Life

Désolée, mais j'ai la flemme de vous parler en ce moment

Depuis le début de la pandémie, même répondre aux messages de mes amis me paraît insurmontable.
29 mai 2020, 7:40am
femme dans un lit regarde son téléphone

Est-ce que quelque chose qui a toujours été vrai peut le devenir encore plus ? C’est la question que je me pose en examinant la vaisselle qui déborde de mon évier. Depuis que j'ai pris mes distances avec la société il y a deux mois, en raison des mesures de confinement, le temps que je passe debout à frotter mes casseroles s’est mué en une lente agonie. J’ai toujours détesté ça, mais là, ça absorbe littéralement toute mon énergie vitale.

Quand j’ai enfin terminé, je m'allonge sur le canapé pour regarder des vidéos de gens en train de manger, parce que c'est le ramadan et que je suis masochiste. Soudain, le téléphone sonne. Un texto. Avant même de voir qui c'est ou ce que ça dit, mon sentiment de soulagement disparaît. Depuis le début de la pandémie de coronavirus, j'ai du mal à répondre aux messages et les notifications s'empilent comme des assiettes sales.

Pour être tout à fait honnête, j’ai toujours eu tendance à ignorer les messages des gens, mais disons que c’est de pire en pire. J'ai toujours l'impression d'être interrompue, que ce soit pendant que je travaille, que je dîne, que je parle à un ami ou que je regarde mon émission préférée. En général, je les lis et je me dis que je répondrai plus tard. Quand je réponds enfin, je sors une fausse excuse, du type : « Désolée, [la journée/la semaine/le mois] a été dingue. » Parfois c’est vrai, d’autre fois non. Mais pendant une pandémie, il est plus difficile de trouver des excuses. « Désolée, mais je ne pouvais te répondre, j'étais allongée sur le canapé ». Ça sonne moins bien, même si c’est sincère.

« Soudain, nous sommes dans une situation où nos relations sont à 100 % virtuelles et où la technologie que nous utilisons habituellement par plaisir ou par choix devient notre seul moyen de communication » – Shira Etzion, thérapeute

Heureusement, Shira Etzion, thérapeute familiale à New York, affirme que quelque chose d'aussi simple que de répondre à un message peut représenter un effort considérable en ces temps difficiles, ce qui n'est pas du tout surprenant. « Soudain, nous sommes dans une situation où nos relations sont à 100 % virtuelles et où la technologie que nous utilisons habituellement par plaisir ou par choix devient notre seul moyen de communication », dit-elle.

Mon anxiété est liée à l'idée que, puisque la personne qui m'écrit sait que je suis chez moi, elle s'attend à ce que je réponde plus tôt, vu que je n'ai a priori aucune excuse pour répondre plus tard. Mais selon le thérapeute relationnel Racine Henry, cette hypothèse n’est pas le problème en soi.
« L'avantage de tout cela, c’est que nous n'avons pas besoin d'excuse, justement. Nous devons nous défaire de cette idée, dit-elle. Ce n'est pas parce que nous sortons moins qu'avant que nous n'avons plus de préoccupations. » En d'autres termes, il est tout à fait valable d'être occupé, débordé ou tout simplement incapable de répondre à un message en ce moment.

Il est également acceptable de communiquer et de gérer les attentes. Racine dit qu'une réponse appropriée serait quelque chose comme : « On peut se parler plutôt demain ? » ou « Je suis occupée. Ça te dérange si je t’appelle une autre fois ? »

Et si la gestion des attentes des autres peut être utile, la gestion de vos propres attentes peut être la clé pour vous débarrasser de votre culpabilité. « Il est normal de se laisser aller et d’être plus compatissant avec soi-même, estime Etzion. Ce n'est pas le moment de vous auto-évaluer comme vous le feriez en temps normal. »

Une chose qui est évidente mais difficile à retenir, c’est que les amis et la famille qui nous écrivent sont conscients que nous vivons une pandémie et un moment unique. Ils peuvent le prendre beaucoup plus calmement et le comprendre beaucoup mieux que vous ne le pensez. « Nous devons plus que jamais nous aimer et nous respecter nous-mêmes et nos proches, conclut Racine. Ne jugez pas la qualité de vos relations en fonction de la rapidité de vos réponses. Nous essayons tous de faire face. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Publicité