Quand une girafe défonce une lionne, elle ne fait pas semblant

Peu d'animaux suscitent autant la sympathie que la girafe. Mais parfois, elle se transforme en véritable machine à tuer, et il vaut mieux lâcher l'affaire.
30.11.16

Peu d'animaux suscitent aussi spontanément la sympathie que la girafe. Sa langue bleue est originale sans être tape-à-l'oeil, ses petites cornes semi-grotesques ont quelque chose de touchant, sa taille (jusqu'à 5,80m) inspire le respect. Mais pour moi, tout se joue dans le regard ; on a rarement vu un animal aussi placide, et il n'en émane rien d'autre qu'une sérénité communicative. La girafe incarne pour moi une certaine idée de la sagesse désabusée, le fatalisme apaisé de celui qui sait qu'il ne changera pas le monde mais que le monde ne le changera pas non plus. Il y a du Philippe Seguin dans le regard de la girafe. Mais je m'égare.

Publicité

Car la girafe cache bien son jeu. Placide, elle ne l'est qu'en apparence, et les masques tombent dès lors qu'une lionne trop confiante a le tort de s'approcher de ses petits. La girafe se transforme alors en machine à tuer. Quand le sang lui monte à la tête et que la haine l'emporte sur la raison, elle devient l'équivalent animal d'un uppercut, de The Rock à la fin de Fast & Furious 7, d'un tapis de bombes. Elle est inarrêtable, elle est surpuissante, et rien ne peut l'arrêter. Il faut dire que la girafe peut peser jusqu'à deux tonnes, pour les mâles. Alors quand un lion se prend une girafe lancée à pleine vitesse dans les dents, forcément, il le regrette. C'est précisément ce qui se passe dans cette séquence tirée de l'inestimable série Planet Earth II de la BBC, dont on vous a déjà parlé il y a quelque temps ('member le bébé iguane qui tentait d'échapper aux serpents ?), et qui reste encore et toujours la meilleure série documentaire de l'histoire du monde moderne, qui n'en mérite pas tant. Notez en passant les bons coups de patte fourbes que la girafe adresse à la lionne à terre, laquelle rebondit littéralement sur le sol. C'est du travail de pro.

That's gotta hurt. BBC OneNovember 27, 2016