better call saul et breaking bad
Photo : A&E 
Culture

Comment « Better Call Saul » et « Breaking Bad » ont changé Albuquerque pour toujours

Miguel Jaramillo nous explique comment la plus grande ville du Nouveau-Mexique est devenue une star, au même titre que Walter White ou Saul Goodman.
05 mars 2020, 8:56am

Breaking Bad, considérée comme l'une des plus grandes séries de tous les temps, a remporté presque tous les prix de télévision existants. Son spin-off, Better Call Saul, a également été salué par la critique, tout comme El Camino, un long-métrage présenté comme un épilogue de Breaking Bad et diffusé à la fin de l'année dernière sur Netflix. Depuis plus d'une décennie, le showrunner Vince Gilligan construit lentement son univers fictif rempli d'escrocs, de cartels, de syndicats du crime se faisant passer pour des fast-foods et, bien sûr, de méthamphétamine bleue.

Mais l'un des exploits les plus fortuits de Gilligan a été de faire connaître Albuquerque, la plus grande ville de l’État du Nouveau-Mexique, en tant que lieu de tournage essentiel (Netflix a acheté les studios d'Albuquerque pour près de 30 millions de dollars en 2019 et a signé un accord promettant un milliard de dollars de dépenses de production au cours de la prochaine décennie), mais aussi en tant que destination privilégiée pour les fans de Breaking Bad et Better Call Saul. Dans les deux séries, la ville d'Albuquerque devient un personnage central, au même titre que le professeur de chimie devenu fabricant de meth Walter White (Bryan Cranston) ou l'avocat obséquieux Saul Goodman (Bob Odenkirk), la plupart des scènes étant tournées dans la région.

Personne ne connaît Albuquerque mieux que Miguel S. Jaramillo. Originaire du Nouveau-Mexique, Jaramillo a co-fondé un festival dédié aux fans de Breaking Bad en 2014 et gère un compte Instagram dans lequel il explore tous les lieux de tournage de Breaking Bad/Better Call Saul.

Jaramillo nous a parlé des changements survenus à Albuquerque depuis la sortie des séries, des lieux de tournage à explorer et des endroits branchés à visiter – de préférence sans jeter des pizzas sur le toit d’une habitante.

VICE : Salut, Miguel. As-tu commencé à regarder la série Breaking Bad lors de ses débuts en 2008 ? Quelles ont été tes premières impressions ?
Miguel Jaramillo : Je n'ai pas commencé à regarder avant le milieu de la troisième saison. Pendant les premières années, les critiques ont été assez négatives à cause de la façon dont Breaking Bad dépeignait la méthamphétamine et Albuquerque. Mais j'avais aussi entendu des amis dire à quel point c'était bien, alors j'ai vite rattrapé mon retard avant la saison quatre. Honnêtement, j'ai été assez impressionné par la précision et le réalisme avec lesquels Breaking Bad et, plus tard, Better Call Saul, présentaient Albuquerque.

Quand as-tu lancé ton compte Instagram ?
Vers le milieu de l'année 2011, au début de la quatrième saison de Breaking Bad. J'ai reconnu la plupart des lieux de tournage, comme le lave-auto où Walt travaillait à temps partiel, qui est un énorme bâtiment dans les hauteurs du nord-est d'Albuquerque. Mais il y avait plusieurs endroits que je ne connaissais pas, comme la laverie de Gus Fring (Giancarlo Esposito), située sur Candelaria Road ; ou le désert où Walt et Jesse ont cuisiné pour la première fois de la méthamphétamine, dont on sait maintenant qu'il se trouve dans une réserve indienne appelée To'Hajiilee, à environ 45 minutes à l'ouest d'Albuquerque.

J'ai commencé à m'intéresser aux endroits que je ne connaissais pas, alors j'ai cherché sur Internet et j'ai trouvé un blog tenu par un autre fan de la série, Marc Valdez, qui traquait et documentait les lieux. Au fil du temps, Marc et moi sommes entrés en contact et nous avons commencé à travailler ensemble pour trouver les endroits qui apparaissaient dans les nouveaux épisodes. J'ai pensé que ce serait bien d'avoir une sorte de catalogue des lieux pour faciliter les déplacements des fans, et c’est ce qui a inspiré le compte Instagram.

1582561670432-1025561_372354929530875_1534909767_o

Le Crossroads Motel, alias le « Crystal Palace » dans Breaking Bad. Photo publiée avec l'aimable autorisation de Miguel Jaramillo.

Quelle ont été les réactions ? Ces différents lieux sont-ils heureux d'être placés « sur la carte » dédiée aux fans ?
Les réactions sur Instagram ont été énormes ; je n'avais jamais réalisé combien de personnes s'intéressaient à ces coulisses aléatoires et cachées. Quand j'ai commencé, je me suis rendu dans les différents lieux pour poser des questions aux locaux sur leur expérience avec Breaking Bad. Il y avait une différence évidente entre ceux qui avaient accepté l'exposition et ceux qui n'étaient pas du tout intéressés.

Ceux qui ont été affectés négativement, à mon avis, ce sont les particuliers. Surtout les propriétaires de la maison qui a servi de cadre à la résidence de Walter White. La famille qui y habite a dû clôturer sa propriété à cause des intrusions constantes et des pizzas lancées sur le toit par les « fans ». Ce qui est ironique car, à la fin de Breaking Bad, cette maison est aussi clôturée car elle est devenue une attraction touristique.

