Ils croient en la révolution du CBD

En France, le CBD, un cannabinoïde "light", reste en plein flou juridique. À l'étranger, il est au coeur d'un business florissant.

|
sept. 1 2017, 11:18am

Photo : Vice Espagne

Cet article a été initialement publié sur Vice Espagne.
En France, la détention, la fabrication, le transport de cannabis et de ses dérivés sont interdits.

Le CBD ou « cannabidiol » est un cannabinoïde non psychoactif dérivé de la marijuana. Il est l'un des deux principaux composants de la plante, avec le THC, responsable quant à lui des effets psychotropes. Des études affirment aujourd'hui que le CBD serait utile pour soigner certaines maladies, mais il est également consommé de façon récréative en procurant une sensation de détente. Le CBD agirait également comme un antagoniste du THC : il réduirait sa psychoactivité, et « régulerait » la puissance de la marijuana.

Certains avancent que les propriétés du CBD pourraient être un allié de poids vers une normalisation de la consommation de weed. Mais le CBD, c'est aussi un business florissant qui pourrait bien rapporter gros. Nous avons rencontré cinq consommateurs et acteurs du secteur, forcément enthousiastes.

Carola Pérez

Carola dirige le projet Two Emotions et l’ Observatoire espagnol du cannabis médical . Le cannabis a soulagé les douleurs chroniques qu’elle éprouvait suite à une fracture du coccyx.

« Lorsque j’ai entamé mon traitement au cannabis, je m’en procurais sur le marché noir. Plus tard, j’ai commencé à fréquenter un « cannabis club ». C’était il y a quatre ans environ et à l’époque il n’existait pas de variété ayant un taux élevé de CBD. La substance était relativement inconnue. Mon premier contact avec le CBD est passé par l’huile. Plus tard, j’ai commencé à faire pousser mon propre cannabis chez moi, puis j’ai entendu parler de rhizomes comportant un taux élevé de CBD.

« Grâce au CBD, je peux prendre plus de THC mais vaquer à mes activités sans aucun problème. »

Parfois, pour me débarrasser des douleurs plus tenaces, j’ai besoin du THC, qui m’aide sur le plan de l’appétit, de l’humeur, etc., mais il est vrai que le CBD m’aide à réduire sa psychoactivité.

Quand on a besoin de prendre du cannabis dans le cadre d’un traitement prolongé, il est vrai que l’effet psychoactif peut influer sur notre vie. Grâce au CBD, je peux prendre plus de THC mais vaquer à mes activités sans aucun problème : travailler, conduire, etc. Je cultive des rhizomes comportant du CBD, du cannabis sativa et des hybrides, comme de l’indica, pour pouvoir vaporiser plus souvent, selon l’état dans lequel je suis, sans ressentir tellement d’effets psychoactifs. Le CBD joue un rôle de tampon entre le THC et nous.

Par ailleurs, le CBD a des propriétés anti-inflammatoires et permet de s’épargner les anti-inflammatoires chimiques, qui sont parfois trop forts.

Judas Iscariote

Fabricant de teintures de cannabis Judas Juice

« Pendant longtemps, j’ai eu un rapport compliqué au CBD. Je rechignais à en consommer sans THC. Pour moi ça n’avait aucun sens, et puis j’ai eu une illumination. Le CBD possède des propriétés incroyables dans la lutte contre la maladie de notre temps, l’anxiété, et nous évite de nous bourrer de produits chimiques très mauvais pour la santé. J’ai découvert l’existence du CBD à Barcelone autour de 2008. La Cannatonic venait de remporter une belle troisième place dans la High Times Cup à Amsterdam. Un ami m’a parlé du CBD, m’a instruit sur la question et m’a aussi présenté la femme qui allait devenir ma petite amie à l’époque. Elle passait des journées entières à fumer du CBD et à se détendre, mais à se détendre tellement… que j’ai fini par la quitter. Celle que je n’ai pas pu quitter, c’est la Cannatonic. On est toujours ensemble.

Aujourd’hui, je suis toujours à Barcelone où je fais partie avec des amis de l’une des associations les plus géniales de la ville. J’y entretiens une relation avec le CBD qui me sauve la vie. Oui, la vie, car grâce à mes teintures de CBD, je réussis à me débarrasser de ces idiots qui fument trop et ne savent pas comment mettre un terme aux palpitations, aux sueurs froides et aux diverses paranoïas qui résultent d’un excès de THC mal consommé.

Le CBD est vivement recommandé pour ceux qui souffrent de crises d’angoisse régulières et ceux pour qui la vie semble être un combat incessant – ceux qui fument du THC sont emportés dans un monde d’angoisse. Quelques gouttes de teinture de CBD et voilà, le cauchemar est terminé. »

Kaco Forns

Humoriste à Comedy Central et scénariste pour l’émission Late Motiv. Consommateur récréatif de CBD.

« Laissez-moi dire tout d’abord que je ne consomme de marijuana qu’à des fins purement récréatives, même si qui sait, le THC que mon corps accumule depuis plus de dix ans entrave peut-être le développement d’une maladie terrible qui ne s’épanouira que lorsque j’arrêterai de fumer. Par chance, cela n’arrivera pas.

