Publicité
Red Star FC

Lisa Mélissa & The Mess : « On est fier de représenter les valeurs du Red Star avec notre chanson »

On vous présente la chanson qui rend hommage au club de notre cœur.

par Maxime Delcourt
29 Mai 2018, 1:24pm

Photo  industrialgroupproduction.com

VICE et le Red Star se sont associés pour vous faire vivre de l’intérieur la saison des Vert et Blanc de Saint-Ouen. Nous serons présents sur les terrains et dans les vestiaires, auprès des joueurs, du staff, des supporters et de tous ceux qui gravitent autour de ce club historique du foot français. Aujourd'hui, on discute avec les membres de Lisa Mélissa & The Mess, dont le dernier morceau rend hommage au club de Saint-Ouen.


Membre de The Adelians, Ludovic Bors nous confiait il y a peu être un grand fan du Red Star, avoir grandi dans le 93 et avoir évolué pendant un temps au sein du Red Star de Montreuil. Ce qu'il ne nous avait pas dit, c'est qu'il avait un deuxième groupe, Lisa Mélissa & The Mess, et qu'il bossait depuis quelques temps déjà sur un morceau en hommage à son club de cœur. Son titre ? Red Star, forcément. Le clip de ce petit tube en puissance vient de sortir et, cerise sur le gâteau, il a été tourné dans les tribunes de Bauer. Ça méritait donc bien quelques questions afin de comprendre comment un petit groupe de soul français ambitionne d’un coup de contribuer « à sa modeste échelle à l’histoire du club ».

VICE : Comment est née l’idée de dédier un titre au Red Star ?
Ludo : Étant fan de ce club, cette idée me trottait dans la tête depuis plusieurs années. Le problème, c’est que c’est un exercice difficile, dans le sens où les chansons de supporter sont souvent pompeuses ou humoristiques. Il n’y a jamais d’entre-deux… Là, j’avais cette instru nommée « Red Star » que Christelle [sa femme, mais également la mère de Lisa, ndlr] s’est appropriée pour écrire un texte en rapport avec le foot et le Red Star.
Lisa : Quand mon beau-père et ma mère m’ont fait écouter ce morceau, ça m’a tout de suite parlé. J’aime l’idée que la musique, comme le foot, rassemble les gens. Lorsqu’ils m’ont proposé l’idée, je n’avais donc plus qu’à apporter ma touche en essayant de ne pas tomber dans le piège des habituels hymnes sportifs. Il faut quand même avouer que la plupart du temps les artistes se servent de ce prétexte pour faire leur pub, comme Shakira et son « Waka Waka » qui n’a rien à voir avec le foot, finalement.
Ludo : C’est vrai que, hormis un 45t des Harlem Globetrotters, je n’ai pas d’hymnes sportifs dans ma discothèque. Il y a bien sûr quelques exceptions, comme le 8*6 Crew, mais c’est souvent cliché. J’espère donc que l’on a réussi à contribuer de la bonne manière à l’histoire du club.

Justement, ce n’est pas trop difficile de se lancer dans un tel projet ?
Ludo : Une fois que Christelle s’est approprié la mélodie, tout s’est fait naturellement, en deux mois à peine. Pareil pour la structure du morceau, je ne l’ai pas voulu trop complexe : il a été composé comme un hymne avec un refrain qui constitue les deux-tiers de la mélodie. De plus, ça véhicule des valeurs propres au football et au Red Star : la solidarité, l’adversité, l’abnégation. On parle quand même ici d’un club où le kop soutient ses joueurs après une défaite, ce n’est pas si courant… J’espère donc qu’une partie des supporters pourra se l’approprier et que, pourquoi pas, on pourra l’entendre dans l’enceinte du stade. Même si, il faut l’avouer, étant donné la qualité de la sono à Bauer, je ne suis pas sûr que l’on comprenne quelque chose (rires).

Tourner le clip à Bauer, c’était indispensable ?
Ludo : Ça été un honneur de le tourner dans le stade historique, avant qu’il ne soit reconstruit. Là, on avait les tribunes entièrement pour nous, on avait accès aux vestiaires, on a pu trainer dans le couloir de l’entrée des joueurs et on pouvait tourner le clip dans les tribunes du kop. C’était très émouvant.
Lisa : À la base, je ne regarde le foot que lors de l’Euro et la Coupe du Monde pour supporter l’équipe de France. Mais ça m’a fait plaisir de découvrir l’ambiance de Bauer, de voir cette unité entre les supporters, leur jusqu’au-boutisme. Quelque part, on est fier de représenter toutes ces valeurs avec cette chanson.
Ludo : On a tourné tout ça en trois heures, en une matinée, grâce à un ami à moi qui a bien accroché à notre projet. Mais honnêtement, il faut tirer notre chapeau à David Bellion qui réalise un gros travail ces dernières années pour promouvoir l’image du Red Star et qui m’a mis en relation avec les bonnes personnes pour réaliser ce clip. Q-Sounds est un petit label, on a peu de moyens et ça, le Red Star, l’a très bien compris. C’est bon de voir qu’un club ne marche pas qu’au business.

La saison s'est terminée, j’imagine que vous devez être plutôt ravi de l’année écoulée ?
Ludo : On était tellement dégoûté de voir le Red Star descendre l’année dernière que je suis super content de le voir entamer sa progression à nouveau. Bon, il y a toujours le problème du stade, mais j’espère que l’on aura la chance de jouer la L2 à Bauer et que la remontée va remotiver les différents acteurs politiques pour que cette situation se débloque.
Lisa : En allant au stade pour le match de la remontée, je me suis fait cette réflexion : comment est-ce possible qu’un club en National concerne autant de monde ? Pendant 90 minutes, les supporters chantent leurs hymnes et passent un bon moment, à la fois sportivement et humainement. C’est rassurant de voir qu’un club qui partage de telles valeurs, d’entraide et d’entente, puisse progresser au sein des différents championnats français.

Tagged:
Football
musique
Saint-Ouen