FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Les Loups de la nuit est le club de bikers préféré de Vladimir Poutine

Alexander Zaldostanov, un ancien chirurgien de reconstruction faciale est passé du statut de motard renégat à celui d'activiste politique pro-Poutine.
28.4.15
Photo via Wikimedia Commons

Des hommes masqués forment une croix gammée. Ils défilent au pas de l'oie, une torche à la main, au rythme inquiétant de batteurs qui crachent du faux sang sur leurs instruments. Des mains robotiques géantes s'élèvent. Le Grand sceau des États-Unis (un aigle) est dessiné dessus. Les mains dessinent le contour de l'Ukraine avec des flammes, pendant que les néonazis continuent leur défilé. Ils se mettent à jeter des pierres et à brûler des officiers de la Berkout, la police antiémeute de la militsia ukrainienne.

Publicité

Soudain, des véhicules blindés arrivent, des drapeaux ukrainiens déployés, et des tirs de kalachnikov se font entendre.

C'est le spectacle du show annuel du club de motards qui a eu lieu en Crimée l'été dernier, cinq mois après que la région a été annexée par la Russie. La production, organisée par les « Loups de la Nuit », le plus gros club de moto de la région est sans doute la représentation la plus surréaliste de la propagande favorable Kremlin, qui a dénoncé les pro-occidental de Kiev, porté par les manifestations de l'Euromaïdan en Ukraine, comme une « junte fasciste ».

« Laquais éternels de l'Europe, esclaves spirituels, vous avez perverti l'histoire de vos pères et vendu les tombes de vos ancêtres, » profère Alexandre « le Chirurgien » Zaldostanov, le leader des Loups de la Nuit, créateur et maître de cérémonies, s'adressant aux Ukrainiens présents dans un grognement sourd. « Une terre étrangère vous est plus chère que la mère patrie, et pour cela vous ne devrez connaître que la volonté de votre maître, et vous incliner devant lui pour toujours. »

À lire : Des pro-Poutine lancent leur « version » de Charlie Hebdo pour se moquer de l'Occident

Une reconstitution de bataille entre factions pro-occidentales et pro russes s'est terminée par l'entrée dans l'arène des Loups de la Nuit sur leurs motos, agitant le drapeau de la marine russe et des républiques séparatistes de l'est de l'Ukraine tandis que la chorale de la mer noire russe a entonné l'hymne national soviétique.

Publicité

Zaldostanov, massif, a lu un message du président Vladimir Poutine au public, qui encensait ses « amis fidèles qui fusionnent avec la fraternité de la moto » et qui célébrait la « réunification de la Crimée avec la Russie ». Le jour suivant, il a présenté un trophée de guerre russe et un tee-shirt avec une photo de Poutine portant des lunettes de soleil à l'acteur et musicien Steven Seagal, un fan de Poutine qui a chanté avec son groupe de blues pendant le rassemblement.

Le chef des Loups de la Nuit est un ancien chirurgien de reconstruction facial. Il fait partie de ceux qui ont introduit la culture de la moto en Russie. À présent, il est à la tête d'un mouvement qui prend des positions anti-occidentales et dont la ferveur est toute de patriote. Cette année, Zaldostanov a lancé un mouvement « anti-Maïdan » pour protéger le Kremlin de la contamination des manifestations de l'Euromaïdan qui ont ébranlé Kiev l'an passé. Pour lui, les États-Unis sont derrière le mouvement qui a renversé le président pro russe Victor Yanoukovitch.

Il a l'oreille de son ami Poutine. Dans la première interview accordée à un média américain, il raconte à VICE News qu'il encourage le président russe à envahir la Crimée depuis des années.

Pour ce faire, les membres de son club de moto ont aidé à prendre d'assaut une usine de gaz et les quartiez généraux de la marine à Sébastopol peu de temps après que des troupes russes anonymes se sont emparées de la Crimée en février et mars dernier. Plusieurs membres ukrainiens du club se battent avec les rebelles soutenus par la Russie dans l'est de l'Ukraine, raconte Zaldostanov.

Publicité

« Mon but, c'était de faire tout ce qui était en mon pouvoir pour que Sébastopol soit rendu à la Russie, » dit-il en parlant de la ville portuaire de Crimée qui accueille une base navale louée par la Russie depuis 1997. « C'est ma petite contribution. À présent, j'ai quelque chose à présenter à Dieu. »

On le rencontre un jour de semaine, il est environ deux heures du matin. Zaldostanov est assis devant son dîner, des crevettes bouillies, des haricots et une salade de grenade, dans son restaurant folklorique russe, le club de motards dont il est propriétaire à Moscou. Comme d'habitude, il porte sa veste en cuir des Loups de la Nuit, décorée de l'ordre de l'honneur que Poutine lui a personnellement remis en 2013. Ses longs cheveux sombres sont attachés en queue-de-cheval avec un élastique noir.

