corée du nord

Le demi-frère du leader nord-coréen assassiné en Malaisie

Deux femmes auraient tué Kim Jong-nam à l'aéroport de Kuala Lumpur en utilisant des seringues empoisonnées.
14.2.17
Associated Press

Le demi-frère du leader coréen Kim Jong-un a été tué en Malaisie, d'après des sources sécuritaires sud-coréennes.

Reuters rapporte que Kim Jong-nam a été attaqué ce lundi à l'aéroport de Kuala Lumpur. Il est mort lors de son transfert à l'hôpital. Des sources du gouvernement sud-coréen ont attesté de la mort de Nam, sans pour autant confimer une version de l'attaque qui circule dans plusieurs médias : deux femmes auraient tué Nam en utilisant des seringues empoisonnées.

Publicité

Le chef de la police de l'État du Selangor, Abdul Samah Mat, a indiqué au journal malaisien Berita Harian qu'il est fort probable que Nam ait été empoisonné par une femme. « Selon les premiers éléments de l'enquête, une femme qui pourrait être coréenne s'est approchée de l'homme avant de le couvrir avec une étoffe, » a déclaré Mat. Il a ajouté que la suspecte a ensuite pris la fuite avec une autre femme.

La chaîne de télévision sud-coréenne Chosun, avait précédemment livré des détails sur l'attaque — citant un officiel du gouvernement sud-coréen. Les deux femmes seraient encore en fuite.

Fin 2013, un autre membre de la famille au pouvoir, Jang Song-thaek, l'oncle de Kim Jong-un, avait été exécuté. Nam entretenait apparemment de bonnes relations avec Thaek.

S'ils n'avaient pas la même mère, Kim Jong-nam et Kim Jong-un avaient le même père : l'ancien leader du pays ermite, Kim Jong-il — décédé fin 2011. Nam était pressenti pour prendre la succession de son père, mais un incident qui remonte à 2001 avait causé une dispute entre le père et le fils. Après avoir essayé de se rendre au Disneyland de Tokyo, Nam avait été expulsé du Japon pour avoir voyagé avec un faux passeport.

Ces dernières années, Nam a passé une bonne partie de son temps en dehors de Corée du Nord, principalement à Macao et en Chine. Il a aussi ouvertement critiqué au mode de succession dynastique de sa famille, notamment en déclarant que le règne de son frère finirait par être un échec. Nam a aussi dit que le monde entier se moquait du leadership nord-coréen.

Publicité

En 2012, Nam expliquait à un journaliste d'un journal de Tokyo qu'il avait fait ses études en Suisse et qu'il prônait des réformes et l'ouverture du marché nord-coréen.

Nam avait déjà été la cible d'une tentative d'assassinat en 2012. Un agent secret nord-coréen avait admis qu'il avait pour mission de tuer Nam en lui fonçant dessus en voiture.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR