Être vendeuse m'a appris à détester l'humanité

« J'ai regardé autour de moi et j'ai vu que le sol était entièrement recouvert d'urine. Il y avait aussi de la merde dans une poche de veste. »
5.11.18
Être vendeuse m'a appris à détester l'humanité
Toutes les illustrations sont de Laura Binder

« Excusez-moi, dis-je, une seule personne à la fois dans la cabine d'essayage. » L’adolescente me regarde d’un air défiant alors que son copain devient rouge vif. Elle me répond : « Vous êtes juste jalouse parce que j'ai un petit ami ? »

Quelques heures plus tard, une autre cliente déchire une robe pendue à un cintre. Elle demande si nous l'avons dans d'autres tailles. Je lui réponds que non, elle jette la robe par terre et s’en va sans dire un mot. Quand je lui demande de ramasser la robe, elle me répond : « C'est là que je l'ai trouvée. »

Plus tard le même jour, un gars me crie dessus pour avoir déplacé le sac qu'il a complètement oublié dans un rayon. J'essaye de lui expliquer que quelqu'un aurait pu le voler, mais il me hurle dessus en disant que ce n’est pas « une vendeuse qui va lui faire la leçon ».

Les journées comme celle-ci étaient très courantes au cours de mes quatre années passées dans deux grandes chaînes de vêtements. Mais que vous vendiez des vêtements, du café, des préservatifs, du brocoli ou des aspirateurs – c'est la même chose. J'ai détesté ça et j'ai arrêté depuis.

J'ai récemment revu deux anciennes collègues qui détestent maintenant l'humanité tout autant que moi et nous avons pu partager nos pires expériences de travail. Anna et Miriam travaillant toujours dans ce milieu, nous avons changé leurs noms pour protéger leurs emplois. Et je ne m'appelle pas Juli – j’ai dû signer des accords de confidentialité lorsque je travaillais pour ces endroits infernaux.

Eine Jeans mit einem blutigen Tampon in einer Tasche hängt neben einem Mantel den Fliegen umschwirren

Les crades

Juli : Une fois, une femme a dévalé le magasin avec une poussette, faisant tout tomber sur son passage. Agacée, je l’ai suivie jusque dans les cabines d'essayage. J’ai rangé des vêtements en attendant qu'elle finisse. Elle a ouvert le rideau et a regardé son bébé vomir son repas. Elle a pris un des t-shirts qui pendaient sur son bras pour nettoyer le visage de l'enfant et me l’a tendu.

Miriam : Le pire, ce sont les cabines d’essayage, car les gens ont l'impression de ne pas être surveillés. Un jour, quelqu'un a laissé un tas de vêtements par terre. En les rangeant, j'ai remarqué qu'il y avait quelque chose dans la poche d'un jean. C'était un tampon plein de sang.

Anna : Une fois, j'ai trouvé un pot de crème glacée vide dans une cabine d’essayage. Il était si collant que je ne voulais pas y toucher. Plus tard, je suis revenue dans cette même cabine et le contenant était plein de pisse. Le pot était vraiment petit, alors j'ai regardé autour de moi et j'ai vu que le sol était entièrement recouvert d'urine. Il y avait aussi de la merde dans une poche de veste.

Eine Frau kniet auf allen Vieren vor einem Haufen Klamotten, auf dem eine andere Frau ein Shirt wirft

Les irrespectueux

Juli : Cela faisait plusieurs heures que je travaillais à la caisse et je ne pouvais pas prendre de pause car nous manquions de personnel. Lorsque mon remplaçant est enfin arrivé, j'ai fermé ma caisse. Une vieille dame du fond de la file m’a alors crié dessus, fâchée que je parte. J'ai essayé de lui expliquer que nous devions nous en tenir à notre heure de pause prévue, à laquelle elle a répondu : « On dirait que votre vie entière n’est qu’une longue pause. »

Anna : C'était presque l'heure de la fermeture et je venais juste de finir de ranger. J'avais très mal au dos et vraiment hâte de sortir de là. Il ne restait plus qu'un client dans mon département – une mère avec son enfant. Elle a fait tomber toute une pile de vêtements par terre. Lorsque son enfant le lui a fait remarquer, elle a répondu : « C'est bon, cette femme va tout nettoyer. »

Miriam : Une cliente voulait payer une petite somme avec un très gros billet. J'ai demandé si elle avait de la monnaie et elle n'a pas répondu. J’ai redemandé et elle a crié « Non ! » alors, j’ai mis le billet dans la caisse. Après avoir recompté sa monnaie, elle a fouillé dans son sac et déposé quelques pièces devant moi. Je l'ai ignorée – ma réponse est toujours la même dans ces situations : « Désolée, c’est déjà payé. »

Les sans-gêne

Juli : L'alarme incendie s'est déclenchée, nous avons donc dû évacuer rapidement le magasin. Quelques personnes paniquaient, mais pas les deux filles qui se trouvaient dans le rayon chaussure. « Nous devons évacuer le bâtiment, veuillez vous diriger vers la porte de secours la plus proche », ai-je dit.

« Dans une minute, on a bientôt fini. » « Ce n'est pas un exercice. S'il vous plaît, sortez immédiatement ! » « On peut payer vite fait pour ces chaussures ? » « Qu’est-ce que vous ne comprenez pas dans ‘immédiatement’ ? » « Désolée, vous marmonniez. »

Miriam : Une femme a voulu rendre une veste trouée. Elle s’est énervée quand j’ai poliment fait remarquer qu’il était peu probable que la veste ait été fabriquée avec un trou de cigarette. Elle a insisté pour que je la rembourse mais je suis restée ferme dans ma décision. Elle ne lâchait pas l’affaire, alors j’ai appelé le responsable en espérant qu'il réglerait le problème. Il est venu à la caisse, l'a regardée et a décidé de la rembourser. Il m'a aussi demandé de m'excuser « pour mon impertinence ». La femme m’a regardé avec un sourire satisfait.

Anna : Une femme très enceinte essayait quelque chose dans un coin du magasin. Puis j'ai remarqué qu'il y avait quelque chose sous son t-shirt. C’était son mari, en train de la doigter. Dans le rayon enfant.

Ein Kind weint, eine Hand holt zur Backpfeife aus

Les agressifs

Juli : Je détestais demander aux clients s'ils voulaient payer pour un sac, mais nous n'avions pas le choix. La plupart répondaient automatiquement non, tout en me jetant un regard outré en voyant leur achat sur le comptoir sans sac. C'est exactement ce qui s'est passé avec ce type qui s’est mis en colère et m’a demandé où il était censé mettre ses affaires. J'ai répété qu'il pouvait acheter un sac à 15 sous, ça l'a vraiment bouleversé. Il m’a lancé quelques pièces au visage et a crié : « Maintenant, donnez-moi ce foutu sac ! » Il était allé trop loin, alors j'ai dû le mettre dehors.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

Anna : Un petit garçon hurlait dans tout le magasin. Sa mère l’avait laissé là, en train de crier. Elle est revenue après dix minutes et l'a frappé. J'ai appelé le siège et demandé si nous devions appeler la police. Malheureusement, elle a tout entendu et est sortie de la boutique.

Miriam : Une cliente a laissé un bordel pas possible dans une cabine d'essayage. Dans un élan de courage, je lui ai demandé de bien vouloir suspendre les articles. Elle s'est mise en colère et a dit que je lui demandais ça seulement parce qu'elle était noire. J'ai répondu que sa couleur de peau n'avait pas d'importance, mais elle m'avait déjà jeté un chandail sur le visage. Avant même que je puisse réagir, elle m’avait jeté tous les vêtements au visage et était partie.