L'abricot tue : comment ce petit fruit peut devenir mortel

On dit ça, on dit rien mais tous les noyaux d'abricot contiennent une substance que le corps transforme en cyanure.

|
21 Septembre 2017, 4:25pm

Photo via Flickr User Will Power

Les abricots sont bourrés de trucs bons pour la peau, les os et le cerveau. Après, ce n'est pas une raison pour en abuser comme ces gens qui s'auto-administrent des grosses doses d'extraits de noyaux parce qu'ils sont censés tuer les cellules cancéreuses – hypothèse qui ne s'appuie sur aucun postulat scientifique. Sachez que ce n'est pas une bonne idée du tout.

Pour les humains, les noyaux d'abricot peuvent même être mortels. Ils contiennent une substance appelée amygdaline – que le corps transforme chimiquement en cyanure. Selon un récent rapport publié dans le British Medical Journal, un homme de 67 ans s'est empoisonné à cause d'une consommation excessive d'extraits de noyaux d'abricots.

LIRE AUSSI : Quand l'abus d'eau devient dangereux pour la santé

« L'homme a expliqué qu'il prenait deux cuillères à café par jour d'extrait maison de noyaux d'abricots. Et ça pendant les cinq dernières années. En plus, il ajoutait trois comprimés de Novodalin – un supplément composé lui aussi d'amygdaline », pouvait-on lire dans un communiqué de presse. Après une telle consommation, le niveau de cyanure présent dans l'organisme de la victime était 25 fois supérieur à la normale.

Pour être tout à fait transparent, l'homme en question s'inoculait également 17,32 milligrammes de cyanure tous les jours – en plus de son apport en extrait d'abricot déjà assez délirant. L'inconnu, qui a officiellement succombé à un cancer, semblait plutôt détaché à l'idée de mourir de sa propre main. « Les médecins lui ont confié leurs préoccupations au sujet de son régime de noyaux de fruit, mais il a préféré le poursuivre », conclut le communiqué.

En dépit de la mauvaise réputation acquise au fil des années, en partie à cause des conjoints sournois, jaloux et meurtriers, le cyanure n'est pas intrinsèquement toxique. Comme avec la plupart des substances chimiques, le dosage fait tout. En fait, le cyanure est présent dans le sel de table, les amandes et même les épinards. Ce qui ne veut pas dire que vous pourrez vous débarrasser d'un ancien partenaire en augmentant simplement la quantité d'épinards que vous mettez dans son smoothie.

En 2010, une étude intitulée « Empoisonnement au cyanure causé par l'ingestion de noyaux d'abricot » examinait 13 cas d'enfants souffrant d'intoxication causée par ces fameux noyaux. Parmi les symptômes ; hypotension, convulsions ou coma. Quatre des sujets ont été mis sous assistance respiratoire.

Tous les enfants empoisonnés ont dû subir un « lavage gastrique » et près de la moitié d'entre eux a reçu un traitement antidote au cyanure. Tout ça parce qu'ils avaient ingéré trop de noyaux d'abricots. Quelle est la dose acceptable et à quel moment doit-on s'inquiéter ? « C'est le dilemme posé par notre rapport », déclare Alex Konstantatos, l'auteur principal de l'étude, à MUNCHIES.

Nous devons mesurer plus souvent le niveau de cyanure chez les personnes qui prennent régulièrement de l'extrait de noyau d'abricot.

« Dans les précédentes études, les niveaux de cyanure n'ont été mesurés que dans un seul contexte : après une dose mortelle – le but étant de confirmer la cause du décès. Deux rapports, autres que le nôtre, ont mesuré un pigment spécial dans les globules rouges après un empoisonnement presque mortel au noyau d'abricot. Mais ce pigment n'a montré que l'efficacité de l'antidote contre le cyanure. »

En gros, au-delà de la dangerosité des noyaux d'abricots, on ne sait pas vraiment à partir de quelle dose ils deviennent mortels. « Nous n'avons que très peu de visibilité sur les ramifications de la consommation régulière de dose non-mortelle de cyanure », précise Konstantatos.

« Nous devons mesurer plus souvent le niveau de cyanure chez les personnes qui prennent régulièrement de l'extrait de noyau d'abricot. Et nous devons suivre ces personnes au fil du temps pour voir s'il y a des dangers liés à cette consommation. »

LIRE AUSSI : Les bougies d'anniversaire sont des nids à microbes

« Les recommandations actuelles ne sont pas très prescriptives, à l'exception du Royaume-Uni (pas plus d'extrait de deux noyaux d'abricot) et je ne suis pas certain qu'elles soient basées sur des données scientifiques précises », ajoute Konstantatos.

Mais ce cas le plus récent s'ajoute à un ensemble solide de preuves médicales suggérant qu'il ne faut pas trop chercher des noises aux abricots.