FYI.

This story is over 5 years old.

LE NUMÉRO D'OÙ TU REGARDES, TOI ?

L'Argentine a besoin de dollars

Aussi, vous pouvez suivre le cours du marché noir local sur Twitter.
30.12.13

Photo : iStockphoto/Buenaventuramariano

L’économie de l’Argentine est en grande difficulté, et cela se traduit par une politique ultraprotectionniste de la présidente Cristina Kirchner : le commerce avec les autres pays est restreint, l’inflation n’a jamais été si forte, et dans la rue, personne n’a d’argent. Le gouvernement fait en sorte que ses citoyens ne puissent plus échanger leurs pesos argentins contre des dollars américains – les locaux appellent ça le « dollar clamp » [la pince à dollars, en français]. Pourtant, à en croire la présidente Kirchner, tout baigne. « Il n’y a pas de dollar clamp », a déclaré la présidente dans une interview télé sur une chaîne gérée par l’État fin septembre. « Je reviens de New York – c’était plein de touristes argentins sympas qui faisaient coucou. Il n’y a aucune restriction sur le dollar ! » Au mieux, la présidente utilise les touristes à New York comme un baromètre économique pour son pays ; au pire, c’est un mensonge éhonté et une insulte à l’intelligence des Argentins. Les résidents qui veulent échanger leurs pesos contre des dollars doivent passer par une énorme quantité de paperasse et prouver qu’ils quittent le pays pour de vrai. « Si vous voyagez dans les pays frontaliers, ils vous fileront de la monnaie locale. Si vous allez aux États-Unis, vous aurez des dollars », a déclaré Marco Mora*, un employé du gouvernement récemment passé par ce processus. « Mais ils vous donnent des quantités inutiles. » Il a eu droit à 85 $ pour un voyage de 15 jours à New York, soit beaucoup moins que ce dont il avait besoin. Pire encore, le gouvernement ne donne pas de liquide aux Argentins ; il dépose l’argent directement sur leur compte en banque. C’est plutôt cool de la part d’un gouvernement qui prend 20 % en taxes lorsque ses citoyens utilisent leur carte de retrait à l’étranger. Pour contourner ces restrictions, un marché noir illégal mais très répandu, le dólar blue (« dollar bleu ») a vu le jour, où les pesos peuvent être échangés contre de la monnaie américaine. Si vous marchez dans le quartier des affaires de Buenos Aires, vous rencontrerez des personnages louches qui chantent ouvertement « Cambio, cambio »au milieu de policiers et d’inspecteurs des impôts. « Ils savent ce qui se passe, explique Marcelo, l’un de ces agents de change souterrains, mais ils savent aussi qu’ils sont impuissants. » Le taux de change du dollar bleu est publié sur un compte Twitter -(@DolarBlue) suivi par 31 000 personnes. Au moment où j’écris, le taux officieux est de 9,80 pesos pour 1 dollar, soit plusieurs pesos de plus que le taux officiel. Pour ne pas vous faire avoir, mieux vaut connaître ce taux à l’avance. « Ne vous attendez pas à de bons taux si vous n’appelez pas en amont », m’a averti Marcelo avant de me mener au 14e étage d’un immeuble où se trouvait un bureau de change, protégé par une vitre pare-balles. Le deal était un peu véreux, mais préférable à celui proposé par le gouvernement argentin.

Plus D'où tu regardes toi ? :

LES MORGUES GÉRÉES PAR DES BÉNÉVOLES SONT UNE TRÈS MAUVAISE IDÉE

UN DÉLICIEUX APRÈS-MIDI

LES ROBOTRADERS AVAIENT-ILS PRÉVU LA CRISE FINANCIERE ?