La Croisière du troisième âge
Photo

La Croisière du troisième âge

Pendant une semaine, j'ai traversé de long en large la Méditerranée avec des vieux fans de Luis Mariano.
26 octobre 2015, 6:00am

Photos et texte de Anthony Anciaux

Aujourd'hui, les sujets photo sur les personnes âgées se résument souvent à deux catégories : premièrement, des photos en noir et blanc sur la maladie et la solitude ; deuxièmement, des images très acides en couleur avec des mises en scènes surréalistes. C'est trash et ça fait vendre, tout le monde est content et se dit : « C'est triste d'être vieux. » Mais ces images ne montrent qu'une partie de la réalité.

C'est à partir de ce constat que j'ai voulu travailler sur le bonheur que peut aussi représenter la vieillesse. Au printemps 2014, j'ai donc commencé à faire des images un peu plus festives en allant à des thés dansants pour les « seniors » de ma région. Lors d'une de ces soirées, les photos de vacances d'un groupe de participants défilaient sur une diapositive. Quelques jours plus tard, je tombais sur une pub pour la croisière des 100 ans de Luis Mariano.

Comme tout bon fan du chanteur, je m'y suis inscrit. J'ai entamé un voyage de neuf heures en car depuis la Belgique afin d'atteindre notre port de départ, à Gênes, en Italie, où j'ai pu faire connaissance avec quelques-uns de mes 300 compagnons de route. Sans surprise, ils avaient tous facilement 50 ans de plus que moi. On a ensuite embarqué, prêts à traverser la Méditerranée pendant une semaine au son de Luis Mariano.

Le navire naviguait uniquement de nuit et faisait escale chaque jour dans une ville différente. Ainsi, sur cette courte période, on a pu visiter Rome, Palerme, Tunis, Palma de Majorque, Valence et Marseille lors des excursions qui y étaient organisées. L'organisateur du voyage est à l'origine de plusieurs événements pour les seniors en Belgique et en France. Ainsi, les gens le connaissaient et étaient en confiance. C'était l'occasion pour eux de se retrouver, après s'être rencontrés dans des thés dansants.

Bien sûr, le bateau comptait de nombreux restaurants, des piscines, des salles de sport, des théâtres, un casino, un spa, etc... En plus de ça, notre groupe pouvait chaque jour profiter de spectacles et de soirées consacrés à Luis Mariano. Cette croisière leur permettait ainsi de lier plusieurs plaisirs : voyage et découvertes, chansons et soirées, rencontres et repos. L'ambiance était très festive. Le premier soir, je suis rentré dans ma cabine à 5h du matin, après avoir passé la nuit avec les plus motivés du groupe – j'ai d'ailleurs été surpris de voir à quel point certains étaient en forme.

J'ai toujours été accueilli avec bienveillance. Quand je voulais faire une photo, j'expliquais ma démarche et les gens étaient ravis que je m'intéresse à eux. J'étais un membre à part entière de la communauté. Une dame de 93 ans m'a même plusieurs fois proposé d'aller « faire la sieste avec elle » – proposition que j'ai évidemment déclinée. J'ai gardé de nombreux contacts après le voyage et plusieurs personnes sont venues voir mes images lors des expositions qui ont suivi. Elles en étaient très fières.

Je souhaitais rendre compte d'un séjour réservé à la classe moyenne. C'est pourquoi j'ai choisi une croisière dont le prix restait accessible – 1 250 € la semaine, transport inclus. Si ce voyage représente quand même un budget pour ces gens et qu'il n'est pas possible pour eux d'en faire plusieurs par an, il reste abordable. Ainsi, je trouvais intéressant de les voir revêtir « l'habit » de croisiériste, comme par exemple des costumes élégants pour la « soirée du commandant ». On peut voir sur certaines images qu'ils ne sont pas forcément très à l'aise dans ce monde qu'ils découvrent, mais j'ai trouvé cela très touchant.

Anthony Anciaux est un photographe belge membre du Collectif Caravane. Retrouvez-le sur son site.