Culture

L’histoire du gangster qui a infiltré Hollywood pour le compte de la mafia

Ami de Marilyn Monroe, Johnny Rosselli était impliqué dans une sombre affaire d'extorsion. Puis, sans surprise, il a fini par se faire buter.
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
15.11.18
Johnny et Marilyn Monroe.
Image de gauche : Johnny Rosselli, âgé de 20 ans. Photo fournie par la police et publiée avec l'aimable autorisation de David Nissen. Image de droite : Marilyn Monroe via Wikimedia Common

28 juillet 1976. Johnny Rosselli, 71 ans, un gangster italo-américain proche d’Al Capone, déjeune avec sa sœur à Miami avant d'emprunter la voiture de cette dernière pour se rendre à la marina. Là-bas, il monte à bord d'un bateau privé avec deux hommes, dont un vieil ami. Mais dès qu'ils prennent la mer, Rosselli est étranglé à mort par un troisième homme qu’il ne connaît pas, un tueur à gages de la mafia. Le tueur lui coupe les jambes, place son corps dans un baril de pétrole de 200 litres et jette le baril par-dessus bord, dans la baie de Dumfoundling. Problème, le baril ne coule pas et des pêcheurs le retrouvent dix jours plus tard, sur un banc de sable, dans un canal, comme le rapportait à l'époque le New York Times.

Publicité

Une fin tragique pour ce play-boy qui fut l’ambassadeur de la mafia à Los Angeles dans les années 1930 et à Las Vegas dans les années 1950. Bourré de charme, il a côtoyé des mafiosos célèbres, des personnalités d'Hollywood, et même des membres du Congrès. Dans son nouveau livre Handsome Johnny : The Life and Death of Johnny Rosselli, Lee Server explore la vie de cet homme qui a contribué à faire le pont entre le cinéma et la mafia. VICE s'est entretenu avec Server pour savoir comment Rosselli a réussi à entrer dans le moule du crime organisé et comment il a réussi à associer la mafia à l'industrie cinématographique, du moins pour un temps.

VICE : À quel moment, selon vous, Johnny Rosselli s'est-il engagé dans la voie du crime organisé ?
Lee Server : Plus jeune, Rosselli a beaucoup bougé à travers l'Amérique. Il s’est installé à Los Angeles dans les années 1920, est devenu contrebandier d'alcool, puis parieur et racketteur. Une rencontre fortuite lui a valu l'attention d'Al Capone, dont l'œil pour le talent criminel était sans égal. Capone a vu en Johnny l’occasion d’établir une liaison entre Chicago et la West Coast. Il est devenu une sorte de consul honoraire à Los Angeles pour l’Outfit de Chicago [le nom donné à la famille du crime organisé de Chicago, ndlr].

Nous avions tous le vague sentiment que la mafia était impliquée dans des productions hollywoodiennes, mais nous étions loin de nous douter qu’elle l’était à ce point.
La « mission » de Rosselli à Los Angeles consistait notamment à entretenir des relations avec les pontes de l’industrie cinématographique. Il connaissait tout le monde, fréquentait des stars de cinéma, jouait au golf avec des patrons de studio. Son ami le plus proche du secteur était le patron de Columbia Pictures, Harry Cohn. Lorsque Cohn a rapidement eu besoin d'un prêt, Johnny l'a mis en contact avec un gangster de la côte Est, Abner Zwillman. Il y a eu des complications, Zwillman a gardé ses parts secrètes dans le studio de Cohn pendant de nombreuses années, jusqu’à sa mort soudaine en 1959 – il aurait été torturé à mort ou se serait suicidé, à vous de choisir ce qui vous semble le plus crédible.

Publicité

L'intervention de Rosselli a finalement dégénéré, pas vrai ?
Il a collaboré avec Frank Nitti, le successeur de Capone dans la mafia de Chicago, dans le cadre d’un complot visant à détruire l’ensemble du secteur cinématographique hollywoodien. Ils y sont parvenus en prenant le contrôle d’un syndicat, puis en exigeant des gains énormes de la part de chaque studio et en menaçant de fermer toute production de film s’ils ne payaient pas. Les gangsters ont amassé des millions comme ça. Puis, l'affaire a fini par capoter et de nombreux mafieux se sont retrouvés en prison.

Plus tard, dans les années 1940, Rosselli a coproduit des films comme Il marchait dans la nuit et Pénitencier du Colorado – il ne s'agissait donc pas uniquement d'un travail criminel. Était-ce selon vous un choix délibéré, pour trouver un travail conventionnel ?
Lorsque Rosselli s'est retrouvé en liberté conditionnelle, il a dû trouver un vrai job. La plupart des anciens détenus prenaient généralement des emplois à la journée, en tant que plongeurs, par exemple. Rosselli étant Rosselli, il a obtenu un emploi en tant que producteur associé dans un studio de cinéma. Il a créé une société de production avec Bryan Foy et produit deux films policiers d’affilée. Mes recherches ont révélé l’importance de la contribution de Rosselli au développement de ces deux grands films.

J'ai été frappé par le nombre d'amitiés publiques qu'il entretenait avec de si grands noms…
Johnny a rencontré Marilyn Monroe par l'intermédiaire du producteur (et criminel) Joseph Schenck. Ils ont été proches pendant un moment, amants selon certains. Je ne suis pas en mesure de le confirmer, mais selon la rumeur, il aurait aidé Marilyn Monroe à jouer son premier rôle important dans Les Reines du music-hall.

Publicité

En tant que parrain virtuel de Las Vegas dans les années 1950 et 1960, Rosselli connaissait la plupart des grandes stars du showbiz. Sinatra et Dean Martin étaient des amis proches. Ils ont beaucoup fait la fête ensemble. Frank et Dean ont par exemple parrainé l’adhésion de Johnny au Friar’s Club, un club privé de New York.

Ce type avait clairement le sens du spectacle. Y a-t-il un épisode en particulier qui illustre cela ?
Les Kefauver Hearings, au début des années 1950, ont été la première enquête gouvernementale approfondie sur le crime organisé à l'échelle nationale. Peu de gens en Amérique savaient à quel point les organisations criminelles étaient puissantes, et ce dans toutes les régions du pays. L'équipe du sénateur Kefauver a fini par remonter à tous les gangsters, y compris Johnny Rosselli, pour qu'ils témoignent devant le Sénat. Contrairement à la plupart des gangsters, qui ont essayé de jouer les durs et de ne rien dire (certains sont allés en prison pour cette raison), Rosselli a répondu à toutes les questions lors de son audition, mais avec une habileté stratégique rare – permettant de ne compromettre aucun secret.

Mais qu'est-ce qui l'a tué, si ce n'est pas à cause de cette audition devant le Sénat ?
Pour reprendre les termes du détective qui a retrouvé son corps : il avait énervé beaucoup de gens.

Seth Ferranti est sur Twitter et Instagram.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.