FYI.

This story is over 5 years old.

Amazon entame la conquête des mers

Amazon a acquis une licence lui permettant de transporter des marchandises chinoises par bateau.
15.1.16
Image: Pixabay

Après avoir étendu son empire sur la terre et dans les airs, investissant dans des avions et des camions de transport, Amazon a décidé d'étendre son réseau d'infrastructures aux océans.

La filiale chinoise de la société a obtenu une licence américaine pour le transport de fret maritime auprès de la Federal Maritime Commission (FMC), ce qui signifie que la société est désormais habilitée à transporter des produits pour d'autres entreprises.

Publicité

En novembre, Motherboard avait communiqué la rumeur selon laquelle Amazon avait lancé une opération de transport confidentielle par avions-cargos afin de transporter ses propres marchandises. Depuis, la compagnie envisage d'acquérir 20 nouveaux jets et de déployer un réseau de transport aérien au Royaume-Uni. Naturellement, le développement du transport par voie maritime est son prochain objectif.

C'est l'entreprise de logistique Flexport qui a obtenu cette information ; son PDG, Ryan Petersen, s'est rendu au dépôt d'Amazon dédié au fret maritime mercredi soir, mais le site web de FMC, qui lui a permis d'identifier ledit dépôt, ne dit pas depuis quand il appartient à la société. Amazon a refusé de répondre à nos questions à ce sujet.

La licence autorise explicitement Amazon China à transporter des produits pour d'autres entreprises, explique Petersen ; il suggère que le géant du commerce électronique a l'intention de se débarrasser du plus grand nombre d'intermédiaires possibles, c'est-à-dire des entreprises qui achètent des produits en Chine avant de les revendre aux Etats-Unis. Ainsi, elle pourrait envoyer ses produits chinois directement aux clients.

« C'est une véritable trahison d'Amazon vis-à-vis de ses intermédiaires chinois » précise Petersen. « Il est en train d'essayer de les exclure du système ; les constructeurs chinois pourront expédier leurs produits à leurs clients sans avoir recours à une entreprise de distribution. »

Publicité

Amazon a acheté la société chinoise de distribution JOYO en 2004. Elle est enregistrée auprès de FMC sous le nom de Beijing Century JOYO Courier Service Co. Ltd, et son nom commercial est Amazon China.

Brandon Fried, responsable de l'Association des Transitaires américaine, explique que l'initiative d'Amazon rentre dans le cadre d'une stratégie plus globale de prise de contrôle de la logistique et du transport de ses marchandises.

« Si le recours à un transitaire ne fournit aucun retour sur investissement, Amazon s'en débarrasse ; la chaine de transport sera réorganisée et les dépenses seront réduites au maximum, » ajoute-t-il. « S'ils font intervenir les bonnes personnes, leur stratégie sera couronnée de succès, c'est certain. »

Amazon désire de toute évidence investir au maximum dans l'amélioration de sa logistique ; de fait, en plus de réduire ses coûts, la société gagne en contrôle sur ses opérations.

« Il est évident qu'Amazon ne cherche pas seulement à faire des économies » explique Fried. « Cette stratégie est avant tout organisée autour d'un contrôle croissant du secteur du transport de marchandises. Petit à petit elle se rend plus visible, et surtout, indispensable. »