En général, les entreprises aiment la publicité. Comme Twisters [Burgers et Burritos], une chaîne de fast-food du Nouveau-Mexique qui a revêtu les couleurs du restaurant de poulet frit de Gus. À l’intérieur de l'établissement, situé sur Isleta Boulevard, il y a toujours une fresque « Los Pollos Hermanos ». Et puis il y a Debbie Ball, la « dealeuse de bonbecs », qui a fabriqué la fausse meth (uniquement composée de sucre) pour la première saison de Breaking Bad, et qui a maintenant toute une section de sa boutique consacrée aux petits cristaux bleus. Il y a même une boutique entière sur le thème de Breaking Bad fondée par deux fans de la série.

Est-ce la norme ? Toutes les entreprises d'Albuquerque qui sont mises en avant dans Breaking Bad ou Better Call Saul se sont-elles mises à vendre des marchandises en lien avec les séries ?
Dans des endroits comme le lave-auto et le restaurant Loyola dans les Highlands, où Mike aime aller, on trouve des souvenirs, comme des cartes postales et des t-shirts. En ce qui concerne les articles personnalisés, comme les bonbons à la méthamphétamine, pas autant. Twisters n'a pas encore commencé à vendre du poulet frit ; j'aurais aimé qu'il le fasse, mais c'est un restaurant de burritos et de burgers bien établi. Même chose pour The Dog House. C'est un restaurant de hot-dogs, alors ils font des hot-dogs.

Mais parfois, les entreprises locales s'amusent un peu. Il y a une scène dans Breaking Bad où Mike Ehrmantraut (Jonathan Banks) boit une bière de la Marble Brewing Company, qui est une brasserie d'Albuquerque, et Marble a décidé de fabriquer des bières inspirées de la série – une IPA noire appelée « Heisenberg's Dark » et une IPA blanche appelée « Walt's White Lie ».

1582561699510-IMG_5953

Le centre de convention d'Albuquerque, un autre lieu de tournage de Breaking Bad. Photo publiée avec l'aimable autorisation de Miguel Jaramillo.

Albuquerque souffre de sa réputation de plaque tournante de la drogue, et plus particulièrement de méthamphétamine. Les séries Breaking Bad et Better Caul Saul ont-elles contribué à lever le voile sur ces questions, ou ne font-elles que les banaliser ?
La drogue à Albuquerque est un problème que nous affrontons au quotidien. Mais c’est le cas d'autres villes de même taille ou plus grandes. Je pense que c'est une question de perception. Statistiquement, la criminalité à Albuquerque s'est aggravée depuis 2008, mais la ville est beaucoup plus sûre que sa représentation à l'écran. Il est facile de prendre un show sur la criminalité et de dire que c'est une image négative de notre ville. Mais les deux séries présentent également certains aspects d'Albuquerque qui me surprennent ; elles capturent le paysage du Nouveau-Mexique avec beaucoup de beauté et de précision.

Y a-t-il des choses dans Breaking Bad ou Better Call Saul qui rappellent la culture du Nouveau-Mexique et que vous pouvez partager avec les fans en dehors d'Albuquerque ?
Il y a beaucoup de petites choses. Comme quand Lydia Rodarte-Quayle (Laura Fraser) se rend au Grove Cafe sur Central Avenue et qu’elle finit empoisonnée au ricin que Walt a saupoudré dans son sachet de stévia. Si vous êtes d'ici, vous savez que le Grove est exactement le genre d'endroit branché où une personne comme Lydia se rendrait dans la vraie vie. À un moment, on voit un sac à emporter du Lotaburger. Le spectateur moyen pense probablement qu'il s'agit d'un restaurant inventé avec un nom étrange, mais Lotaburger est en fait une institution de la restauration rapide à Albuquerque. Dans un flash-back de l'épisode « Ozymandias », Walt propose à sa famille de faire une excursion d'une journée à Turquoise Trail, d'explorer le musée Tinkertown et d’aller manger un bout à Madrid. C'est une façon réaliste de passer un après-midi dans la région, et c'est en fait l’itinéraire que le créateur de la série, Vince Gilligan, a emprunté avec sa petite amie.

Parfois, la géographie n'a pas de sens. Par exemple, il y a une scène dans Better Call Saul où Jimmy traverse le désert, d'un bout à l'autre d'Albuquerque. Si vous êtes d'ici, vous savez que son trajet est ridicule. Dans une scène de Breaking Bad, Walt traverse To'hajiilee et soudain, il se retrouve dans le centre-ville d'Albuquerque. Une autre chose que j'aime bien, c'est de découvrir que certains personnages sont joués par de vrais Burqueños, comme Steven Michael Quesada, qui est né et a grandi au Nouveau-Mexique et qui joue l'agent de la DEA Steve Gomez dans Breaking Bad.

1582561733040-IMG_8135

Miguel au côté de Vince Gilligan, le créateur de Breaking Bad et Better Call Saul. Photo publiée avec l'aimable autorisation de Miguel Jaramillo.

Pour les fans qui veulent visiter Albuquerque et voir des lieux de l'univers de Breaking Bad, quelle est la meilleure façon – ou, du moins, la plus respectueuse – de procéder ?
Consultez les visites guidées. La plupart des guides – comme Frank Sandoval, qui emmène les visiteurs sur les différents lieux de tournage à bord d’une réplique du camping-car de Walt et Jesse – ont de bons rapports avec les propriétaires des maisons ou des commerces. Sinon, je vous recommande de visiter des endroits où vous pouvez vivre une expérience autre que la simple prise de photos.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.