Cet adepte de la théorie de la Terre plate s’envolera en fusée samedi

« Je serais idiot de ne pas avoir peur. »
22.11.17
Capture d'écran via Stellar Pictures Productions/YouTube

La Terre est ronde. Peu de gens remettent ce fait en question, à moins de faire partie de l’Inquisition du 16e siècle ou d’être le rappeur B.o.B. Et pourtant, grâce à une théorie du complot incroyablement erronée, un groupe de gens restreint mais dévoué est convaincu que la Terre est plate. L’un de ces soi-disant « platistes » s’appelle « Mad » Mike Hugues. Ce conducteur de limousine de 61 ans a passé les dernières années à construire une fusée artisanale alimentée au charbon dans son garage afin de prouver qu’il a raison.

Publicité

Ce samedi, il grimpera à bord de sa fusée et s’envolera dans l’espoir de démontrer une fois pour toutes que la planète telle que nous la connaissons est en fait un disque plat entouré d’ un gigantesque mur de glace, rapporte l’Associated Press.

« Je ne crois pas à la science », a dit Hugues à l’AP. « Je connais l’aérodynamique et la dynamique des fluides, la manière dont les choses se déplacent dans l’air, les tuyères de fusée et la poussée. Mais ce n’est pas de la science, ce ne sont que des formules. Il n’y a aucune différence entre la science et la science-fiction. »

Hugues lancera sa fusée samedi après-midi à Amboy, une ville fantôme en Californie. Il s’attend à ce que son engin, qui lui a coûté environ 20 000 $ à construire et qui a été financé par le groupe Research Flat Earth, atteigne des vitesses allant jusqu’à 800 km/h.

« Je serais idiot de ne pas avoir peur », a-t-il dit. « C’est épeurant, mais personne ne s’en sortira vivant de toute façon. J’aime faire des choses extraordinaires que personne d’autre ne pourrait faire, et personne dans l’histoire de l’humanité n’a conçu, construit et piloté sa propre fusée. »

Hugues s’est déjà envolé en 2014, alors qu’il s’était propulsé à 418 mètres dans les airs dans une première fusée artisanale. Bien qu’il ait survécu, il aurait apparemment mis trois jours à se remettre des effets de la force d’accélération.

Le lancement de samedi pourra être visionné en temps réel sur « Internet à la carte », d’après le site personnel de Hugues. S’il réussit sa mission, a-t-il affirmé, il compte travailler à une fusée qui l’amènera encore plus haut. Il espère ainsi se rendre dans l’espace pour voir de ses propres yeux cette grande gaufre sur laquelle nous vivons.

« Rien n’est hors de portée », a dit Hugues. « Tout est possible. Il suffit d’investir assez de temps, d’argent et de réflexion. »