Avec ses sculptures géantes de motos, de loups et d'oiseaux, éclairées par des lumières vertes, rouges et bleues, le centre des motards ressemble à un étrange parc d'attractions, un parc avec un bar, et des passionnés de moto au cou épais. Un camion-citerne appelé « Mad Max », en référence au film avec Mel Gibson, témoigne de l'inspiration apocalyptique du groupe. Zaldostanov explique que le film lui rappelle le déclin de la Russie à la chute de l'Union soviétique.

Il a rencontré Poutine pour la première fois en 2009, quand le leader Russe, qui était alors Premier ministre, est venu visiter le club de motards. Zaldostanov, qui organisait à l'époque son premier spectacle de moto à Sebastopol, se souvient d'avoir raccroché en recevant un coup de fil du bureau du Premier ministre, pensant que c'était une blague. On l'a rappelé, en lui demandant simplement de répondre à Moscou. Le jour suivant, il a remis à Poutine des lettres et des cadeaux d'habitants de Sebastopol, et il lui a dit que cette ville devrait faire partie de la Russie.

Publicité

Poutine sur un trois roues avec Zaldostanov en 2011. (Photo d'Ivan Sekretarev/AP)

Après leur rendez-vous, Poutine a empêché les autorités moscovites d'expulser le club de motards. Zaldostanov dit que depuis, il conseille le président sur les meilleures motos à acheter. Poutine chevauchait une Harley-Davidson à trois roues aux côtés de Zaldostanov lors de l'édition 2010 du spectacle des Loups de la Nuit à Sebastopol. Un an plus tard, à Novorossiisk, Poutine a remercié les motards d'organiser des « événements patriotiques aussi vitaux ».

Le chef des motards est également apparu à des événements organisés par Poutine. Il s'est récemment adressé à la foule avant le discours du président lors d'un rassemblement géant devant le Kremlin pour l'anniversaire de l'annexion de la Crimée.

À lire : La grosse fiesta de Poutine pour l'annexion de la Crimée

Au fil des ans, Zaldostanov est passé du statut de renégat et de bagarreur des rues à celui de militant politique énergique qui promeut des opinions extrêmement conservatrices, et dont le soutien à Poutine est sans failles. Zaldostanov a souvent des diatribes violentes contre les « pédés » et il a interdit aux homosexuels de rejoindre les Loups de la nuit. Il reproche aux « nationalistes » et aux « fascistes » ukrainiens de ruiner leur pays et d'alimenter la guerre.

« Je ne suis pas un provocateur, ni un anti-Maïdan, mais on ne se laissera pas faire. »

Il a travaillé avec des personnalités d'extrême-droite, comme le partisan de la théorie du complot Nikolai Starikov pour mettre en place un mouvement « Anti-Maïdan ». En février, le mouvement a envoyé des membres pour arrêter un rassemblement contre la guerre. Plus tard, ils ont organisé leur propre manifestation contre le « coup d'État » ukrainien. Les participants brandissaient des drapeaux sur lesquels était inscrit « Nous ne voulons pas de votre idéologie occidentale et des Gay Prides. » Comme Poutine, Zaldostanov avance que l'opposition pro-démocratie en Russie est une espèce de « cinquième colonne » qui cherche à détruire le pays.

Publicité

Starikov et Zaldostanov ont récemment tenu une conférence de presse pour dire que le leader de l'opposition Boris Nemtsov avait été tué par ses « agents américains » dans un complot pour provoquer un soulèvement et un changement de régime en Russie.

Peu de temps après la conférence de presse, un officier de police tchétchène de haut rang, connu pour sa loyauté envers le président de la région Ramzan Kadyrov — qui a été accusé de plusieurs meurtres et de violations des droits de l'homme au fil des ans — a été inculpé pour le meurtre de Nemtsov. Zaldostanov est proche de Kadyrov, il l'a même accompagné à un match d'arts martiaux qui se tenait dans la capitale Grozny au mois de mars. Le motard dit que Kadyrov est en train d'être initié pour devenir un membre officiel des Loups de la Nuit, même s'il a candidement admis que le leader Tchétchène ne savait pas très bien conduire une moto.

Zaldostanov est né à Kirovograd, en Ukraine. Il a surtout grandi à Moscou, mais il partait en colonie de vacances tous les ans à Sébastopol jusqu'à ses 15 ans. C'est là qu'il a été introduit au « culte » de la flotte de la mer Noire. Son père était Ukrainien, mais il parlait surtout le russe à la maison. Autour d'un dîner, Zaldostanov a dit à VICE News qu'il n'avait « jamais pris la langue ukrainienne au sérieux », langue qu'il considère comme un dialecte russe. Il pense aussi que les Russes et les Ukrainiens sont « un peuple », et prétend que l'Ukraine est un « pays artificiel » essentiellement russe.

