Publicité
Etats-Unis

États-Unis : Baisse des suicides chez les jeunes après la légalisation du mariage gay

Une nouvelle étude démontre que les tentatives de suicide chez les jeunes ont chuté après la légalisation du mariage gay dans plusieurs États américains.

par Carter Sherman
22 Février 2017, 3:10pm

Une nouvelle étude démontre que les tentatives de suicide chez les jeunes ont chuté après la légalisation du mariage gay dans plusieurs États américains. Dans les années précédant la légalisation du mariage gay sur tout le territoire américain par la Cour suprême, les États qui avaient déjà approuvé des lois dans ce sens, ont connu une chute immédiate des tentatives de suicide chez les jeunes, selon une découverte des chercheurs de l'université de Harvard et de l'université Johns Hopkins.

Publiée ce lundi par la JAMA Pediatrics, l'étude a comparé les taux de tentatives de suicide chez les adolescents dans les États qui avaient adopté le mariage gay et dans ceux qui ne l'avaient pas fait. Les chercheurs ont estimé que cette légalisation était liée à une baisse de plus de 134 000 tentatives de suicide par an.

Cela ne veut pas pour autant dire que la légalisation du mariage gay mène automatiquement à une baisse du taux de tentatives de suicide chez les adolescents. Car l'objectif de cette étude n'était pas de découvrir si la chute était une conséquence du mariage gay, mais plutôt pour découvrir si les taux de suicide avaient baissé ou non. Toutefois, selon Julia Raifmain, auteure de l'étude, il est possible que les tentatives aient baissé grâce à une stigmatisation sociale moins forte.

« Il s'agit de lycéens, donc ils ne vont pas se marier dans un futur proche, pour la plupart », a dit Raifman, chercheuse qui étudie l'épidémiologie dans à Johns Hopkins, dans un communiqué publié ce lundi. « Tout de même, permettre le mariage entre couples du même sexe réduit la stigmatisation structurelle liée à l'orientation sexuelle. Il se peut que ce soit en lien avec [le fait d'avoir] des droits égaux — même s'ils n'ont pas prévu d'en profiter dans l'immédiat. De fait, les étudiants se sentent moins stigmatisés et ont plus d'espoir dans l'avenir. »

L'étude a analysé plus de 300 000 réponses envoyées par les adolescents au Youth Risk Behavior Surveillance System (Système de Surveillance des comportements à risque des jeunes), un questionnaire annuel réalisé auprès de lycéens de 47 États. Réalisée par le Centre pour le contrôle des maladies et pour la prévention (CDC), cette démarche a couvert les années de 1999 à 2015, soit l'année où la Cour suprême a légalisé le mariage gay dans tout le pays.

Le suicide est la troisième cause de mort la plus répandue chez les jeunes de 10 à 24 ans, selon le CDC. Environ 4 600 personnes de cette tranche d'âge se donnent la mort chaque année et plus de 150 000 jeunes doivent recevoir des soins médicaux pour des blessures auto-infligées.

Les tentatives de suicide sont d'autant plus fréquentes chez les jeunes qui s'identifient comme appartenant aux minorités sexuelles : alors que seulement 6 pour cent des étudiants hétérosexuels qui ont participé au questionnaire ont déclaré avoir essayé de mettre fin à leurs jours, à une ou plusieurs reprises au cours de l'année passée. en revanche, près d'un tiers des étudiants qui se sont identifiés comme gays, lesbiennes ou bisexuels déclare avoir essayé de se donner la mort.

L'étude a trouvé que, après l'adoption des lois permettant le mariage de couples du même sexe, les tentatives de suicide ont chuté de 7 pour cent parmi les lycéens et cela indépendamment de leur orientation sexuelle. Mais cette baisse a été encore plus forte chez les étudiants gays, bisexuels et lesbiens. Chez ces derniers, les tentatives de suicide ont baissé de 14 pour cent pour ce qui concerne les deux années qui ont suivi l'adoption de la loi.

Dans des États où ces lois n'ont pas été adoptées, aucun changement n'a été constaté.

L'étude n'a pas évalué l'impact des lois approuvant le mariage gay sur les tentatives de suicide chez les adolescents transgenres. Car très peu de données existent sur les enfants transgenres, a expliqué Raifman.

Certes le mariage de couples du même sexe est désormais légal dans chaque État. Mais il y a encore de nombreuses autres mesures, prises au niveau local, qui peuvent avoir des mauvaises conséquences sur la santé — et sur les vies — des membres de la communauté LGBT, selon Raifman. « Je pense que c'est bien de reconnaître qu'il s'agit d'une vraie question, que ce sont [des taux] très élevés chez les adolescents LGB, et que c'est quelque chose que les législateurs et le public devraient prendre en considération lorsqu'on parle de politiques qui touchent aux droits [de la communauté LGBT]. »


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez VICE News sur Facebook : VICE News