Publicité
Culture

D'immenses peintures de requins qui baisent

Ling Jian explore les relations entre le corps féminin et le pire des prédateurs aquatiques.

par Beckett Mufson
07 Décembre 2015, 8:00am

Ling Jian, Nature ChainImages courtesy the Klein Sun Gallery

Presque l’intégralité des travaux de Ling Jian sont des observations du contraste entre les esthétiques de l’Est et celles de l’Ouest. Des conflits d’idéaux et de désirs illustrés en très grands formats hyperréalistes. Dans sa dernière série Nature Chain — qui est aussi sa première exposition solo aux États-Unis — Jian s’est étonnement intéressé à autre chose qu’aux humains et leurs différences. Dans Nature Chain, les modèles sont des requins. Des requins qui baisent pour être exact. 

La Klein Sun Gallery, où est exposé Jian jusqu’au 23 décembre se divise en deux parties, une aile Nord et une aile Sud. Cette dernière accueillera des portraits de femmes qui sont pour l’artiste des témoignages des différentes representation de la beauté féminine. De l’autre coté on trouvera d’immenses toiles représentants des gros plans de requins copulants. On vous laisse découvrir ça ci-dessous : 

Ling Jian, The Siren Series; Ling Jian, Nature Chain

 

Ling Jian, Siren Series

Ling Jian, Nature Chain

Ling Kian, Nature Chain

Ling Jian, The Siren Series

Ling Jian, The Moon

Nature Chain  est exposé à la Klein Sun Gallery de New York jusqu’au 23 décembre.

Tous les travaux de Ling Jian sont sur son site. Pour ce qui est de la Klein Sun Gallery c’est ici que ça se passe.

Tagged:
women
Oil
Chinese
painting
Beauty
sharks
Desire
portraiture
Klein Sun Gallery
hyperreal
Ling
fornicating
jian
nature chain