Publicité

Accusé de patriotisme russe, Zaldostanov dit qu'il veut surtout arrêter « l'Ukrainisation forcée » de l'Ukraine et donner aux régions russophones la possibilité de rejoindre la Russie. La seule façon de sortir de la crise économique en Ukraine et du conflit séparatiste, c'est une intégration volontaire du pays à la Russie, insiste-t-il.

« La Russie est leur mère ; l'Europe sera leur belle-mère, » dit-il. « Vous ne pouvez pas remplacer votre mère par votre belle-mère, même si cette dernière est plus riche et qu'elle est plus prospère. »

Zaldostanov assis à côté de Poutine lors d'une cérémonie en 2013. (Photo via Wikimedia Commons)

Zaldostanov a étudié la médecine à Moscou, comme sa mère. Dans les années 1980, Zaldostanov était un chirurgien si brillant qu'on lui a offert un travail dans un établissement prestigieux de reconstitution faciale post-traumatique. Il y avait beaucoup de travail avec les conflits divers qui déchirait le monde criminel quand l'Union soviétique a commencé à s'effondrer. Ses patients avaient des blessures par balles, coups de couteau et, dans un cas, de pelle.

À cette époque, il avait déjà acheté sa première moto tchèque, et conduisait la nuit à travers la ville, arrivant au travail le matin par une porte dérobée, pour ne pas effrayer ses patients avec sa garde-robe, qui était alors « cent fois pire » que sa dégaine en cuir d'aujourd'hui.

« J'avais une vie parallèle… Contre le gouvernement, pour la police, » dit Zaldostanov. « J'étais dans l'opposition. On avait notre propre club, et je participais tout le temps aux bagarres. »

Publicité

Zaldostanov a découvert la culture des motards occidentaux quand il a travaillé comme videur dans Berlin ouest, au milieu des années 1980. Il dit maintenant qu'il avait une « image romantique de la civilisation occidentale » quand il était jeune, et qu'il n'a jamais aimé les Hells Angels pour des raisons religieuses. (Il n'a pas toujours rejeté le gang de motards — une vidéo sur YouTube contient des scènes dans lesquelles on voit Zaldostanov jeune faire visiter Moscou à des Hells Angels allemands.)

Zaldostanov a joué un rôle clé dans l'importation de la culture de motards occidentale en Russie, mais il affirme que les Loups de la nuit sont dédiés au patriotisme et à la foi plutôt qu'au crime et à la violence qui caractérisent les autres clubs. Plusieurs fois par an, les Loups de la nuit font un pèlerinage aux différentes églises orthodoxes.

« On va de Satan vers Dieu, c'est la direction dans laquelle on conduit, » dit-il. « On est prêts à détruire quelqu'un, mais pas pour de la drogue ou quoi. On a des valeurs différentes. On est pour la mère-patrie. »

Son admiration de la mère-patrie s'étend à Joseph Staline, qu'il cite régulièrement à ses spectacles de moto, et qu'il considère comme un héros.

« Les gens qui se plaignent de la répression ont détruit plus de gens que Staline, » remarque-t-il. « Autour du globe, la démocratie américaine a tué plus de gens, partout, ils ont amené de nouvelles guerres, la nouvelle théorie du chaos contrôlé. Ils utilisent la technologie comme une arme, ils ont détruit des gouvernements en Libye, en Syrie, en Irak et en Serbie… Aucune de ces guerres n'a apporté quelque chose de bien. »

Zaldostanov décrit son club de moto comme une organisation patriote qui travaille à promouvoir des valeurs positives en organisant des tours de moto et des spectacles. Il rappelle qu'il a rassemblé de l'aide humanitaire pour les républiques séparatistes de l'est de l'Ukraine, et qu'il a mis à disposition quatre appartements à Moscou pour des réfugiés de cette région.

Mais le principal projet politique de Zaldostanov aujourd'hui c'est faire la promotion inconditionnelle de Poutine comme le leader suffisamment fort pour tenir tête à l'occident. Sa position est telle que certains soupçonnent le Kremlin de chercher à séduire les Loups de la nuit pour en faire une sorte de milice privée de motards loyaux, et que Zaldostanov serait un candidat potentiel pour aider à diriger la ferveur nationaliste du pays en direction du Kremlin.

Zaldostanov affirme que Poutine n'a pas de dessin politique pour son groupe, et il dit qu'il ne se présentera pas aux élections. Il préfère continuer de planifier les activités des Loups de la nuit et utiliser le club pour protéger la mère-patrie de ce qu'il appelle une cinquième colonne et contre les sombres complots occidentaux.

 « On ne se laissera pas être humiliés. S'ils n'utilisent pas de violence contre moi, je ne le ferai pas non plus. Mais s'ils essaient de nous violer, la réponse sera encore pire. »

Suivez Alec Luhn sur Twitter: @ASLuhn