90 % de ce que je consomme ne l’est que dans la saine intention de me détendre chez moi, de regarder des films et des séries que j’ai probablement déjà vus, de tomber dans ce trou sans fond qu’est la consultation de mon téléphone, puis de moonwalker jusqu’à mon lit en chantonnant. Les 10 % restants, je les fume chez des amis, dans la saine intention de vider leur frigo. On pourrait donc dire que la marijuana m’aide essentiellement à me détendre et à dormir, même si parfois elle donne aussi des ailes à ma créativité.

« C’est ce que je préfère avec cette herbe : elle nous permet de faire des choses. »

Et c’est là que la marijuana riche en CBD entre en scène. C’est une herbe qui me rend heureux comme un prince. Dans mon cas, l’effet est très léger, et se ressent moins dans mon esprit que dans mon corps, qu’il enveloppe d’un agréable alliage de détente et d’euphorie et qui parfois me pousse à écrire plus facilement.

Je crois que c’est ce que je préfère avec cette herbe : non seulement elle nous permet de faire des choses, mais elle nous y incite. Pas seulement à écrire, mais même à faire du sport. Fumer un joint de CBD me permet même d’assister à un cours de boxe sans l’impression d’être constamment au bord de l’évanouissement. »

David Madilyan

Directeur de HQ, un cannabis social club à Barcelone

« Nous pensons qu’à l’avenir le CBD constituera un grand allié tant en matière médicale que pour contribuer à la légalisation complète de notre plante préférée. Dans notre laboratoire, nous travaillons souvent avec des variétés de cannabis qui ont un fort taux de CBD, et nous l’extrayons sans solvants grâce à une technique que l’on connaît généralement sous le nom d’Ice-o-lator ou Bubblehash.

Certains membres de notre club viennent pour consommer des produits avec du CBD. En ce moment, nous avons un programme médical en partenariat avec MEDCAN, un centre d’information sur l’usage thérapeutique du cannabis. Nous avons également un cabinet médical et une section présentant des produits basés sur les propriétés du chanvre et des différents cannabinoïdes. Nous voulons que nos membres aient accès à une information rigoureuse et objective de la part de professionnels qualifiés. Ce partenariat avec MEDCAN nous offre une large gamme de services destinés aux personnes qui souhaitent découvrir le potentiel du cannabis médical. »

Regina Martínez Idarreta

Chargée de communication chez Dinafem Seeds , banque de graines de cannabis.

« Je suis une consommatrice de cannabis régulière mais modérée. Un joint avec mon compagnon avant d’aller me coucher, plusieurs lorsque je sors en bande… J’ai toujours préféré son effet à celui de l’alcool. Je ne me suis jamais sentie mal, et je peux me vanter de n’avoir jamais fait de bad trip. De plus, tant seule qu’accompagnée, il m’a procuré des expériences merveilleuses, particulièrement lorsque je l’ai associé à l’une de mes plus grandes passions, la musique live.

Mon seul problème était que même si j’aimais l’effet et le goût de la marijuana plus que ceux du hasch, je choisissais souvent le second car l’effet de l’herbe pouvait se montrer trop fort ou incontrôlable. Mon corps ne réclamait pas toujours une expérience hyper psychoactive, donc j’ai souvent opté pour le haschich, dont les effets étaient plus stables.

« Parfois, lorsque je travaille devant l’ordinateur, je consomme des variétés de pur CBD qui contiennent à peine 1 % de THC. »

Depuis que j’ai découvert le CBD, je n’ai plus ce problème. Comme il contre les effets du THC, je peux apprécier le goût et les effets de la marijuana en sachant que je ne perdrai pas le contrôle, ou choisir les variétés qui correspondent le mieux à mes attentes du moment. Il existe des variétés riches en CBD comme la Green Crack CBD de Humboldt Seeds Organization, et je les apprécie grandement lorsque c’est ce que mon corps réclame.

Si je préfère opter pour une variété plus douce pour me relaxer avant de dormir, je choisis un ratio THC/CBD d’un pour deux qui me permet de déconnecter sans avoir l’esprit qui s’emballe. Et bien sûr parfois, lorsque je travaille devant l’ordinateur, je consomme des variétés de pur CBD qui contiennent à peine 1 % de THC, comme Dinamed CBD, qui m’aident simplement à soulager mon anxiété et me permettent de mieux me concentrer sans connaître d’effets psychoactifs.

J’ai découvert le CBD il y a un an ou deux en commençant à travailler chez Dinafem Seeds, qui à l’époque lançait son premier catalogue complet de variétés riches en CBD. J’ai eu la chance d’essayer beaucoup d’entre elles, et j’ai adoré découvrir une nouvelle dimension du cannabis. La première personne à m’avoir parlé du CBD est le professeur OG, le fondateur de la compagnie. Lui-même est passé de la consommation régulière de variétés très puissantes à forts pourcentages de THC à davantage de CBD au quotidien. »

Plus de VICE
Chaînes de VICE