De l'ayahuasca à la place du vin de messe

On a parlé hallucinations et spiritualité avec l'une des fondatrices de la première « église ayahuasca » des États-Unis, un lieu de culte dédié entièrement à cette boisson rituelle amérindienne.
16 décembre 2015, 7:08am

Marre du boulot et des gens qui vous regardent de travers dans le métro ? Envie de vous évader vers de nouveaux horizons ?

Si vous avez un peu de blé à claquer, vous pouvez toujours aller prendre un shoot de café en Éthiopie, partir faire trempette au Beaujolais dans un spa à vin japonais, ou encore voler en direction d'Accra et de cette liqueur ghanéenne qui fait parler aux anges.

Mais si par « évasion » vous entendez plutôt « voyage sprituel » et que ce dont vous avez besoin, c'est d'explorer votre conscience à fond, on a qu'une seule destination à vous conseiller : un petit patelin du nom d'Elbe, dans l'État de Washington, aux États-Unis.

C'est là que se situe Ayahuasca Healings, un centre spirituel péruvien qui depuis peu, a officiellement obtenu le statut d'Église de culte à part entière. Du coup, les fondateurs du centre se sont mis en tête de construire la première « église ayahuasca » du pays, qui s'étendra sur plus de 65 hectares.

Pour ceux qui n'ont pas suivi les cours de remise à niveau en chamanisme des rives de l'Amazonie, l'ayahuasca est une boisson traditionnelle qui ressemble à du thé et dans laquelle ont été infusées des lianes. Sauf que les propriétés hallucinogènes et purgatives de cette tisane rituelle sont assez stupéfiantes : ceux qui en prennent éprouvent, pour la plupart, une expérience mystique inoubliable, avant de vomir toutes les tripes de leurs corps.

Dans les cultures indigènes d'Amérique du Sud, l'ayahuasca (que l'on appelle aussi « Yagé ») est utilisée depuis des générations dans des rituels chamaniques visant à agir sur la psyché et l'inconscient des individus pour les purger des éventuels traumatismes qui pourraient la hanter. Dans les pays occidentaux, où l'on angoisse pas mal à l'idée d'être dérangés psychologiquement, la médecine commence à considérer l'ayahuasca comme une solution possible pour résoudre des problèmes comme la dépression, l'addiction ou le stress post-traumatique.

On a discuté avec Trinity de Guzman, l'une des fondatrices d'Ayahuasca Healings. Elle nous a parlé des propriétés transcendantes de son thé et on lui a demandé comment son église se positionnait dans le cadre légal américain, entre régulation religieuse et légalisation des drogues.

MUNCHIES : Salut Trinity. C'est quoi l'ayahuasca ?

Trinity de Guzman : Dans la pharmacopée des tribus indigènes d'Amazonie, l'ayahuasca est une plante sacrée. Elle est utilisée depuis des centaines d'années. Les chamans l'utilisent comme un outil pour soigner spirituellement, physiquement, mentalement et émotionnellement. Mais le plus important, c'est qu'on l'utilise aussi pour entrer en connexion avec le royaume des esprits.

Mais l'ayahuasca, c'est légal aux États-Unis ?

C'est une substance qui n'est pas sous contrôle. Mais le DMT, un alcaloïde présent dans la plante, est considéré comme un stupéfiant par la DEA (Drug Enforcement Administration). Donc l'ayahuasca n'est pas répertorié comme étant un stupéfiant à contrôler, mais sa consommation n'est légale que dans un cadre religieux ou spirituel. Pour faire plus simple : l'ayahuasca n'est légale que si vos intentions sont sincèrement sprituelles. C'est légal tant que ça dépend d'une église et donc, il faut appartenir à une église pour avoir une protection légale.

Comment est-ce que l'on consomme l'ayahuasca exactement ?

On l'infuse pour extraire les composants des deux plantes qu'on utilise : le chacruna, une plante vivace dont le nom latin est Psychotria Viridis, et l'ayahuasca, une liane répertoriée sous le nom de Banisteriopsis caapi par les botanistes.

Liane banisteriopsis caapi. Photo de Jairo Galvis Henao.

Pourquoi cette infusion fait autant vomir ceux qui la consomment ?

Beaucoup de gens perçoivent très négativement le fait de vomir. On vomit en général après une intoxication alimentaire ou une grosse beuverie. Ou simplement quand on est malade. C'est souvent une réaction face à un truc pas cool, et ça ne fait pas du bien.

Mais avec l'ayahuasca, vomir ne correspond pas à un rejet du corps. C'est plus comme si on se vidait d'un poids énergétique que l'on trimballait partout jusqu'à présent sans trop savoir de quoi il s'agissait. L'expérience de la purge est très libératrice et beaucoup de gens qui l'ont vécu disent qu'ils se sentent vraiment plus légers depuis. C'est un moyen de nettoyer toutes les attaches énergétiques qui nous empêchent de changer de perspective dans nos manières de penser et de vivre.

C'est quoi le principe actif qui fait halluciner les gens dans cette boisson ?

La liane contient une substance qui inhibe les effets MAO, une autre substance qui permet normalement de digérer le DMT. C'est dans la feuille de chacruna qu'on trouve ce DMT qui, sans l'effet de ces inhibiteurs, serait digéré sans être absorbé par le corps et donc, sans en procurer les effets. En même temps que l'on extrait le DMT de la plante, on se débarrasse des mauvais esprits.

OK, donc c'est un peu une manière d'agir dans le monde physique sur ce qui arrive dans le monde des esprits ?

Tout à fait.

C'est très amer. C'est préparé à partir d'une liane donc ça a un goût d'écorce pas très parfumé. C'est un peu comme boire de la terre diluée dans un bitter.

Est-ce que tu pourrais m'expliquer un peu comment on le prépare ?

Bien sûr. Il faut faire infuser les plantes dans une grande marmite pendant sept jours au-dessus d'un feu. L'extraction prend du temps et il est important que la source de chaleur soit continue. Il faut toujours surveiller le feu et prier pour les plantes. Il faut rajouter de l'eau en permanence.

C'est seulement après cette étape que le voyage commence et que vous allez entrer en connexion avec l'esprit de la Mère Ayahuasca.

Et ça a bon goût ?

Non, c'est très amer. C'est préparé à partir d'une liane donc ça a un goût d'écorce pas très parfumé. C'est un peu comme boire de la terre diluée dans un bitter. Mais on en boit en général pas plus de 60 ml donc c'est assez rapide à avaler.

Ce n'est pas ce qu'on appelle une drogue à usage récréatif. Ce n'est pas une expérience agréable que d'être transporté dans les zones d'ombre de sa conscience pour y affronter les blessures et les traumas qui y résident. Elle va toujours vous emmener là où il faut. C'est un vrai défi.

Qu'est-ce qu'on voit après avoir bu cette mixture ?

Des hallucinations arrivent dans votre champ de vision, mais leur nature varie en fonction des intentions projetées dans l'infusion au moment de la préparation. Ça va vraiment influencer l'expérience. C'est plein de couleurs, comme un t-shirt tie & dye. Ça ne dure pas très longtemps et c'est très abstrait, mais c'est comme ça que l'esprit se manifeste. C'est seulement après cette étape que le voyage commence et que vous allez entrer en connexion avec l'esprit de la Mère Ayahuasca.