Publicité
Tech by VICE

La Russie a embarqué un capteur mystérieux sur un vaisseau de ravitaillement

"Le fait que les autorités russes ne souhaitent pas en parler est inhabituel. Il s'agit peut-être du test en vue d'une application militaire."

par David Axe
20 Octobre 2017, 7:00am

Le Progress MS-07 avant lancement. Le mystérieux capteur est l'objet noir situé sur le bord avant, dans le coin supérieur droit de la photo. Image : RKK Energia

Un véhicule spatial russe aurait apparemment transporté une charge inattendue jusqu'à la Station Spatiale Internationale (ISS) lors d'une mission de routine : un capteur secret, qui selon certains experts pourraient être liée à une mission militaire.

Le véhicule en question est un vaisseau cargo du programme Progress, MS-07, qui a décollé du cosmodrome de Baïkonour au sud du Kazakhstan, le 12 octobre. La principale mission des fusées du programme Progress est de ravitailler l'ISS de manière périodique.

Après avoir déchargé le matériel, l'équipage de la station a jeté ses ordures dans la capsule Progress désormais vide, comme le veut l'usage. L'engin s'est ensuite détaché de la station, et, au bout de quelques jours, a effectué sa rentrée dans l'atmosphère – où il a été carbonisé.

La Russie profite généralement de ces quelques jours de battement entre le désamarrage et la rentrée atmosphérique pour mettre en orbite de petits satellites, pour effectuer des tests scientifiques ou pour lancer des missions commerciales sans rapport avec la station. Le Progress MS-07, par exemple, portait un petit satellite de relais de données ainsi qu'un robot miniature destinée à la campagne réseaux sociaux d'une entreprise russe.

Cette fois-ci, le vaisseau-cargo portait également un mystérieux capteur, qui pourrait avoir d'importantes implications militaires. Anatoly Zak, journaliste et historien spécialisé en activités spatiales, a été le premier à remarquer le capteur sur les photos officielles fournies par RKK Energia, la compagnie russe qui fabrique le Progress MS-07.

Les autorités russes ont répliqué à Zak que le capteur faisait partie intégrante "d'une expérience scientifique à occurence unique", mais ont refusé de révéler son but exact. L'agence spatiale russe Roscomos, quant à elle, a répondu tardivement à nos questions.

Nous avons déduit de sa réponse qu'elle dissimulait une partie de la vérité : "l'appareil est fixé à un endroit qui a déjà accueilli des capteurs scientifiques par le passé", explique James Oberg, auteur de plusieurs ouvrages sur les technologies spatiales.

Mais quel genre de recherches pourraient bien nécessiter d'avoir un capteur de ce genre ? Après tout, la R&D militaire nécessite de la recherche scientifique en soi. "Le fait qu'ils ne veulent pas en parler est inhabituel. Il s'agit peut-être du test d'un capteur pour une application militaire", affirme Jonathan McDowell, un expert indépendant du domaine spatial.

Un expert en technologie spatiale russe, qui a demandé à ne pas être identifié, m'a expliqué que le capteur pourrait être lié à ce que l'on appelle des "opérations de proximité" – c'est-à-dire l'art délicat de manœuvrer un satellite près d'un autre satellite.

Les opérations de proximité sont au centre de toutes les attentions actuellement. Les États-Unis, la Russie et la Chine ont récemment lancé des véhicules spatiaux "d'inspection" spécialisés dont la fonction principale est de se rapprocher d'autres véhicules afin de les réparer, de les altérer ou de les détruire.

Ces engins spatiaux sont en quelque sorte des armes, même s'ils peuvent se déguiser en véhicules civils pour des missions strictement pacifiques. Ainsi, un engin d'inspection peut réparer un satellite endommagé appartenant au même pays que lui, puis, au coup suivant, se faufiler auprès du satellite d'un autre pays – sabotant son matériel dans le cadre d'une attaque spatiale des plus sournoises.

"De telles missions vont poser de grands défis à l'avenir, compliquant la tâche des États-Unis pour caractériser son environnement spatial, déchiffrer les intentions des agents impliqués dans des activités spatiales et formuler des avertissements anticipés", a déclaré Dan Coats, directeur du renseignement national américain, au Sénat en mai.

L'avion spatial X-37B de l'US Air Force est peut-être l'engin le plus à même de manœuvrer près des satellites. L'armée de l'air américaine insiste sur le fait que les missions du X-37B sont strictement scientifiques, comme l'a fait la Russie au sujet du capteur secret à bord du Progress MS-07.

Cependant, les points communs entre les deux situations s'arrêtent là. Que l'Armée de l'Air américaine contrôle le X-37B montre que, à un certain niveau, le X-37B soutient les initiatives du Pentagone. "Je pense que le X-37B est un peu différent parce qu'il s'agit vraiment d'un programme militaire", m'explique Brian Weeden, analyste à la Secure World Foundation.

Pour cette raison, le monde aura les yeux braqués vers la prochaine mission de ravitaillement du programme Progress. Il est fort possible que la Russie ait furtivement introduit un capteur militaire sur une mission de réapprovisionnement de la station spatiale. Il est également possible que les experts aient tort, et que le capteur n'ait jamais été conçu pour des applications militaires.

McDowell nous met en garde contre l'emballement hâtif. "La réaction la plus appropriée est sans doute la curiosité et l'étonnement", affirme-t-il. "Il n'y a pas lieu de s'inquiéter, pour le moment."