de trois heures de délibéré. Ses 12 membres se sont accordés unanimement sur chacun des facteurs aggravants, notamment sur le manque de remords du tueur, le motif racial du crime et qu'il avait cherché à nuire aux autres de manière intentionnelle.

Publicité

Selon les journalistes présents dans la salle d'audience, le jeune Roof, un suprémaciste blanc autoproclamé de 22 ans, regardait « droit devant » lui, « dépourvu d'émotions » lorsque le juge fédéral Richard Gergel lui a annoncé la décision de la justice.

Puis Roof s'est levé pour parler : « Je voudrais demander que la cour nomme de nouveaux avocats. » Il avait décidé de se défendre lui-même pour cette dernière partie du jugement, où la sentence est lue et où la défense peut encore une fois essayer de la changer, et avait relégué son avocat David Bruck à un rôle de conseiller d'urgence.

Gergel a alors répondu en disant qu'il était « extrêmement peu enclin » à satisfaire sa demande, mais qu'il en discuterait davantage ce mercredi matin pendant un conseil de détermination de la sentence. Gergel a également indiqué qu'il n'avait pas assez de preuves qui suggéraient que la défense de Roof s'était montrée inefficace.

Le juge a alors remercié le jury pour son service, selon les journalistes du journal local Post and Courier. « Vous avez été attentionnés, vous avez été patients, vous avez été prudents. »

Roof a livré ses dernières remarques au jury — avant que celui-ci ne se retire pour délibération — sans jamais indiquer qu'il avait regretté ce qu'il avait fait. « Je n'ai pas eu besoin de faire quoi que ce soit, » a dit Roof. « Je sentais que je devais le faire et je sens encore que je devais le faire. »

Publicité

Mais il semblait demander au jury de ne pas le condamner à mort. Roof a rappelé au jury que, selon la loi fédérale, la peine de mort ne peut être prononcée qu'à partir d'une décision unanime. Si un seul juré s'y était opposé, Roof aurait été condamné à la prison à perpétuité sans liberté conditionnelle. « De par ce qu'on m'a dit, j'ai le droit de vous demander de m'accorder la prison à vie, » a-t-il dit. « Mais je ne suis pas sûr de quel effet positif cela aurait, de toute façon. »

En décembre, les mêmes jurés ont considéré à l'unanimité que Roof était coupable des 33 chefs d'inculpation relatifs au massacre de l'Emanuel African Methodist Episcopalian de Charleston.

Pendant la durée du jugement, les procureurs ont dressé le portrait d'un jeune homme froid et calculateur, consumé par la haine raciale et qui avait passé des mois à planifier le massacre. Ils ont notamment insisté sur le fait qu'il se soit assis dans sa voiture devant l'église pendant 28 minutes, à mettre des balles dans les huit chargeurs.

Le jour des faits, Roof est alors entré dans l'église, où 12 personnes étaient rassemblées pour étudier la Bible, notamment le pasteur Clementa Pinckney. Celle-ci l'a alors invité à s'asseoir à ses côtés, selon le récit des rescapés, et lui a tendu une bible ainsi qu'un prospectus qui contenait le texte sacré qui serait étudié cette semaine-là. Ce n'est que lorsque les fidèles ont penché leurs têtes pour prier que les premiers tirs ont retenti.

Publicité

Polly Sheppard, qui a survécu l'attaque, a raconté en décembre dernier les événements en tant que témoin de l'accusation. Elle a alors témoigné comment elle a cherché refuge et a vu des douilles frapper le sol autour d'elle. Selon la rescapée, Roof lui a dit qu'il épargnerait sa vie, pour qu'elle puisse raconter aux autres ce qui s'est passé.

Dans les déclarations finales, le procureur, Jay Richardson, a rappelé au jury que l'accusé avait porté des chaussures avec des ornements racistes, comme des croix gammées, pendant son jugement.

La procureure générale, Loretta Lynch, avait annoncé en mai dernier qu'elle réclamerait la peine de mort pour Roof, au nom du département de la Justice. De nombreux proches des victimes étaient pourtant contre cette peine. « Ce n'est pas la justice de le condamner à mort, » a écrit le bureau américain d'Amnesty International dans un communiqué. «Cela n'aidera pas à fermer les très profondes plaies raciales qui continuent à semer la violence dans notre nation. »

Son ami Joey Meek avait dit aux médias après le massacre que Roof espérait « commencer une guerre des races ». Sur son site, appelé « le dernier Rhodésien », Roof avait publié un manifeste de 2 000 mots, où il protestait contre les Afro-Américains. « On n'a pas de skinheads, pas de véritable KKK, personne ne fait quoi que ce soit à part parler sur Internet, »a-t-il écrit. «Bon, il faut que quelqu'un ait la bravoure de le faire dans la vraie vie, et je suppose qu'il faut que ce soit moi. »

Publicité

Il n'a pas déclenché une guerre entre communautés, mais il a en effet suscité un débat national. Cela a notamment lancé un débat sur les monuments confédérés installés dans les États du sud des États-Unis. Suite à ce débat, le gouverneur de la Caroline du Sud, Nikki Haley, avait finalement décidé de tout simplement retirer le drapeau des Confédérés du siège de l'État.

La santé mentale de Roof avait par ailleurs été évaluée à deux reprises pendant son jugement. À chaque fois, les psychiatres sont arrivés à la conclusion qu'il était assez lucide pour faire face à une Cour de justice.

L'annonce officielle de la sentence aura lieu ce mercredi à 9h30 [15h30, à l'heure de Paris].


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR