Publicité
Crime

Gabon : un millier de personnes interpellées

La tension est toujours vive au Gabon, au surlendemain des résultats serrés de l'élection qui a maintenu au pouvoir le président Ali Bongo. Des résultats contestés par l'opposition et dont le leader, Jean Ping, demande une publication détaillée.

par Tamara Khandaker
02 Septembre 2016, 9:25am

Libreville le 31 aout 2016. (Marco Longari//AFP/Getty Images)

La tension est toujours vive au Gabon, au surlendemain des résultats serrés de l'élection qui a maintenu au pouvoir le président Ali Bongo. Des résultats contestés par l'opposition et dont le leader, Jean Ping, demande une publication détaillée.

Plus de 1 000 personnes auraient été arrêtées dans la nuit de mercredi à jeudi. Ce jeudi soir, une manifestation a eu lieu à Paris pour demander le retour à la paix et plus de transparence.

Quelques heures après la publication des résultats, des violences avaient éclaté dans les rues de la capitale du Gabon, Libreville. Des personnes ont mis le feu à une partie de l'Assemblée nationale.

Ali Bongo, dont la famille dirige le pays depuis 1967, a remporté d'une courte tête un nouveau mandat de 7 ans.

Le leader de l'opposition, Jean Ping, a indiqué à Reuters que deux personnes ont été tuées lorsque des soldats de la garde présidentielle ont mené un assaut contre le QG de son parti politique. Ping demande aux gouvernements étrangers de protéger la population gabonaise.

"Tout le monde sait que j'ai gagné l'élection", a dit cet ancien ministre du Gabon et ancien président de la commission de l'Union africaine. "La famille [Bongo] répète le même scenario depuis presqu'un demi-siècle. L'opposition peut remporter les élections mais elle ne peut jamais accéder au pouvoir."

Les États-Unis, l'Union européenne et la France ont exprimé leurs inquiétudes quant la transparence du processus electoral dans cette ancienne colonie française qui a gagné son indépendance en 1960. Ces pays ont demandé que chaque bureau de vote présente publiquement ses résultats.

Bongo a gagné 49,8 % des voies, Ping a remporté 48,23 % des votes. La participation dans le pays a été de 59,6%, mais elle monte à 99,3 % dans la région natale de Bongo.

Ali Bongo a pris ses fonctions de président de la République gabonaise en 2009, succédant à son père Omar Bongo, mort après 42 ans au pouvoir. Le leader de l'opposition Jean Ping a passé une grande partie de sa carrière politique dans l'administration présidentielle, il a deux enfants avec la fille d'Omar Bongo.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR