drogue

5 histoires de trafic de came auxquelles même Hollywood n’a pas pensé

Nos dealers ont du talent : valises diplomatiques, pigeons voyageurs, canons à air… Pour acheminer les cargaisons, leur imagination dépasse parfois la fiction.
Photo : Ricardo Rojas, REUTER

Si Hollywood a toujours aimé les barons de la drogue et les brigades des stups, force est de constater que les scénaristes ont beaucoup à apprendre de la vraie vie. La preuve en cinq histoires de trafic de came aussi délirantes qu’absolument authentiques.

Ambiance film d’espionnage

Vous avez aimé American Gangster, dans lequel des tonnes d’héroïne sont planquées dans les cercueils de GI’s morts au Vietnam ? Vous allez adorez la rocambolesque aventure de ces 389 kilos de cocaïne… Une poignée de diplomates russes ont ainsi entreposé leur butin dans une annexe de l’ambassade du Kremlin à Buenos Aires. Le but ? Les faire transiter, via la fameuse « valise diplomatique » jusqu’à Moscou. Mais l’ambassadeur, Viktor Koronelli, n’était pas au parfum et découvrant par hasard ces kilos de coke, a contacté les flics locaux. Ces derniers ont alors décidé de monter un coup digne des barbouzes des années soixante : remplacer – en cachette – la cargaison estimées à 50 millions d’euros par… de la farine. Le but de la manœuvre ? Maintenir les trafiquants dans une sérénité trompeuse, pour mieux remonter la filière une fois la livraison effectuée. Bingo ! En décembre dernier, les valises remplies sont bien arrivées à destination. Et la semaine dernière, tout le monde a été arrêté. Ce qui s’appelle se faire rouler dans la farine…

Ambiance romance médiévale

Vous pensiez les pigeons voyageurs réservés aux romances médiévales (ou à la saga Harry Potter, dans sa version chouette-voyageuse) ? Et bien sachez que ces charmants volatiles ne transportent pas que du courrier ! En mai dernier, des douaniers koweitiens ont intercepté un pigeon qui portait… 178 pilules d’ecstasy. Depuis plusieurs mois, des dizaines d’oiseaux passaient ainsi régulièrement la frontière entre le Koweit et l’Irak, leur cargaison sur le dos. Ce qui s’appelle se faire pigeonner.

Ambiance polar maritime

Vous pensiez que Tintin avait mis la main sur les trafiquants les plus inventifs de la création dans Le crabe aux pinces ? Faux. Quant il s’agit de planquer de la came, l’imagination ne connaît pas de limite. En 2009, des policiers s’en sont rendus compte en arraisonnant un cargo en escale dans un port du Yucatan. À son bord, ils ont découvert des requins congelés, entreposés dans une chambre frigorifique. Jusque là, rien d’étonnant dans un port habitués à accueillir des cargaisons de marchandises. Sauf que les animaux avaient le ventre rempli…de cocaïne ! Le capitaine du navire a bien tenté d’expliquer que cette poudre blanche n’était en réalité qu’un agent de conservation. Mais personne n’y a cru. Cela dit, l’histoire ne dit pas ce que sont devenues les carcasses de requins. Sniffées, peut-être, par les marins du coin.

Ambiance blockbuster moyenâgeux

Les blockbusters moyenâgeux regorgent de catapultes balançant des pierres au-dessus des remparts des châteaux forts ? La technique, redoutablement efficace, a inspiré des trafiquants de drogues mexicains. En 2012, le tout premier canon à ganja a ainsi vu le jour ! Il était capable de projeter près de 40 kilos de weed de l’autre côté de la frontière avec les Etats-Unis.
Evidement, le procédé manquant de discrétion, il a attiré l’attention de douaniers américains, surpris de voir des barils de 40 kilos voler dans le ciel… et atterrir à leurs pieds.

Ambiance Pixar

Qui a dit que les dessins animés étaient réservés au jeune public ? En 2015, le célèbre Moi Moche et Méchant a inspiré des trafiquants américains. Car c’est bien dans des peluches Minions qu’ils ont planqué 5 kilos de cocaïne, finalement interceptés dans le port de New-York. Quinze ans après la sortie de Traffic, de Steven Soderbergh, dans lequel Catherine Zeta-Jones planquait de la cocaïne dans des poupées pour enfants, la technique s’est simplement adaptée aux nouvelles modes en matière de 7 ème art.