FYI.

This story is over 5 years old.

Société

Joyeuse crucifixion !

On cloue encore des gens à des croix aux Philippines.
16.12.11

Toutes les photos sont de Martin Fengel

Reconstituer la crucifixion du Christ est une tradition populaire dans certaines régions des Philippines. Même si le pays a pour religion officielle une version vaguement inspirée du Catholicisme, la crucifixion volontaire n'est pas encouragée par l'Église. Néanmoins, chaque année, des milliers de personnes affluent à San Fernando, au cœur de Manille, pour acclamer (et casser la gueule) des martyrs qui participent aux festivités.

Publicité

La cérémonie étant basée sur tout un tas de traditions séculaires, tout le monde s'est révolté quand les services sanitaires nationaux ont voulu remplacer les vieux clous par des clous stérilisés et obliger les pseudo Christs à se faire vacciner contre le tétanos. Et lorsque les pêcheurs repentants ont demandé s'ils pouvaient faire le pèlerinage avec assez d'eau pour ne pas se déshydrater en chemin, là encore, ce mouvement fut considéré comme une rupture avec la tradition. Paradoxalement, l'évènement est sponsorisé par Coca Cola.

Du coup, quand on a entendu que notre pote Martin Fengel s'était rendu là-bas pour prendre des photos de la cérémonie, on l'a appelé pour savoir si c'était toujours aussi poilant de voir quelqu'un se faire fouetter pendant deux jours non stop avant de se faire clouer vivant sur une croix.

VICE : Comment as-tu entendu parler des crucifixions de Manille ?
Martin Fengel :J'étais dans le coin pour un projet avec le Goethe Institut et j'ai rencontré un mec de Médecins Sans Frontières qui m'a parlé de ce qu'il se passait à San Fernando à l'approche de Pâques. Il m'a dit que là-bas, des gens se faisaient encore crucifier et que je ferais bien d'aller y faire un tour. Quand on est arrivés, il y avait déjà des rituels en cours dans le quartier, avec des groupes de mecs qui se baladaient en se flagellant.

Quand a lieu cette « fête » ?
Chaque année à Pâques. Tout le monde se retrouve sur la place du village le jour de la crucifixion. Il y a aussi des gens qui se construisent des armures romaines avec des vieux cartons. Ensuite, les gens qui sont sur le point de se faire crucifier sont chassées dans les rues jusqu'à l'emplacement où aura lieu la cérémonie.

Publicité

Et après ?
En fait, ça commence deux jours avant Pâques. Ils prient sans s'arrêter, comme quand on récite un mantra, et se flagellent pendant des heures. Ensuite, ils s'arrêtent devant une petite église et se jettent par terre. À ce moment là, les enfants viennent les tabasser. Le prêtre sort de l'église pour les bénir et ils s'en vont, jusqu'à la prochaine qu'ils trouveront. Cette petite mascarade dure toute la journée ; ils sont battus et bénits à chaque église qu'ils croisent sur leur chemin. Bien sûr, il y a des variantes au niveau du matériel utilisé : cordes à nœuds, battons, et tout ce que les gamins du coin peuvent trouver dans les rues.

Ils se font tabasser par des gosses, sérieux ?
Ouais, je crois que les enfants trouvent ça amusant. Personnellement, j'étais choqué parce que je n'ai jamais vu un truc pareil ; jamais je n'aurais pu penser que ça pouvait exister. J'ai été encore plus choqué de voir que les gens considèrent tout ça comme le truc le plus normal qui soit.

Et les parents ?
Ils étaient à côté, ils avaient l'air de s'amuser. Ils laissent faire ce qu'ils veulent à leurs enfants.

Est–ce que tout les « Christs » arrivent jusqu'à la croix ? Ou est-ce certains abandonnent en cours de route ?
Tout le monde veut vraiment y arriver. La crucifixion est une sortie en beauté, il n'y a pas mieux pour trouver le salut. Moi, j'ai trouvé ça vraiment bizarre. J'étais plein de sang parce que leur peau était à vif et qu'à chaque coup, ça giclait partout.

C'est horrible. Qui sont ces fous qui ont envie de se faire crucifier ?
Des gens divers et variés. C'est quelque chose de très personnel. Les gens viennent de tout le pays pour participer. Je crois qu'ils se sentent très bien après l'avoir fait. J'ai lu un article quelques jours après la cérémonie, disant que le ministre de l'intérieur du pays offrait à certains voyous de revoir leur peine à la baisse s'ils acceptaient de se faire crucifier.

Revenons-en aux Romains : ils arrivent jusqu'aux croix et plantent les gars crucifiés avec des sabres ?
Exactement. Il y a un docteur qui supervise tout ça aujourd'hui. Donc bon, « ça va ». Il y a eu des plaintes parce que certains avaient apporté leurs propres clous. Le docteur leur a dit qu'ils étaient obligés d'utiliser ceux fournis sur place parce qu'ils étaient propres – évidemment, ils avaient déjà eu des problèmes dans le passé à cause de clous rouillés ou crades. Ensuite, trois types s'approchent de la croix. Ils lacèrent et torturent un peu les crucifiés qui restent suspendus là quelques minutes. Enfin, les médecins les descendent de leur croix et c'est au tour du suivant. Il y a même une petite file d'attente.

Mais comment sont-ils crucifiés exactement ?
Les clous font environ 5 centimètres de long et traversent les pieds et les mains. Mais il y a un petit piédestal sur la croix, sur lequel ils peuvent s'appuyer pour tenir debout, histoire qu'ils ne pendent pas complètement dans le vide. Les clous sont enfoncés par les Romains. On peut même entendre quand les clous finissent par toucher le bois. Bien sûr, Marie et les deux autres assistent aussi à la scène. Aucun élément de la mythologie n'est laissé de côté.

Qu'est-ce qui se passe quand on les enlève de la croix ?
On allonge les crucifiés sur des brancards puis on les emmène dans une tente de la Croix Rouge. Là, des médecins s'occupent des trois derniers crucifiés en même temps. Ils se font désinfecter, recoudre, etc.

Et quand les types sont sur la croix, ils se sentent comment ?
Ils ont l'air content et la foule est super enthousiaste que le moment arrive enfin. Il y a même un petit carré VIP et un coin presse. Les gens n'arrêtent pas de crier aux Christs des : « hé ! Vise un peu par ici » ou encore « Essaie d'avoir une expression un peu plus triste s'il te plait ! »

Mais, il existe bien des gens qui refusent simplement d'assister à ça.
Non, tout le monde accepte la tradition. Les Philippins adorent se réunir pour faire la fête. Comme tout le monde finalement.