Toutes les photos sont de Valentina Riccardi

La tranquillité d'une île

Avec l’une des dernières communautés hippies d’Ibiza, loin des nombreux clubbers et multimillionnaires qui y affluent chaque année.

|
juin 21 2017, 4:30am

Toutes les photos sont de Valentina Riccardi

Avant d'atterrir à Ibiza, j'avais une idée très vague de cet endroit. Comme la majorité des gens, je savais que l'île était une sorte de Mecque de la fête où les boîtes de nuit avaient proliféré au fil des années, et c'est seulement une fois sur place que je me suis rendue compte qu'Ibiza ne saurait être résumée à ses discothèques et aux millions de touristes qu'elle attire chaque année.

Dans les années 1960 et 1970, Ibiza était un des lieux ou le mode de vie hippie était élevé au rang d'idéal – une sorte de San Francisco européen, où nombre de gens vivaient librement avec très peu de ressources. Encore aujourd'hui, on trouve de nombreuses personnes à la recherche de ce type de quotidien.

Cela fait désormais onze ans que j'y réside. J'ai commencé par vivre à la plage, sur un hamac, avant de rencontrer un groupe de gens qui m'ont proposé de vivre dans l'ancienne maison d'un Lord anglais. Elle était abandonnée depuis une quinzaine d'années, et ils sont parvenus à conclure une sorte de marché avec lui – ils ont obtenu le droit d'y vivre, à condition que sa maison ne finisse pas complètement en ruines. C'est comme ça que j'ai découvert un tout nouveau style de vie, très éloigné de la Belgique où j'ai grandi.

Ibiza vit en deux temps – l'été, tout le monde travaille intensément, avant de pouvoir se reposer en hiver. Au fil des années, j'ai constaté que des touristes de plus en plus riches envahissaient l'île, et que ces derniers se mélangeaient de moins en moins avec les travailleurs et les locaux. Avant, on pouvait se garer sur les plages pour y dormir, mais il y a beaucoup plus de contrôles aujourd'hui. Il faut aussi souvent payer le parking en échange d'un « chupito » [shot d'alcool], parce que beaucoup de plages sont devenues des beach clubs. L'île se remplit de plus en plus chaque année, et on sent un vrai clivage entre nous et les multimillionnaires de passage.

Ce qui nous définit en tant que communauté, c'est le fait que nous cherchons tous à vivre de manière autosuffisante, ce qui n'est pas toujours facile. La plupart d'entre nous se débrouillent sans eau ni électricité. Certains font aussi fréquemment les poubelles des supermarchés pour nourrir tout le monde. Je n'avais pas prémédité de sujet sur ces personnes, que je considère aujourd'hui comme ma famille étendue – mais je me promenais constamment avec mon appareil, et ma série « Tales of an Island » a pris forme à mesure que j'accumulais des clichés de leur quotidien. Ça fait maintenant onze ans que je vis ici et que j'ai commencé à prendre ces images. Je pense que tant que je continuerai de vivre, ce projet continuera également.

Retrouvez Valentina sur son site. Elle exposera sa série sur Ibiza pour la première fois à la galerie Le Magasin de jouets à Arles, du 3 au 24 juillet, et travaille actuellement sur son « Afghan box camera » – une chambre technique munie d'un laboratoire de développement en noir et blanc avec laquelle elle réalise des portraits à l'ancienne.

Plus de VICE
Chaînes de VICE