Allemagne

Facebook s'attaque aux "fake news" en Allemagne

Alors que les élections approchent en Allemagne et que les discours haineux se propage sur l'Internet germanique, Facebook teste son outil de signalement des fakes news outre-Rhin.
16.1.17

Facebook essaie d'apprendre de ses erreurs, il paraît. Cela après que le réseau social a été durement critiqué pour avoir laissé circuler de fausses informations ("fake news"). Certains estiment que cela aurait eu une influence sur l'élection présidentielle américaine.

Après toutes ces critiques, le géant des réseaux sociaux a créé un outil qui permet de « signaler » des informations qui peuvent sembler douteuses. Et maintenant, Facebook veut apporter cette fonctionnalité en Allemagne en vue des élections qui vont se tenir dans le pays, en septembre prochain. Pour les Allemands, il s'agira de décider s'ils veulent qu'Angela Merkel enchaîne un quatrième mandat à la tête du pays.

Publicité

En décembre, les agences de renseignement allemandes ont exprimé leur inquiétude par rapport aux « preuves croissantes de tentatives d'influence » sur les futures élections générales, rapportait le New York Times. Surtout après avoir vu les autorités américaines attribuer la vague de fausses infos à une stratégie de propagande très minutieuse opérée par la Russie. L'Allemagne craint être le prochain pays sur la liste des Russes dans leur volonté de déstabiliser les démocraties occidentales. Notamment en diffusant des fake news concernant les candidats.

Facebook n'a pas indiqué si le fait d'exporter leur outil de signalisation anti-fausses infos en Allemagne était directement lié aux prochaines élections. « Quand on a lancé cela aux États-Unis, on avait dit qu'on élargirait ce plan aux autres pays après quelque temps, » a affirmé un porte-parole de Facebook à CNN Money ce dimanche. «On a écouté notre communauté et nous avons commencé à parler avec des partenaires dans le monde entier, et la disponibilité des partenaires allemands nous permet de le tester en Allemagne. »

Le pays a vu une montée du discours de haine sur Internet, surtout après que le pays a accueilli plus d'un million de migrants depuis le début de la crise migratoire, selon Reuters.

Cet outil de signalement est réalisé en collaboration avec un groupe tiers, spécialisé sur le « fact-checking ». Ce groupe possède l'agrément du Code international de principes du Fact Checking du très respecté Institut Poynter. Si quelqu'un publie une histoire qu'un responsable considère comme un canular, une vignette apparaît en dessous du lien indiquant que l'information est sujet à discussion.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez VICE News sur Facebook : VICE News