Les orangs-outans qui échappent aux feux de forêts indonésiens doivent ensuite éviter les pierres jetées par les hommes

Un groupe de défense des animaux avait recueilli des primates affamés au début du mois de novembre après que des villageois en colère leur ont jeté des pierres et ont essayé de les attacher. Ils ont pu être relâchés dans la nature.

|
12 Novembre 2015, 10:05am

Photo via International Animal Rescue

Un orang-outan et son bébé ont été remis en liberté cette semaine après avoir reçu l'aide d'un groupe de défense des animaux, qui avait pris en charge la maman orang-outan et son petit après les terribles incendies qui ont ravagé la forêt indonésienne.

L'International Animal Rescue (IAR) a recueilli les primates affamés au début du mois de novembre, après que des villageois en colère leur ont jeté des pierres et ont essayé de les attacher, d'après la BBC. Les villageois en voudraient aux primates affamés qui viennent chercher de la nourriture dans les villages. Les orangs-outans avaient fui la région de Kalimantan (la partie indonésienne de l'île de Bornéo) rongée par les flammes. 

L'orang-outan et son bébé sont secourus par les membres de l'IAR après avoir fui les flammes et les villageois en colère. (Photo via IAR) 

Karmele Llano Sanchez, la directrice du programme d'IAR pour l'Indonésie, a estimé que les feux de forêts en Indonésie étaient « une crise environnementale majeure ».

« Je crains que pour les orangs-outans le pire soit à venir, » avait déclaré Llano Sanchez à la fin du mois d'octobre. « Et si rien n'est fait rapidement pour arrêter la progression des feux, cela sera simplement trop tard. »

À lire : Budi, un bébé orang-outan en pleurs et symbole du problème des animaux de compagnie exotiques en Indonésie

Une vidéo montre la mère orang-outan monter à un arbre, rapidement après avoir été libérée par les militants de l'IAR. 

(Vidéo via IAR)

Plus de 100 000 feux de forêts ont fait rage dans la partie indonésienne de l'île de Bornéo et sur l'île de Sumatra. Pour la plupart, ces feux ont été intentionnellement déclenchés pour faire de la place pour des plantations qui permettront de produire de l'huile de palme, de la pâte à papier, et du bois.

Le brouillard de fumée incessant a rendu malade près de 500 000 personnes, d'après l'agence de gestion des catastrophes naturelles indonésienne. Les feux ont aussi obligé les écoles et aéroports à fermer, et ont plongé le Président Joko Widodo dans une crise diplomatique.

Puisque le sol des forêts indonésiennes est riches en carbone, les feux créent d'importantes quantités de gaz à effet de serre, qui se retrouvent dans l'atmosphère. Le World Resources Institute estime que 1, 62 milliard de tonnes métriques de dioxyde de carbone a été émis au cours des deux derniers mois. Ainsi, dans ce court laps de temps, l'Indonésie est passé du 6e au 4e rang au classement mondial des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre. À certains moments, la quantité de gaz à effet de serre émis par les feux était supérieurs à ceux émis par toute l'industrie américaine.

À lire : L'Indonésie brûle et disparaît dans la fumée

Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR