Dans les archives d'Éden

Dans les archives d'Éden

À la découverte des banques de graines qui nous sauveront tous de l'Apocalypse.
21.7.17

Cet article est extrait du numéro « De l'autre côté du miroir »

Dans le cercle arctique, à environ 1 300 kilomètres du pôle Nord, sur l'île norvégienne du Spitzberg, se trouve la Réserve mondiale de semences du Svalbard. Chambre forte pour les graines de toutes les cultures vivrières de la planète, Svalbard est une sorte de congélateur sécurisé construit dans le pergélisol, capable de résister au temps et aux catastrophes naturelles ou liées aux activités humaines. L'endroit sert également de réserve pour les centaines d'autres banques de gènes plus vulnérables à travers le monde. La menace du changement climatique, la diminution de la diversité agricole, l'extinction des espèces et l'éventualité de diverses catastrophes ont conduit à la nécessité d'une telle sauvegarde, dans le cas où la réintroduction d'espèces deviendrait indispensable.

En prenant Svalbard comme point de départ, l'enseignante-chercheuse Dornith Doherty documente les banques de graines de la planète depuis 2008. Intitulé Archiving Eden, son projet a pour but d'illustrer le processus et les endroits utilisés pour cet effort de conservation de la vie végétale.

Archiving Eden de Dornith Doherty a été publié en mai 2017 par Schilt Publishing.

Sur l'île isolée du Spitzberg, la réserve de graines de Svalbard est censée être protégée des conflits civils et des catastrophes naturelles. Aucune recherche n'est menée sur place ; il s'agit uniquement d'y stocker des graines. Supervisé et régi par le Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, l'établissement n'accepte pas les organismes génétiquement modifiés.

Préserver les variantes sauvages d'une espèce, comme le maïs, peut s'avérer important pour l'agriculture dans le cas d'un environnement qui viendrait à changer radicalement. Cette image montre plus de 1 300 graines provenant de neuf types de maïs, dont le maïs sucré, le maïs à éclater et le téosinte.

Des gouvernements du monde entier collaborent pour créer ici le premier système de sauvegarde botanique mondial. La gravité du changement climatique et l'instabilité politique ont conduit à la nécessité de la création de cette « chambre forte contre l'apocalypse » qui ne s'ouvre que quelques jours par an, quand de nouvelles graines y sont stockées. L'endroit peut être contrôlé à distance depuis la Norvège continentale.

À Svalbard, les graines sont stockées à -18 °C dans des enveloppes scellées à quatre couches selon leur pays d'origine. La réserve est située dans la caverne d'une montagne de sorte à ce que si la calotte glaciaire venait à fondre, la collecte des graines resterait possible.

À Svalbard, les graines sont stockées à -18 °C dans des enveloppes scellées à quatre couches selon leur pays d'origine. La réserve est située dans la caverne d'une montagne de sorte à ce que si la calotte glaciaire venait à fondre, la collecte des graines resterait possible.

La station d'expérimentation du Kouban, sur le territoire de Krasnodar, en Russie. Créée en 1924, la station étudie les plants de maïs, de sorgho, de tournesol et de ricin. Elle effectue également des recherches immunologiques sur l'orge et le blé.