FYI.

This story is over 5 years old.

Drogue

Pourquoi les rêves deviennent-ils si intenses quand on arrête la weed ?

J'ai demandé au neurologue Hans Hamburger de m'éclairer sur ce mystérieux phénomène.
17 avril 2015, 5:00am
Illustrations : Timo ter Braak

Si vous êtes comme moi, vous avez sans doute décidé à un moment de votre vie qu'il était temps d'arrêter les drogues douces. Quand ça vous est arrivé, vous avez probablement remarqué de nombreux effets positifs : vous avez un peu plus d'énergie, vous n'avez plus de problème de mémoire, et vous avez cessé de dépenser 20 euros par jour en tacos et en jus de fruits.

Quelques jours après avoir arrêté de fumer pour la première fois, j'ai commencé à rêver de nouveau, et mes rêves me semblaient plus vifs que jamais. C'est à ce moment-là que j'ai réalisé que lorsque je fumais de la weed, je ne rêvais presque plus – et mes quelques rêves étaient loin d'être aussi intenses que ceux que je fais aujourd'hui. Afin d'en savoir plus sur la question, j'ai décidé d'appeler le Dr Hans Hamburger, neurologue spécialiste du sommeil et directeur du Centre de Recherche du Sommeil aux Pays-Bas. Selon lui, cette résurgence des rêves est fréquente parmi les anciens fumeurs, étant donné que la weed supprime votre période de sommeil paradoxal.

Comme je ne suis pas un spécialiste du sommeil, je lui ai demandé ce qu'était le sommeil paradoxal. « Toutes les nuits, vous traversez quatre ou cinq cycles de sommeil, précise le Dr Hamburger. Chacun de ses cycles dure environ 90 minutes, pendant lesquelles vous traversez différentes phases. Il y a le sommeil léger, le sommeil profond, et le sommeil paradoxal. C'est pendant le sommeil paradoxal que survient l'essentiel des rêves. Si vous continuez à dormir, vous ne vous souvenez pas de vos rêves. La dernière phase de sommeil paradoxal avant le réveil est la plus longue – et vous ne vous souviendrez de ces rêves seulement si vous vous réveillez au cours de cette période. Si vous ne vous réveillez pas pendant la phase de sommeil paradoxal, vous ne vous souviendrez de rien. »

Est-ce que cela signifie que l'on ne se souvient de rien du tout quand on dort ? La réponse semble être négative. « Vous vous souvenez seulement des choses qui arrivent quand vous êtes éveillé, ajoute Hamburger. On ne se souvient pas de ce qui arrive pendant notre sommeil parce qu'on est à un niveau de conscience diminué. Cela a à voir avec le fait que lorsque vous dormez, vous enregistrez le souvenir de choses qui se sont passées dans la journée, ce qui monopolise votre cerveau. »

Les rêves aident aussi à assimiler la centaine d'impressions et d'images auxquelles vous faites face tous les jours. Quand vous fumez régulièrement, cette fonction est également supprimée. C'est du moins ce qu'explique le Dr Hamburger : « En fumant de l'herbe, vous supprimez le sommeil paradoxal et les fonctions qui vont avec. Une de ses fonctions est de revivre ce que vous avez fait dans votre journée et de les accepter, telles qu'elles étaient. Pendant le sommeil paradoxal, vous assimilez toutes sortes d'influences psychologiques. Vous anticipez également les choses qui arriveront les jours suivants. Au cours de votre sommeil, vous évaluez des situations et vous prenez des décisions. »

Moins vous laisserez votre cerveau s'occuper de toute cette merde pendant votre sommeil, plus vos journées paraîtront brumeuses et confuses. Cela explique sans doute pourquoi le fumeur occasionnel repoussera souvent ses obligations et ses décisions au dernier moment. Vous échouez à anticiper proprement, ce qui peut expliquer que vous ayez rendu votre déclaration d'impôts en retard ou que vous ne vous souveniez plus où vous avez posé les clefs.

Étonnamment, l'alcool a l'effet inverse : si vous vous endormez bourré, les phases de sommeil paradoxal sont plus longues. Mais cela ne signifie pas qu'il vous faudra descendre deux bouteilles de vin et quelques digestifs avant de dormir pour pouvoir profiter d'une bonne nuit de sommeil. « Trop d'alcool supprime le sommeil profond et augmente la durée du sommeil paradoxal, mais cela a pour conséquence de vous réveiller plus souvent et d'avoir un repos de moins bonne qualité. Si vous avez beaucoup trop bu, vous passerez la nuit à vous retourner, ce qui vous maintient plus ou moins éveillé », ajoute le docteur Hamburger.

Revenons-en à la weed. Les effets de l'herbe sur votre repos sont désormais évidents. Mais pourquoi vos rêves sont-ils aussi réalistes et intenses une fois que vous avez arrêté ?

« Si vous avez pris une drogue qui supprime certains phénomènes pendant un temps, alors ce phénomène reviendra d'autant plus fortement lorsque vous arrêterez. C'est ce que nous appelons l'effet rebond. Ce phénomène qui est également observable chez les gens qui prennent beaucoup de somnifères. Lorsqu'elles arrêtent, elles ont souvent des rêves bizarres et intenses. Cela peut aussi participer au fait que les gens continuent à prendre ces pilules – elles entraînent une dépendance. »

Selon le Dr Hamburger, le corps peut progressivement « guérir » de cet effet rebond. « C'est une tentative de récupérer tous les rêves que vous avez manqués en fumant de l'herbe, conclut-il. Normalement, l'effet s'arrête au bout de deux ou trois semaines. Quand votre corps aura tout rattrapé, il retournera à ses affaires habituelles. »