Environnement

La pollution plastique pourrait atteindre 1,3 milliard de tonnes d'ici 2040

Ce scénario est sombre, mais l'avenir n'a pas à l'être.
03 août 2020, 7:00am
pollution plastique
Photo : Tom Fisk via Pexels 

On constate une pollution plastique presque partout dans le monde, y compris dans l'océan Arctique. Une nouvelle étude a montré que si nous n'agissons pas maintenant, les terres et les eaux pourraient être polluées par 1,3 milliard de tonnes de plastique d'ici 2040.

C'est ce que rapporte une équipe internationale d'experts dans un article publié dans la revue Science le 23 juillet. Ils sont arrivés à ce chiffre en créant un modèle mathématique qui prédit la quantité de plastique que le monde produira entre 2016 et 2040.

Ils ont imaginé huit « archétypes géographiques » qui représentent les différentes façons dont les pays du monde entier gèrent leurs déchets. Par exemple, une zone urbaine « à revenu élevé » aurait une méthode de gestion des déchets différente de celle d'une zone urbaine « à faible revenu ».

Les chercheurs ont examiné huit solutions : réduire la croissance de la production de plastique dans le système, remplacer le plastique par des alternatives, mettre en œuvre une conception pour le recyclage, améliorer le taux de collecte des déchets, augmenter la capacité de tri, améliorer les techniques de recyclage mécanique, développer la conversion chimique, réduire les fuites environnementales post-collecte, et enfin réduire voire arrêter les exportations déchets plastiques.

Ils ont utilisé le même modèle pour prédire l'avenir en se basant sur cinq scénarios différents de réduction et de gestion des déchets et ont constaté que même avec une action immédiate et concertée pour réduire le plastique, environ 710 millions de tonnes de déchets plastiques seront encore rejetés dans l'environnement dans vingt ans.

Mais cela ne doit pas nous empêcher d'essayer. Bien que cela représente encore beaucoup de plastique, c'est aussi une réduction d'environ 80 % par rapport à ce que nous obtiendrions si nous ne faisions rien.

Cela est d'autant plus important que la pandémie actuelle n'a fait qu'empirer les choses pour l'environnement. La consommation totale de plastique a augmenté, car les gens se tournent vers les produits à usage unique pour réduire les risques de transmission du virus. Des images de masques jetés à la mer ont été diffusées sur Internet et, selon l'organisation française à but non lucratif Opération Mer Propre, des gants et des masques ont été repérés dans la mer Méditerranée.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.